Dream City 2012

dream_540b

L’artiste face aux libertés

Le poète, l’artiste, l’écrivain, l’auteur est exposé à l’accusation de trahison de sa communauté" écrit Fethi Ben Slama (psychanalyste et universitaire).

Or, dans une société tunisienne en pleine mutation, confrontée d'un côté à la montée de la religion et de l'autre à la renaissance de la société civile (les deux ne s'excluant pas forcément), comment l'artiste peut-il oeuvrer pour ouvrir de nouveaux espaces de liberté et de modernité sans heurter "l'émotivité religieuse" (il n’est pas question ici des extrémistes mais des croyants tout simplement) ? Comment peut-il proposer une alternative à la compréhension du monde autre que l'interprétation théologique sans se mettre au ban de la communauté ? Comment guider vers la sécularisation tout en faisant comprendre le respect du fait religieux ? De manière plus générale, comment comprendre, saisir, guider cette nouvelle société dans ses balbutiements démocratiques?

Chaque artiste tente de répondre à ces questionnements sous-jacents par des expressions symboliques, métaphores de leur sensible confronté à leur société. Dans tous les cas, il s’agit de soulever de nouveaux questionnements, d'ouvrir de nouveaux possibles, d'aiguiller, de révéler, de conseiller... pour que les artistes aillent toujours plus loin, qu’ils soient le déclencheur ou le révélateur de véritables puissances cognitives, affectives, sociales ou politiques aptes à désordonner et à ré-agencer l’espace-temps public.

Comme pour les éditions précédentes, Dream City convoque à nouveau toutes les formes d’art.
 Une quarantaine de propositions artistiques contemporaines sont appelées à envahir les médinas de Tunis et Sfax : arts vivants, arts visuels, littérature, musique, arts numériques, performances...Au total, 8 jours de rendez-vous avec 25 projets tunisiens et 15 projets étrangers

De nombreux créateurs originaires de pays d’Afrique et d’Asie centrale sont attendus cette année pour créer un pont sensible avec ces sociétés dominées pendant des décennies par des régimes totalitaires.

 

Nouvelles initiatives

Pour la première fois, la manifestation se déroulera aussi à Sfax (05-07 octobre). Une manière de décentraliser l’offre culturelle et de replacer la créativité au cœur d’une ville qui en manque cruellement.

La médina de Sfax est oubliée par les programmes de restauration nationale. Il s’agit de redonner un élan culturel à cette ville industrielle en révélant son centre historique et de le ranimer artistiquement.

Une grande exposition photographique à ciel ouvert jalonnera les rues des deux villes sur le thème ‘‘Libres corps en espace public’’. Invitation spéciale à 4 photographes venus de Tunisie, de Chine, d’Iran et de République Démocratique du Congo.

Le Dream Café (animé par Tahar Chikhaoui et Pascal Le Brun-Cordier) proposera des rencontres informelles dans un lieu convivial où le public sera invité à débattre des oeuvres vues et vécues, à faire part de ses impressions, critiques et coups de coeur.

Autre initiative : Change ta classe (en partenariat avec la Cité de l’architecture et du Patrimoine à Paris) présentera un projet de transformation d’une salle de classe dans deux écoles de quartiers populaires (projet créé par Fiona Meadows, architecte d’intérieur).

dream_540a

Medina mode d’emploi

Les ‘‘portes’’ s’ouvrent chaque jour de 12h à 20h.
 Dream Café et jams session en clôture chaque jour de 18h30 à 20h. Soirées exceptionnelles le 29 septembre à Tunis et le 6 octobre à Sfax.

Le public est invité à explorer Dream City à travers différents parcours : au choix, 4 itinéraires colorés qui conduisent les visiteurs d’un lieu à un autre, d’une oeuvre à une autre, au fil du coeur labyrinthique de la ville.
Des points d’information et de vente sont proposés à plusieurs endroits clés de la médina. C’est là que les visiteurs viennent acheter les bracelets correspondant aux divers parcours.

Libre à chacun de déambuler à son rythme, de visiter dans tel ou tel ordre, les performances se rejouant à intervalle régulier sur toute la durée de la manifestation.

Horizon 2013

Dream City ira poser ses bagages artistiques en France en mai 2013. La biennale est en effet conviée dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la Culture où elle sera programmée lors de La Folle Histoire des Arts de la Rue organisée par Karwan.

 


 

Contacts

www.lartrue.com
17 rue Salaheddine el Ayoubi 2080 Ariana TUNISIE

contact.dreamcity@gmail.com - Tel. +216 22 70 50 15

JIHENE TURKY turkyjihene@yahoo.fr Tel. +216 20 21 86 90 Tel. +216 52 21 86 93

CeCiL THUILLIER cecil.dreamcity@gmail.com Tel. +33(0)6 08 02 83 73

Pour consulter le programme complet :www.lartrue.com/


 

 

 

Related Posts

L’espoir se modèle à Sejnane

09/06/2011

L’espoir se modèle à SejnaneSofiane et Selma Ouissi n’ont pas attendu la révolution tunisienne pour imaginer de nouvelles alternatives culturelles pour leur pays . Après “Dream City”, c’est à présent “Laaroussa”, une fabrique d’espaces populaires de création culturelle réalisée avec les femmes potières de Sejnane qu’ils nous invitent à venir découvrir. Sejnane, le 18 juin.

Rencontre avec Hichem Ben Ammar, documentariste tunisien

28/04/2009

Rencontre avec Hichem Ben Ammar,  documentariste tunisienHichem Ben Ammar est né en septembre 1958 à Tunis. Il a fait des Etudes en arts plastiques, et est diplômé de l'Ecole des Beaux Arts de Tunis. Critique de cinéma, animateur de ciné-club, enseignant de cinéma, programmateur de festival, Hichem Ben Ammar passe à la réalisation en 1998.

A El Ghettar, les habitants réinventent la démocratie directe

23/01/2015

bondy 110xxx yyyDans certains territoires comme El Guettar, les habitants ont mis en place de nouvelles méthodes de gestion locale, une sorte de réponse à l’absence de représentation étatique. (Ebticar/Tunisie Bondy Blog)