Débats. Regards sur la révolution tunisienne

1_110_art Tunisie: deux ans après la révolution il n'y a pas grand-chose à célébrer
Deux jours avant le deuxième anniversaire de la révolution tunisienne, le 12 janvier, un énième jeune chômeur s'est immolé par le feu en public, cette fois à Mnihla, un quartier pauvre et densément peuplé de la banlieue de Tunis. (Article publié dans Il Manifesto, le 15 janvier 2013)

1rev_tun_110
Révolutions arabes et clichés
Pour qui vit, travaille ou voyage souvent dans des pays comme l’Egypte ou la Tunisie, il est toujours étonnant de s’apercevoir de l’énorme écart existant entre la réalité vécue et la représentation de la réalité de ces pays dans les medias occidentaux, et cela indépendamment de leurs différentes orientations politiques. (Article publié dans nawaat.org, le 18.01.2013)
mano_110 "Braiment d’âne n’arrive pas au ciel"*
Je pense que la polémique est le sel du débat culturel et politique. Mais je doute de l'utilité d'une querelle oiseuse, non documentée et ignorant délibérément la biographie intellectuelle et politique de celui ou celle que l'on critique. (Article publié dans NenaNews, le 22 janvier 2013)

Related Posts

Rafika Bendermel raconte TBB

12/03/2015

xxx yyysidib 110Rafika Bendermel débarque à Sidi Bouzid quelques mois après la révolution qui va changer la donne en Tunisie. C’est sur cette onde qu’elle développe l’expérience de Tunisie Bondy Blog (TBB), dans une région où le journalisme citoyen prend tout son sens.

Anouar Attia, écrivain trilingue

14/10/2004

Anouar Attia,  écrivain trilingueSi cet écrivain tunisien écrit en français, il le fait comme il se plait à dire: «marqué par un fait — mais aussi par un désir entêté — de syncrétisme culturo-littéraire (en l'occurrence triangulaire)…» qui puisent dans les langues, cultures et littératures arabe, anglo-saxonne et française.

Message de soutien d’universitaires et chercheurs à leurs collègues tunisiens

30/12/2011

Message de soutien d’universitaires et chercheurs à leurs collègues tunisiens Les universitaires et chercheurs soussignés, amis de la Tunisie, sont émus par les agressions physiques subies fin novembre et début décembre par des collègues tunisiens dont le doyen de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités (Unviersité de Manouba).