Pinceau au Pays des Merveilles

  Pinceau au Pays des Merveilles A travers le lacis des ruelles d’une petite ville, les toiles de Ghassan Jadid nous dévoilent tout un enchevêtrement d’histoires secrètes qui se déroulent de jour comme de nuit dans une petite ville côtière. En effet, la ville est le domaine de prédilection du peintre, elle est l’expression spaciale la plus achevée de la complexité des relations humaines. Jadid a choisi de continuer à vivre dans sa ville natale, Tartous, située au bord de la Méditerranée et dont les fondements remontent à l’époque romaine. Par-delà les portes et les murs des maisons, le peintre retrace les souvenirs d’une enfance pleine de créativité et de fantaisie, grâce à un foisonnement de lignes et de formes naïves qui ne sont pas sans nous rappeler les œuvres de MirÓ, Klee ou Alechinsky. Rania Samara

Related Posts

Bleu–gris: tragédie sur l’Euphrate

23/03/2004

sy_euf_0Mohamad al Roumi qui, au fil des ans, nous a donné les plus belles photos de la Syrie, nous offre aujourd’hui son premier film. Documentaire ou journal intime, sans règles ni garde-fou, son film est tout simplement le battement de l’instant, le goût de l’instant qui s’impose comme motif réel.

Quel soutien aux artistes syriens?

11/02/2015

artisti sy 110terUn bilan critique du soutien accordé aux artistes syriens par les structures européennes est l'objet d'un rapport publié en 2014 sur le site ''Preparatory Action, Culture in EU External Relations'', initiative financée par l'Union Européenne.

«Ce qui fait pleurer» ou la presse satirique en Syrie

19/02/2005

«Ce qui fait pleurer» ou la presse satirique en SyrieUn nouvel hebdomadaire, Al Moubki"(en français "ce qui fait pleurer"), vient de sortir en Syrie. S’il est encore trop tôt pour porter un jugement sur ses contenus, le titre en revanche attire l’attention, d'autant qu'il fait référence à celui d'un autre journal célèbre édité par Habib Kahhalé en 1929, et qui est resté un moment marquant de l'histoire de la presse satirique syrienne.