Liberté, responsabilité ...

jdc5_edit_333Certains pensent que la liberté des médias signifie se libérer de toutes les limites des cadres sociaux, culturels, et éthiques...

La liberté des médias signifie essentiellement que le journaliste peut travailler dans un climat qui lui permet d’utiliser librement ses compétences professionnelles dans l'exercice de sa profession. Cette liberté signifie en même temps responsabilité. Le journaliste est donc responsable de ce qu’il écrit, diffuse, met sur le réseau.

La neutralité et l’équilibre de l’information représentent l’une des règles professionnellesles plus urgentes en Tunisie après le 14 Janvier 2011. Il n'est pas facile pour un journaliste d'être neutre, mais le plaisir dans le travail du journaliste est justement cette quête continue et ce conflit interne pour respecter les règles de la profession. L’équilibre exige de donner à voir et à comprendre toutes les parties qui font objet de l’information. C’est en cela que consiste le travail du journaliste. C’est en suivant cette pratique que le journaliste peut permettre à son récepteur de se construire un point de vue propre.

Le journaliste pourra se demander: « Et comment puis-je alors exprimer mon point de vue? ». La réponse ici est très simple : Distinguer et séparer l’information du commentaire. La règle indique que l’information est sacrée mais le commentaire est libre. Néanmoins, la liberté du commentaire n’est pas absolue ; elle est limitée par le respect des codes éthiques et l’utilisation de tous les outils de persuasion possibles...

Les médias respirent la liberté à chaque seconde, à chaque minute...


 

Moncef Ayari

Related Posts

Du côté de Kasserine, de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantine

25/05/2004

Du côté de Kasserine,  de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantineJe descends vers le sud de la Tunisie pour revoir un poème gravé sur un mausolée du IIème siècle après J. C. J’affectionne la poésie qui se fait chose visible. Ma route passe par Kairouan, le centre spirituel du Maghreb. J’entre dans la ville, dans sa profusion de coupoles, de minarets et de dômes…

La femme et le principe de parité

28/09/2011

La femme et le principe de parité Une des conséquences les plus importantes de la révolution a été d’imposer dans le code électoral le principe de parité entre hommes et femmes afin de renforcer la présence de ces dernières dans la sphère politique et des les faire participer activement à l’avènement de la démocratie.

Nouveau n° du Journal du Citoyen

13/04/2012

Nouveau n° du Journal du CitoyenCette nouvelle session du JDC est organisée par le Syndicat des Journalistes Tunisiens et l’Institut français PANOS, une ONG internationale à but non lucratif qui œuvre pour renforcer le pluralisme de l’information au service de «la démocratie durable».