Pétition en faveur de Raja Benslama

 

raja_200Les signataires de la présente pétition dénoncent les poursuites pour délit d’opinion, engagées par le pouvoir islamiste en Tunisie contre Raja Benslama, psychanalyste et professeur à l’université de Tunis. Ils s’indignent qu’un mandat d’amener ait été lancé contre elle, le 21 février 2013, pour avoir critiqué un dirigeant du parti Ennahda à l’Assemblée constituante. Ils découvrent avec stupéfaction que le Ministre de la justice a autorisé ces poursuites sur la base d’une loi abrogée, après la révolution. Ils constatent que les agressions et les persécutions contre les intellectuels (artistes, journalistes, universitaires, humoristes, etc.) s’amplifient de jours en jours. Le doyen de la Faculté des lettres de La Manouba est trainé devant les tribunaux, depuis plus d’un an, sous des prétextes fallacieux. Devant ces graves atteintes aux droits et aux libertés, ils exigent des autorités tunisiennes l’abandon de toutes les poursuites. Ils demandent aux dirigeants des États européens d’adopter une position ferme face au parti Ennahda et à son supposé « islamisme modéré ».

 

 

Pour signer la pétition: http://www.petitions24.net/petition_en_faveur_de_raja_benslama_et_pour_les_libertes_en_tunis

 

 

 

Related Posts

L’Art est liberté - pour une tunisianité sereine

13/08/2012

sereina_110Un très vaste collectif d’associations, structures artistiques et acteurs culturels de la société civile tunisienne ont organisé, samedi 30 juin, une manifestation baptisée « L’Art est liberté ».

Shiran Ben Abderrazak, passionné d’écriture

14/10/2015

shiran00 110La jeune génération, projetée sur le devant de la scène avec la révolution, lance de nombreuses initiatives en Tunisie. Shiran Ben Abderrazak en fait partie. (Inkyfada)

Tunisie: silence, on agresse

02/06/2012

hmra_110Mercredi 23 mai, Rejeb Maghri, enseignant d’art dramatique au Kef a été violemment tabassé par un groupe de salafistes. Entre le ras-le-bol des Tunisiens et l’indifférence du gouvernement, les violences salafistes se multiplient.