Le Maroc se dote de sa webradio

leghtas_250Une première au Maroc ! La plate-forme « E-Joussour », le portail de la société civile Maghreb/Machrek, dépendant du Forum des Alternatives Maroc (FMAS) a lancé sur le net, la première webradio participative

Le siège de la radio se trouve dans les anciens abattoirs de Casablanca, à la fabrique culturelle de Casablanca. Tout un symbole : depuis des années, le Collectif des abattoirs de Casablanca, qui regroupe en son sein le fleuron des associations culturelles de la capitale économique du royaume, se bat pour faire de cet espace, un endroit dédié à la création artistique et aux événements culturels. Le lancement de la radio a eu lieu, la matinée du mercredi 13 mars. Avec au programme : la présentation du concept de la waebradio, la programmation des semaines et mois à venir, les membres de l’équipe, le studio ainsi que les antennes régionales. Car en plus de Casablanca, la radio sera présente à Marrakech, Agadir, Nador, Zagora, Tétouan et Rabat. Une première émission dédiée au « Rôle des radios associatives dans la promotion des droits des femmes ». Une belle manière de célébrer la journée internationale de la femme…

« E-Joussour » ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Une radio web, c’est bien, mais une radio sur les ondes hertziennes, c’est encore mieux. Ainsi, la plate-forme compte à travers cette webradio contribuer au processus de plaidoyer pour une reconnaissance juridique des radios associatives communautaires au Maroc et de leur droit d’émission sur les ondes hertziennes. Notons enfin que la webradio a été initié dans le cadre du projet « Médias communautaires : pour une information citoyenne ».

 

leghtas_540

Entretien avec Mohamed Leghtas du Forum des Alternatives Maroc (FMAS)

 

« Notre objectif : la reconnaissance juridique des radios associatives »

Pourquoi avoir choisi les anciens abattoirs de Casablanca comme siège de votre radio ?

La web radio « E-Joussour » est une radio associative. La logique des choses voudrait que son studio central soit dans un lieu qui soit une plaque tournante des associations. Une qualité que l’on retrouve aux anciens abattoirs de Casablanca. Le quartier de Hay Mohammadi est également le lieu idéal pour implanter le studio d'une radio qui s'inscrit dans la communication citoyenne et de proximité.

 

La web radio est diffusée sur Internet, à quand une diffusion sur les ondes hertziennes ?

La diffusion sur le net est une étape transitoire, en attendant la reconnaissance juridique des radios associatives. Et ce en considération au taux élevé de l'analphabétisme et de l'importance de la fracture numérique dans notre pays.

 

Quel sera le contenu de cette radio ? Est-ce qu’elle sera ouverte sur son voisinage méditerranéen ?

La grille de programmation de la web radio « E-Joussour » s'articule autour de la communication autour des activités des associations, de l'éducation aux droits humains et à la citoyenneté, la promotion et le rayonnement de la culture environnementale, la contribution au développement humain et durable, ainsi qu'autour d'autres thématiques relatives à la justice sociale, la culture altermondialiste, la paix et la résolution des conflits par voies pacifique. Dans un premier temps, la web radio E-joussour est ouverte sur son environnement régional Maghreb Machrek. Mais elle s'inscrit dans une optique universelle, et en conséquence, elle s'ouvrira également sur son voisinage méditerranéen.

 

Brèves :

Un Maghreb des arts au Maroc

Quatre villes marocaines seront le théâtre du Forum universitaire maghrébin des arts qui auront lieu entre le 22 et le 26 avril prochains. Il s’agit des villes de Casablanca, Rabat, El Jadida et Kénitra. Derrière cette belle idée se trouve le Bureau Maghreb de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Des étudiants du Maroc, mais également d’Algérie et de Tunisie vont ainsi présenter des projets ayant une relation avec la thématique de l’Utopie. En tout et pour tout, ce sont plus de 500 étudiants qui vont ainsi participer avec pas moins de 180 projets dans cette manifestation universitaire. Du côté du Maroc, cinq universités sont de la fête : Mohammed V-Agdal et Mohammed V-Souissi à Rabat, Chouaïb Doukkali à El Jadida, Hassan II à Mohammedia et Ibn Tofaïl à Kénitra.

 

Un concours de photographie sur le voisinage à Salé

« Qui bon voisin a bon matin » : telle est la thématique d’un concours photographique, initié par la Délégation de l’Union européenne au Maroc en partenariat avec l’association Sala Almoustaqbal. Les jeunes amateurs de la photographie de Salé, âgés entre 15 et 25 ans, sont invités à soumettre leurs clichés sur le sujet du voisinage : entre les gens du même quartier, de la même ville, entre deux villes, entre voisins de deux pays, entre jeunes et moins jeunes… Le 7 mai, les trois meilleurs clichés vont être récompensées lors d’une cérémonie de remise de prix présidée par l'ambassadeur de l'Union européenne au Maroc. Une exposition publique des plus belles photos du concours aura lieu le jour même au Marché Central de Salé.

 


 

Hicham Houdaïfa

16/03/2013

 

 

 

 

 

Related Posts

Coupe du monde 2010 : déception et rancoeurs

09/06/2004

Coupe du monde 2010 : déception et rancoeursGrosse Déception au Maroc dont la candidature à l’organisation du mondial vient d’être rejetée à Zurich au profit de l’Afrique du Sud. Depuis longtemps déjà le sport est la proie des idéologies, de la politique et de l’argent. Aujourd’hui la FIFA illustre bien ce que devient le sport à l’ombre de la mondialisation libérale. Occasion ratée: organiser la coupe dans un pays arabe aurait contribuer à rapprocher les peuples et à vider de son sens la logique de confrontation des civilisations.

Ces Français d'origine marocaine tentés par l'aventure au «bled»

02/07/2012

bled_11Si le Maroc bat des records de fuite des cerveaux et que le chômage chez les jeunes inquiète la Banque Mondiale, il attire néanmoins, chaque année, un grand nombre de Français venus y tenter leur chance.

Maroc, l’homosexualité n’est plus un tabou

22/05/2012

homo_110L’interdiction d’importer le roman de Mohamed Laftah, Dernier combat du capitain Ni’mat est directement liée à son l’histoire, celle d’un ancien capitaine de l’armée de l’air égyptienne qui se découvre homosexuel