Liberté, responsabilité ...

jdc5_edit_333Certains pensent que la liberté des médias signifie se libérer de toutes les limites des cadres sociaux, culturels, et éthiques...

La liberté des médias signifie essentiellement que le journaliste peut travailler dans un climat qui lui permet d’utiliser librement ses compétences professionnelles dans l'exercice de sa profession. Cette liberté signifie en même temps responsabilité. Le journaliste est donc responsable de ce qu’il écrit, diffuse, met sur le réseau.

La neutralité et l’équilibre de l’information représentent l’une des règles professionnellesles plus urgentes en Tunisie après le 14 Janvier 2011. Il n'est pas facile pour un journaliste d'être neutre, mais le plaisir dans le travail du journaliste est justement cette quête continue et ce conflit interne pour respecter les règles de la profession. L’équilibre exige de donner à voir et à comprendre toutes les parties qui font objet de l’information. C’est en cela que consiste le travail du journaliste. C’est en suivant cette pratique que le journaliste peut permettre à son récepteur de se construire un point de vue propre.

Le journaliste pourra se demander: « Et comment puis-je alors exprimer mon point de vue? ». La réponse ici est très simple : Distinguer et séparer l’information du commentaire. La règle indique que l’information est sacrée mais le commentaire est libre. Néanmoins, la liberté du commentaire n’est pas absolue ; elle est limitée par le respect des codes éthiques et l’utilisation de tous les outils de persuasion possibles...

Les médias respirent la liberté à chaque seconde, à chaque minute...


 

Moncef Ayari

Related Posts

'Youssef', une nouvelle de Kamel Riahi

20/08/2008

'Youssef',  une nouvelle de Kamel RiahiIl tendit une main fébrile vers l’eau et, sans baisser ses yeux de la belle femme, but comme s’il revenait du désert.

Dernière nouvelles de l’été, Edition elyzad

06/09/2005

"Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait en moi un été invincible" (Albert Camus, L'été). Faisant écho à la pensée de Camus, cinq écrivains de Tunisie, terre natale ou d'élection, se retrouvent autour d'un mot, l'été.

La vie associative en Tunisie

03/10/2014

medit3 110 jalelEn Tunisie, la vie associative est ancrée dans l’histoire du pays à telle enseigne que certaines associations pourraient être classées patrimoine immatériel du pays. Nous pensons à des associations aussi prestigieuses que la Khaldounia fondée en 1896 par le réformateur Béchir Sfar (1917-1865), un fin lettré versé en histoire et en sciences humaines.