Dream City 2012. Empreintes


Carnet photographique d’un périple culturel dans la vieille médina de Tunis. Clichés pris au hasard des escales artistiques et des belles rencontres que réservaient les parcours de Dream City, du 26 au 30 septembre. Initiative portée par l’Association l’Art Rue. Photos hispstamatic par Elizabeth Grech pour Babelmed.

 

 



xPhoto-1
"Dream City Arrow"

xPhoto-2
"Dream City Arrow"
Les flèches différentes parsemées sur les murs de la médina indiquaient la couleur attribuée à chaque parcours.

//
"Dream City bracelets"
Les flèches différentes parsemées sur le sol de la médina indiquaient la couleur attribuée à chaque parcours.

//
Khira et Rochdi de Malek Sebai
(Ancienne Bibliothèque nationale, Souk el Attarine)
Khira et Rochdi, l’une en fin de carrière et l’autre assez jeune jouent ce jeu négocié entre danse contemporaine, danse folklorique et toutes leurs variantes en racontant par leurs corps l’amour dans toutes ses formes, la relation homme/femme, les relations intergénérationnelles et en passant par toutes les émotions (colère, tristesse, joie, calme, délire, passion). Nous nous sommes laissés emporter par le tourbillon de musique, la lumière, le chant, la danse qui résonne encore en moi bien des jours après. Un vrai voyage émotionnel.
(Photo Patricia Triki).

xPhoto-5
Le Ciel est par-dessus le toit du Collectif Wanda

//
Le Ciel est par-dessus le toit du Collectif Wanda
(Terrasse du Souk Chaouachia, Impasse el Oukela)
Trois petites pièces éphémères blanches, un grand matelas par terre, un voilage blanc volant dans le vent et une grande fenêtre dans chacune. Une invitation à s’allonger pour regarder le ciel sur les toits de Tunis, loin du brouhaha des souks. Un moment magique, surtout au coucher du soleil.

xPhoto-7
Counfa de Héla Ammar

xPhoto-8
Counfa de Héla Ammar

xPhoto-9
Counfa de Héla Ammar

//
Counfa de Héla Ammar
(Parking place de la Kasbah)
La visite guidée par Héla Ammar m’a plongée dans l’étouffement de l’univers carcéral qu’elle explore d’une manière audio-visuelle. Les images disent tout sur les conditions de vie et d’hygiène des détenus, hommes d’une part, et femmes de l’autre.

//
Opérator de Alia Sellami
(rue Sabat El Dhlem)
Accompagnés par Alia elle-même et par différentes voix, résultat d’un montage sonore d’une multitude de voix d’opérateurs téléphoniques, nous avons fait un autre voyage bien onirique où l’artiste s’inspire des divers modes de communication qui se déploient dans les enregistrements de conversations.

//
Anti-Livre de Mustapha Benfodil
(El Khaldounia, Impasse Souk el Attarine)
Avec des livres noirs cloués sur un tableau derrière lui, Mustapha Benfodil était assis devant un tas de livre, certains en arabe, d’autres en français. Il prend un livre après l’autre au hasard et à chaque fois, lit un extrait. Dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Mustafa Benfodil a animé un atelier, la bibliothèque de l’Université Aix-Marseille lui a ouvert son pilon. Anti-livre est né d’un travail de réflexion sur le processus de pilonnage des livres.

xPhoto-13Parti Facelook/ Parti Facelike de Mouna Jmal & Wadi Mhiri

//Parti Facelook/ Parti Facelike de Mouna Jmal & Wadi Mhiri
(Ecole ATAS, 6 rue Ali Azzouz)

 

 

 

 

 



Pour plus d'information:

 

 

 

 

 

 
Elizabeth Grech
08/10/2012


 

 

Related Posts

Dom Juan à Tunis

24/04/2013

juan_110Le Dom Juan de Molière, mis en scène par Nicolas Hocquenghem avec la Compagnie Théâtrale de la Cité, était à Tunis. Le spectacle est édifiant, doté d’une respiration profonde. La volubilité avec laquelle le metteur en scène et ses acteurs égrènent les syllabes de Molière dévoile une autre musique de cette prose du XVIIème siècle.

Tunisie. La société civile face aux défis de la transition

14/11/2015

defis 110

Depuis le printemps 2011 et le renversement du régime de Ben Ali, la Tunisie apparaît en quête de repères et expérimente un relatif foisonnement de la vie démocratique. Tout juste auréolé du prix Nobel de la paix en octobre 2015 qui récompense le travail de la société civile au cœur des défis de la transition (syndicats, ONG, associations, médias alternatifs, etc.), le pays reste confronté à d’incessantes menaces et instabilités. Reportage documentaire d’Olivier Roux, lauréat du concours JJEM  –  Jeunes Journalistes en Méditerranée . 

Cinéma tunisien. Les années 60/70

30/09/2010

Cinéma tunisien. Les années 60/70Après une série de courts métrages valorisant le patrimoine national, les premiers cinéastes ont clairement choisi des thématiques liées à la naissance de la Tunisie indépendante. Que le film inaugural de cette histoire soit intitulé L'Aube (1966), n'est pas de l’ordre du hasard.