La jeune femme la plus courageuse d’Egypte

 

Samira Ibrahim, la jeune femme la plus courageuse d’Egypte
Samira Ibrahim

Agé de 25 ans, Samira Ibrahim, qui vient du Sud conservateur du pays, n’est pas une activiste. La jeune femme a pourtant trouvé le courage de dénoncer l’armée de viol, après avoir été contrainte de subir un test de virginité.

Samira avait enduré cette violence et cette humiliation après avoir été arrêtée lors d’une manifestation se déroulant le 9 mars 2011, il y a exactement un an et un jour.

En brisant le silence, Samira Ibrahim, que de nombreux citoyens désignent désormais comme «la jeune femme la plus courageuse d’Egypte », a voulu éviter que d’autres Egyptiennes deviennent elles aussi victimes de telles pratiques. Elle a appelé les organisations égyptiennes et internationales de défense des droits de l’homme à la soutenir, et ces dernières se sont rangées à sa cause. Le 27 décembre la justice égyptienne a tranché sur la question des tests de virginité en faveur de Samira.

Babelmed publiera, dans les prochains jours et dans les différentes versions linguistiques du site, le portrait de cette jeune femme qui a su remettre en cause le Conseil Suprême des Forces Armées, contredire les idées reçues sur la femme devant rester soumise aux traditions, et incarner le modèle vivant d’une révolution égyptienne prête à fracasser ces méthodes d’un autre âge et rejeter en bloc l’offense faite aux femmes.

 

 

 


 

 


Dina Kabil
08/03/201
2

Related Posts

Cent auteurs sur cent ans

13/04/2012

Cent auteurs sur cent ansDans «L’Atlas littéraire du Caire», une collection des genres et des représentations sur Le Caire dans la littérature arabe du vingtième siècle, Samia Mehrez présente une topographie littéraire qui conjugue l’histoire sociale, culturelle, politique et urbanistique de la mégapole arabe.

Qui a des sous, …

29/11/2010

Qui a des sous,  … Un proverbe égyptien dit: «Qui a des sous perd le nord. Il achète des pigeons et les relâche», ce qui veut dire: quand on est habitué à avoir trop de choses, on finit par ne plus savoir qu’en faire. Ces mots semblent hélas de plus en plus appropriés au gouvernement égyptien.

Portraits de Mona Izzet et Fatma Kafagi

20/06/2012

egy_fem_110Elles ont toutes deux pris part à la révolution égyptienne et rejoint les rangs des féministes. Elles mesurent l’importance des défis et mènent leur combat en dehors des partis politiques traditionnels. Portraits de Mona Izzet et Fatma Kafagi.