Appel à la libération immédiate de Nadir Dendoune

//Nadir DendouneLe journaliste Nadir Dendoune a été arrêté à Bagdad le 23 janvier dernier. En possession d’un visa de presse, Nadir était en reportage en Irak dans l’exercice de son métier. Depuis son arrestation, il n’a pas encore pu recevoir de visite des services consulaires français présents à Bagdad, malgré les demandes formulées par l’ambassade de France auprès des autorités irakiennes. Reporters sans frontières et le comité de soutien créé hier par la famille et les proches de Nadir Dendoune appellent à sa libération immédiate.

Reporters sans frontières et le Comité de soutien à Nadir Dendoune demandent la libération immédiate du journaliste, retenu dans une prison de Bagdad depuis le 23 janvier dernier. Entré en Irak le 16 janvier pour le mensuel français Le Monde diplomatique et le magazine Le Courrier de l’Atlas, il a été arrêté par la police irakienne alors qu’il effectuait un reportage près d'une usine de traitement d'eau dans le quartier de Dora au sud-ouest de Bagdad, selon le ministère français des Affaires étrangères.

Nadir Dendoune serait depuis incarcéré dans une prison de la capitale, sans pour autant avoir été inculpé. Porteur des nationalités française, algérienne et australienne, il serait officiellement poursuivi pour avoir pris des photos sans autorisation de sites sensibles. Il n’a pas encore pu recevoir de visite des services consulaires français présents à Bagdad, malgré les demandes formulées par l’ambassade de France auprès des autorités irakiennes. Le 28 janvier, le journaliste a pu appeler au téléphone une amie en France pour lui annoncer son incarcération.

Le 30 janvier, Reporters sans frontières et son organisation partenaire en Irak, le Journalistic Freedoms Observatory, ont adressé un courrier au Premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, afin de demander davantage d’informations sur les circonstances de l’arrestation du journaliste et sur les charges qui pèsent actuellement à son encontre. Le courrier a été remis en mains propres aux autorités irakiennes à Bagdad.

Les deux organisations ont demandé au chef du gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour permettre à Nadir Dendoune de recouvrer le plus rapidement possible la liberté.

Un point presse aura lieu ce soir à 17 heures à l’Institut du Monde Arabe, suivi de la projection du documentaire de Nadir Dendoune, "Palestine", à 18h30 (IMA, 1, rue des Fossés-St-Bernard, Paris 5e - Métro Cardinal-Lemoine et Sully-Morland). Une projection prévue de longue date, à laquelle, il devait assister.

Reporters sans frontières et le Comité de soutien organisent un rassemblement en faveur de la libération de Nadir Dendoune le vendredi 1er février, à 17h30, place de la Fontaine des Innocents, dans le 1er arrondissement, à Paris (Métro Châtelet- Les Halles).

 


 

Cliquez pour libérer le journaliste français Nadir Dendoune

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Deux poèmes

14/05/2017

3-cederna-110… Je marche sur un chemin, graviers sous mes pieds, branches mortes sous mes pieds. À ma droite, de hauts grillages; de grands murs et des portes fermées. 
À ma gauche, la nature sauvage, une belle vue sur un jardin sans fin…

Babak Inaloo, 26 ans, écrivain et réalisateur iranien, exilé en France.

Vivre à Mitte Soheil, les yeux rivés sur Milan

10/05/2010

Vivre à Mitte Soheil,  les yeux rivés sur MilanMitte Soheil connaît, depuis le début des années 90, un exode juvénile massif vers les pays du nord de la Méditerranée. Les jeunes émigrants sont mus par le désir de transformer leur condition. En dépit des difficultés du parcours, du coût élevé du voyage et des multiples périls de l’expérience migratoire, accoster sur la « rive de l’opulence » demeure un rêve pour les habitants du village.

WALLS

04/11/2013

walls stretto 110Le projet Walls conçu par la Compagnie théâtrale Astragali de Lecce (Italie), et soutenu par le programme Culture 2007-2013 de l’Union européenne, se propose d’interroger les identités de frontière en Méditerranée, et de les dissiper à travers la création et l’information.