Brève visite au Bardo

 

Après des années de rénovation et d’extension, le musée du Bardo est prêt pour l’émerveillement des visiteurs. 20 000 mètres carrés de pures splendeurs. L’histoire du pays, sa richesse y sont lisibles. J’entrevois même des virtualités d’avenir tant l’histoire est riche par sa diversité et par la profonde parenté entre ses diverses déclinaisons.

 

 

bardo_1

 

Il est heureux que les travaux commencés en 2008 s’achèvent aujourd’hui que le pays n’est plus une dictature. Le Bardo rappellera toujours aux Tunisiens et au monde que ce pays est profondément ancré dans un espace résolument ouvert.

C’est toute l’histoire de la Méditerranée qui est superbement illustrée ici. Du paléolithique à l’époque musulmane, c’est une gigantesque fresque des splendeurs des cultures. Ici, on peut admirer la plus imposante collection de mosaïques au monde. Voici Endymion et Séléné, voici Diane chasseresse, Ulysse et les sirènes, Ménandre  absorbé dans la lecture d’un volumen, Eros androgyne… Il n’est pas un champ de la culture, un domaine de la vie qui ne trouve ici une représentation. Tous les échos du monde se retrouvent ici. J’admire surtout les Xénia, ancêtres oubliés des natures mortes. La nouvelle aile du musée abrite le fabuleux trésor de Mahdia. Six salles donnent à voir des pièces d’une beauté remarquable  provenant du navire retrouvé en 1907 au large de Mahdia. La cargaison, faite d’un riche mobilier commandé par un richissime romain, est venue échouer  près de Mahdia, pour finir ici dans ce panthéon du beau. Je m’arrête longuement devant le Coran bleu. Sa couleur indigo est encore rutilante. Cette pièce maîtresse de l’art musulman est un chef-d’œuvre de la calligraphie koufie.

 

bardo_2

 

Le bâtiment lui-même retient l’attention. Ancienne résidence beylicale, il est l’illustration même de l’art mauresque. Malgré les influences italiennes, turques, le palais a l’austérité de l’art mauresque. En lui, le dehors doit différer du dedans. Les signes de richesse sont réservés à l’intérieur; l’extérieur est sobre. Tout suggère ici que la richesse est une dimension intérieure. Je constate avec satisfaction que la nouvelle aile s’intègre parfaitement dans l’ensemble et en épouse l’esprit. Ce qui lie la partie moderne à la partie ancienne ce n’est pas un rapport de contiguïté mais d’imbrication où l’un rehausse l’autre dans la proximité que la profondeur historique confère aux différentes cultures. Voici Virgile et les muses somptueusement encadré de pourpre et voici, dès l’entrée, l’impressionnant Triomphe de Neptune (13 mètres sur 8). Le musée offre maintenant un ensemble aux lignes architecturales épurées. C’est un cadre spacieux qui permet une excellente mise en valeur des objets. Quant à l’éclairage, il est tout à la fois doux et savant.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai visité ce musée, mais je suis sûr à chaque visite d’y faire une grande découverte. A chaque fois, j’ai également le sentiment que ma visite a été trop brève. Je me promets donc d’y revenir, comme à chaque fois.


bardo_3

bardo_4

bardo_5

bardo_6

bardo_7

bardo_8

bardo_9

bardo_10

bardo_11
 


 

Jalel El Gharbi
03/08/2012

 

Related Posts

Migrations et Exils

19/01/2010

Migrations et Exils Jusqu’au 25 janvier, un cycle de projections autour de la représentation des migrations dans le cinéma arabe aura lieu à Tunis.

Al Jazeera: la télévision que George Bush voudrait voir disparaître

12/12/2005

Al Jazeera: la télévision que George Bush voudrait voir disparaîtreLa chaîne qatarie, aussi controversée et critiquable qu’elle puisse être, ne saurait faire l’objet d’une menace aussi radicale que celle un moment envisagée par le président américain: le bombardement. Elle n’est qu’un média, qu’un moyen d’information, qui peut déplaire mais qui ne peut, logiquement, être assimilé à un objectif militaire.

Des courtisanes ici-bas et des houris pour l’au-delà

11/02/2012

Des courtisanes ici-bas et des houris pour l’au-delàLa Tunisie est le seul pays arabe à avoir interdit la polygamie. Mais aujourd’hui les groupes salafistes remettent ouvertement en question le CSP (Code du Statut Personnel) interdisant le mariage coutumier et la polygamie.