L’édito de Selma & Sofiane Ouissi directeurs artistiques de Dream City


dream2_540

Comment amener la ville de Tunis en perpétuelle transformation à devenir un espace ouvert à des expérimentations artistiques et culturelles?


Comment susciter le développement de nouvelles formes de citoyenneté et de réappropriation de l’espace public dans notre pays en (re)construction?

Comment sensibiliser le politique, l’Etat, à la présence de la communauté culturelle et quelles formes d’échanges dynamiques sont à inventer entre ces deux mondes?

C’est la réflexion que Dream City, itinéraires d’art contemporain en espace public, mène depuis 2007 pour rêver et se réapproprier la médina de Tunis. Une invitation aux créateurs, toutes disciplines confondues, à penser des projets inscrits dans la ville.

Cet événement est une expérience qui fait l’éloge du transitoire, de l’expérimental, du collectif, du décloisonnement des pratiques, du croisement des regards et des questionnements transversaux
entre l’Art et la société. Cet « art in progress » a pour horizon une réappropriation de la ville par un exercice inédit de la citoyenneté tunisienne et du droit à l’exercice de la liberté pour participer au
développement d’une culture démocratique.

Les pratiques et les dispositifs artistiques qui existaient jusque-là en Tunisie sont totalement reconsidérés. 
Les artistes se réinventent, bousculent l’ordre établi des évidences et opèrent une forme de résistance artistique en même temps qu’ils œuvrent à la reconstruction d’un espace social et politique.

Quel rôle peuvent-ils jouer dans la cité et dans les replis d’une Histoire en train de s’écrire?

«L’artiste face aux libertés» sera en 2012 le thème de sa troisième édition, ouverte également à des créateurs d’Afrique et d’Asie Centrale. Après Tunis, Dream City 2012 vous transportera à Sfax, au coeur de cette ville industrielle à l’atmosphère singulière.

Nous donnons rendez-vous à tous les curieux d’ici ou d’ailleurs, à tous ceux qui inventent de nouvelles manières de vivre en commun.
 Soyons certains que l’action conjuguée des artistes et des citoyens saura révéler autrement notre nouvelle condition politique, en faire surgir les potentialités enfouies, d'étranges poésies et de nouveaux possibles.

 

 


 

 

 

Selma & Sofiane Ouissi

 

Related Posts

La belle et la meute, un film de Kaouther de Ben Hania

13/10/2017

Labelle 110Ce film est Librement adapté du livre « Coupable d’avoir été violée » de Meriem Ben Mohamed et Ava Djamshidi (éd.Michel Lafon), ouvrage qui a permis à son auteur d’obtenir gain de cause grâce à un jugement en bonne et due forme. Sortie nationale en France le 18 octobre 2017.

Dendri, quand le Stambali s’affranchit de l’espace et du temps

11/08/2018

Le dendri est une boisson servie aux mausolées en Tunisie. Elle se compose de sorgho, lait fermenté, eau et sucre. Un breuvage atypique tout comme le projet musical qui porte son nom.

Cinéma tunisien. Les années 2000

30/09/2010

Cinéma tunisien. Les années 2000Depuis les années 2000, si on ne voit pas vraiment venir une nouvelle « vague » de réalisateurs, il y a cependant quelques noms sur lesquels on pourrait s'arrêter et chez qui la question du rapport à l'autre se pose autrement que chez leurs prédécesseurs.