Pétition en faveur de Omar Brouksy

//Omar BrouksyDans une dépêche du même jour, le journaliste décrivait la compétition électorale entre le parti de la justice et du développement (PJD) et le parti Authenticité et modernité (PAM) dans le cadre des élections législatives partielles de Tanger.

Le préjudice porte sur le rapprochement que fait le journaliste entre la monarchie et le PAM en évoquant la participation de « candidats proches du Palais royal, se présentant sous la bannière du parti Authenticité et Modernité (PAM), fondé en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche du roi Mohamed VI ».

Dans un communiqué, le gouvernement marocain a jugé la dépêche "anti-professionnelle, véhiculant des allégations mêlant l’institution monarchique à cette compétition électorale". La direction de l'AFP a demandé officiellement aux autorités marocaines de bien vouloir revenir sur leur décision.

Ce n’est pourtant pas la première fois que la proximité entre le PAM et le Palais royal est mentionnée. Très régulièrement, chercheurs, journalistes et acteurs politiques se réfèrent à cette proximité réelle ou supposée. Les câbles diplomatiques américains révélés par Wikileaks avaient déjà fait état de liens entre ce parti  et la monarchie.

Quels que soient les liens entre ce parti et l’institution monarchique, les propos du journaliste Brouksy ne sont en aucun cas offensants envers le roi, ils ne portent pas non plus atteinte au régime politique marocain.

En revanche, cette sanction pose une nouvelle fois la question de la liberté d’expression dans le royaume. Cette décision paraît d’autant plus incompréhensible qu’elle va à l’encontre de la lettre et de l’esprit de la Constitution adoptée au lendemain des soulèvements populaires dans le monde arabe. Elle donne par ailleurs une image négative du Maroc qui s’est engagé dans la voie du changement. Elle contribue enfin à priver les Marocains du débat politique auquel ils aspirent.

C’est pourquoi, à l’instar des organisations de défense des droits de l’homme, nous condamnons fermement cette sanction qui prive Omar Brouksy d’exercer son métier de journaliste au Maroc et demandons que son accréditation lui soit rendue.

 

Khadija Mohsen Finan Contacter l'auteur de la pétition

 

 

http://www.petitions24.net/petition_en_faveur_de_omar_brouksy

 

 


 

Related Posts

On ne rigole plus au Maroc…

11/01/2007

On ne rigole plus au Maroc…Les élections législatives marocaines approchent à grands pas. La liberté de la presse marocaine, en revanche, régresse tous les jours un peu plus. Après les condamnations de «Demain», magazine d’Ali Lmrabet et du «Journal Hebdomadaire», c’est aujourd’hui au tour du nouvel hebdomadaire arabophone «Nichane» de subir de lourdes condamnations pour «atteinte à la religion islamique» et «publication et distribution d’écrits contraires à la morale et aux mœurs».

La marche des salopes

25/09/2011

La marche des salopesActif sur le net depuis plusieurs semaines, le mouvement Slutwalk Morocco (la marche des salopes) compte sortir du monde virtuel pour manifester contre le harcèlement sexuel. Entretien avec Majdouline Lyazidi, fondatrice du mouvement «Slutwalk Morocco»

Le Maroc se dote de sa webradio

16/03/2013

leghtas_110Une première au Maroc ! La plate-forme «E-Joussour», le portail de la société civile Maghreb/Machrek, dépendant du Forum des Alternatives Maroc (FMAS) a lancé sur le net, la première webradio participative.