Dream City 2012. Empreintes


Carnet photographique d’un périple culturel dans la vieille médina de Tunis. Clichés pris au hasard des escales artistiques et des belles rencontres que réservaient les parcours de Dream City, du 26 au 30 septembre. Initiative portée par l’Association l’Art Rue. Photos hispstamatic par Elizabeth Grech pour Babelmed.



xPhoto-1
"Dream City Arrow"

xPhoto-2
"Dream City Arrow"
Les flèches différentes parsemées sur les murs de la médina indiquaient la couleur attribuée à chaque parcours.

//
"Dream City bracelets"
Les flèches différentes parsemées sur le sol de la médina indiquaient la couleur attribuée à chaque parcours.

//

Khira et Rochdi de Malek Sebai

(Ancienne Bibliothèque nationale, Souk el Attarine)
Khira et Rochdi, l’une en fin de carrière et l’autre assez jeune jouent ce jeu négocié entre danse contemporaine, danse folklorique et toutes leurs variantes en racontant par leurs corps l’amour dans toutes ses formes, la relation homme/femme, les relations intergénérationnelles et en passant par toutes les émotions (colère, tristesse, joie, calme, délire, passion). Nous nous sommes laissés emporter par le tourbillon de musique, la lumière, le chant, la danse qui résonne encore en moi bien des jours après. Un vrai voyage émotionnel.
(Photo Patricia Triki).

xPhoto-5

Le Ciel est par-dessus le toit du Collectif Wanda

//
Le Ciel est par-dessus le toit du Collectif Wanda
(Terrasse du Souk Chaouachia, Impasse el Oukela)
Trois petites pièces éphémères blanches, un grand matelas par terre, un voilage blanc volant dans le vent et une grande fenêtre dans chacune. Une invitation à s’allonger pour regarder le ciel sur les toits de Tunis, loin du brouhaha des souks. Un moment magique, surtout au coucher du soleil.

xPhoto-7
Counfa de Héla Ammar

xPhoto-8
Counfa de Héla Ammar

xPhoto-9
Counfa de Héla Ammar

//
Counfa de Héla Ammar

(Parking place de la Kasbah)
La visite guidée par Héla Ammar m’a plongée dans l’étouffement de l’univers carcéral qu’elle explore d’une manière audio-visuelle. Les images disent tout sur les conditions de vie et d’hygiène des détenus, hommes d’une part, et femmes de l’autre.

//
Opérator de Alia Sellami

(rue Sabat El Dhlem)
Accompagnés par Alia elle-même et par différentes voix, résultat d’un montage sonore d’une multitude de voix d’opérateurs téléphoniques, nous avons fait un autre voyage bien onirique où l’artiste s’inspire des divers modes de communication qui se déploient dans les enregistrements de conversations.

//
Anti-Livre de Mustapha Benfodil

(El Khaldounia, Impasse Souk el Attarine)
Avec des livres noirs cloués sur un tableau derrière lui, Mustapha Benfodil était assis devant un tas de livre, certains en arabe, d’autres en français. Il prend un livre après l’autre au hasard et à chaque fois, lit un extrait. Dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Mustafa Benfodil a animé un atelier, la bibliothèque de l’Université Aix-Marseille lui a ouvert son pilon. Anti-livre est né d’un travail de réflexion sur le processus de pilonnage des livres.

xPhoto-13Parti Facelook/ Parti Facelike de Mouna Jmal & Wadi Mhiri

//Parti Facelook/ Parti Facelike de Mouna Jmal & Wadi Mhiri
(Ecole ATAS, 6 rue Ali Azzouz)




Pour plus d'information:

Elizabeth Grech
08/10/2012




Related Posts

Peintres italiens en Tunisie

30/09/2008

Peintres italiens en Tunisie Du 18 septembre au 15 octobre, Tunis consacre deux espaces à une grande exposition de peinture italienne : Le Musée de la ville de Tunis (le prestigieux Palais Kheireddine) et Dar Bach Hamba (siège tunisois de la Fondation Orestiadi).

«Hammam Baghdadi», théâtre d’Irak, de Jawad El Assadi

11/04/2015

hammam 110bisEl Teatro, 1er espace d'art et de création en Tunisie, présente la pièce de Jawad El Assadi « Hammam Baghdadi ». Un spectacle qui donne à voir et à entendre un constat sur les couche sociales marginalisées dans tous les pays arabes . El teatro, Tunis, du 16 au 25 avril.

Tunisie: Et la peine devient un don

28/02/2012

Tunisie: Et la peine devient un donQuand les œuvres de Ben Haj Yahia, Jebali, Darwish et Farzit imprègnent la création théâtrale, le combat de deux générations défile sur scène.