Requiem marin

req_540

 

Requiem marin

 

Les eaux couvrent les clameurs du monde

Un soir de rumeurs charriées par les ondes

Quand les frissons des sourires noyés

Éclaboussent les caisses de nos images

Furtives ablutions de l’inconscience des adages

Gravés sur les ponts des carrioles démâtées

Ou requiem marin des peaux éternellement salées

Qui nous dira des flots les insignes sages

 

Heureuse est la mer qui les berce

 

Honte à toi ô négrier du néant

As-tu compté de ta cargaison les soupirs

As-tu conté les rictus des rêves béants

Déposés sur l’autel des sirènes du pire

As-tu cueilli les maux d’une terre assoiffée

D’absolu pour naviguer sur un océan de larmes

Misère des visages aux mines décoiffées

Misérable sort des gladiateurs qu’on désarme

 

 

Heureuse est la mer qui les berce

 

Le reflux cynique du temps assassin

Renvoie du drame les échos vagues

Scénographie d’un récif couvert d’oursins

Qui écorchent une chair livrée aux vagues

Profondeurs élues demeures tombales

Des trésors chéris d'une mer qui les enlace

Fable rythmée par le son grave d’une cymbale

Sentier écumeux des hommes dont on n’a plus de traces

 

 

Heureuse est la mère qui les berce

 

 

Tunis, le 14 février 2011

 

Related Posts

Ma de Hubert Haddad, toute la puissance du monde en deux lettres

22/09/2015

haddad 110On peut s’en vouloir de découvrir en 2015 seulement cet auteur immensément singulier .La découverte en est aussi intense qu’un espéré « thé de première eau ».Avec Ma, on croit que le livre sera lu rapidement et c’est une erreur.

Le café d’Yllka, éditions Elyzad

09/05/2009

Le café d’Ylka,  éditions ElyzadSavoir écrire la guerre, sa lente et inexorable intrusion dans la simplicité des jours, jusqu’à l’accélération de l’horreur avec son cortège de destructions, séparations, deuils… Cest cette prouesse d’écrivain que Cécile Oumhani accomplit dans son dernier roman, “Le café d’Yllka”.

Les prépondérants de Hédi Kaddour

21/01/2016

prepon 110Avec un titre qui sonne comme un glas aux dirigeants d’une Tunisie à peine voilée, d’un siècle qui fut celui des colonies flamboyantes, Hédi Kaddour signe une œuvre méticuleuse, un texte très attachant, une histoire reconnue.