Requiem marin

req_540

 

Requiem marin

 

Les eaux couvrent les clameurs du monde

Un soir de rumeurs charriées par les ondes

Quand les frissons des sourires noyés

Éclaboussent les caisses de nos images

Furtives ablutions de l’inconscience des adages

Gravés sur les ponts des carrioles démâtées

Ou requiem marin des peaux éternellement salées

Qui nous dira des flots les insignes sages

 

Heureuse est la mer qui les berce

 

Honte à toi ô négrier du néant

As-tu compté de ta cargaison les soupirs

As-tu conté les rictus des rêves béants

Déposés sur l’autel des sirènes du pire

As-tu cueilli les maux d’une terre assoiffée

D’absolu pour naviguer sur un océan de larmes

Misère des visages aux mines décoiffées

Misérable sort des gladiateurs qu’on désarme

 

 

Heureuse est la mer qui les berce

 

Le reflux cynique du temps assassin

Renvoie du drame les échos vagues

Scénographie d’un récif couvert d’oursins

Qui écorchent une chair livrée aux vagues

Profondeurs élues demeures tombales

Des trésors chéris d'une mer qui les enlace

Fable rythmée par le son grave d’une cymbale

Sentier écumeux des hommes dont on n’a plus de traces

 

 

Heureuse est la mère qui les berce

 

 

Tunis, le 14 février 2011

 

Related Posts

TOCCATA

04/12/2006

Aussi composai-je vélocement ce mot que j’expédiai aussitôt à AME: «J’appelle silence la parole ou du moins l’amour de la parole qui s’est tue avant de traverser l’espace et le temps pour devenir réalité. Alexandre». (Extrait de TOCCATA, nouvelle d’Aymen Hacen)

“Plus loin que la nuit”, entretien avec Cécile Oumhani

02/12/2007

“Plus loin que la nuit”,  entretien avec Cécile Oumhani Parvenue à son quatrième roman, Cécile Oumhani accomplit un exercice littéraire exceptionnellement bien réussi. Dans “Plus loin que la nuit” (Editions de l’Aube), elle crée un univers romanesque où s’enchassent deux parcours de femmes complexes et dramatiques que le destin fait se croiser.

Femmes au coeur du récit

10/06/2013

oum_110_cLes romans de Cécile Oumhani s’organisent le plus souvent autour de parcours féminins dont nous suivons la progression jusqu’à leur lente éclosion. Pourquoi les femmes occupent-elles cette place prédominante dans son œuvre ?