Hogra

 

Le mot « hogra » est intraduisible en langues latines.  C’est un sentiment où se  conjuguent  le mépris et l’arrogance du dominant à l’impuissance craintive du dominé. Un sentiment ancestral hérité du féodalisme et que la période coloniale n’a fait que renforcer. Les colons nous avaient planté un couteau dans le dos, en repartant, ils n’ont emporté que le manche, remplacé aussitôt par un autre, celui des présidences monarchiques, des oligarchies, des mafias sanguinaires qui ont continué à sucer avec délectation le sang des anémiques sous le regard complice d’un Occident qui, tout en chantant l’hymne de la démocratie et des droits de l’homme, continuait à soutenir, par intérêt, ces régimes négateurs des libertés élémentaires.

 

bine_540

Hier, la myopie bienveillante fut suscitée par la guerre dite froide, aujourd’hui c’est le spectre du danger islamiste qui domine et hante les bonnes consciences. « Hogra » est un sentiment qui a aussi soif de justice. Les régimes écrans n’ont pas pu troubler les regards fixés sur le sort des Palestiniens, à Gaza et ailleurs. Le peuple tunisien que nous autres, présomptueux maghrébins, qualifiions parfois de couard et de sans-personnalité, nous a montré la voie. L’Egypte et la Libye lui ont emboîté le pas. Et la Syrie est en si bon chemin. D’autres suivront, inévitablement. Un monde globalisé n’a pas que des inconvénients. Mais le soulèvement populaire de la Tunisie a déjà changé le sens de l’histoire ! Qui d'entre nous aurait pensé voir, à si court terme, la fin de la peur et ce refus radical de l'écrasement et de l'humiliation?

Je reste persuadé que, bien plus qu'une révolte socio-économique, c'est un soulèvement pour le respect et la fin de l'écrasement, c’est une quête de dignité et de liberté, contre la « hogra ». C’est pourquoi je ne crains ni la couleur, ni la pilosité de ceux qui, démocratiquement élus, nous gouverneront la prochaine décennie. Nous avons appris à nous tenir debout, et cela est irréversible.

 


 

Mahi Binebine

21/01/2013

 

Mahi Binebine est un peintre et écrivain marocain.

Dernier livre paru : Les étoiles de Sidi Moumen, Flammarion, 2010

Textes inédits et dessins recueillis par Bernard Magnier à l’occasion des manifestations organisées au théâtre du TARMAC à Paris, début 2002, autour des « printemps arabes ».

 

Pour se procurer l’ouvrage :

Librairie du Tarmac - 159 avenue Gambetta - 75020 Paris - Métro Saint-Fargeau –

tel. 01 43 64 80 80

 

Ou  les sites en ligne :

Amazone : http://www.amazon.f

FNAC : http://www.fnac.com

 

 

 

 

 

Related Posts

Aziz Lkhattaf à la Galerie Noir sur Blanc de Marrakech

03/10/2012

z_aziz_110La galerie NOIR SUR BLANC présente une exposition des travaux récents de l’artiste peintre Aziz Lkhattaf. Marrakech, du 12 octobre  au 2 novembre 2012.

On ne rigole plus au Maroc…

11/01/2007

On ne rigole plus au Maroc…Les élections législatives marocaines approchent à grands pas. La liberté de la presse marocaine, en revanche, régresse tous les jours un peu plus. Après les condamnations de «Demain», magazine d’Ali Lmrabet et du «Journal Hebdomadaire», c’est aujourd’hui au tour du nouvel hebdomadaire arabophone «Nichane» de subir de lourdes condamnations pour «atteinte à la religion islamique» et «publication et distribution d’écrits contraires à la morale et aux mœurs».

Pensée et Pratique culturelles au Maroc

12/04/2015

casab 110L'Atelier itinérant Pensée et Pratique (P&P), à l’initiative de la Fondation René Seydoux, s'est réuni du 22 au 24 janvier 2015 à Casablanca pour analyser les conditions de la vie culturelle au Maroc dans une perspective méditerranéenne.