Pétition en faveur de Raja Benslama

 

raja_200Les signataires de la présente pétition dénoncent les poursuites pour délit d’opinion, engagées par le pouvoir islamiste en Tunisie contre Raja Benslama, psychanalyste et professeur à l’université de Tunis. Ils s’indignent qu’un mandat d’amener ait été lancé contre elle, le 21 février 2013, pour avoir critiqué un dirigeant du parti Ennahda à l’Assemblée constituante. Ils découvrent avec stupéfaction que le Ministre de la justice a autorisé ces poursuites sur la base d’une loi abrogée, après la révolution. Ils constatent que les agressions et les persécutions contre les intellectuels (artistes, journalistes, universitaires, humoristes, etc.) s’amplifient de jours en jours. Le doyen de la Faculté des lettres de La Manouba est trainé devant les tribunaux, depuis plus d’un an, sous des prétextes fallacieux. Devant ces graves atteintes aux droits et aux libertés, ils exigent des autorités tunisiennes l’abandon de toutes les poursuites. Ils demandent aux dirigeants des États européens d’adopter une position ferme face au parti Ennahda et à son supposé « islamisme modéré ».

 

 

Pour signer la pétition: http://www.petitions24.net/petition_en_faveur_de_raja_benslama_et_pour_les_libertes_en_tunis

 

 

 

Related Posts

Tunisie: ambiguïté et paradoxe du Prix Nobel de la paix

29/10/2015

nobel 2015 110Sur le site officiel du Prix Nobel, on peut lire que le Quartet a été récompensé “pour sa contribution décisive à la construction d'une démocratie pluraliste en Tunisie dans le sillage de la Révolution du Jasmin de 2011”. Outre la formule inappropriée de "Révolution du Jasmin", La réalité s'avère bien plus complexe.

Tunisie: deux ans après la révolution il n'y a pas grand-chose à célébrer

28/01/2013

1_110_artDeux jours avant le deuxième anniversaire de la révolution tunisienne, le 12 janvier, un énième jeune chômeur s'est immolé par le feu en public, cette fois à Mnihla, un quartier pauvre et densément peuplé de la banlieue de Tunis. (Article publié dans Il Manifesto, le 15 janvier 2013)

Place de l’islam, Daech, causes de l’extrémisme religieux : ce que pensent les Nord-Africains

05/06/2016

place-islam1-110A l'exception de la Tunisie, les pays d’Afrique du Nord sont majoritairement en faveur de l’application de la charia comme unique source d'inspiration de la loi, tout en revendiquant la séparation des sphères politique et religieuse. (Ebticar/Le Desk)