MBËKK MI, le souffle de l'océan

 

Le drame que Sophie Bachelier a photographié “se déroule sur les côtes sénégalaises et mauritaniennes où des milliers de jeunes gens, en majorité des pêcheurs, n’arrivent plus à faire vivre leur famille et sont contraints à l’exil. Les pirogues, jadis synonymes de vie et d’abondance, affrontent désormais l’immensité de l’océan pour un voyage parfois sans retour que les Wolofs nomment mbëkk mi – ce qui littéralement signifie : se cogner aux vagues de l’océan…” (1)

 

Ce travail a pris de l’ampleur, il est devenu un documentaire: BMËKK MI, le souffle de l'océan (N&B, 52 mn). Projeté à Saint-Louis, il est programmé pour le 20 août aux Etats Généraux du documentaire à Lussas.

Il y a aussi, toujours dans la continuation du projet, l'idée de développer un logiciel qui permette aux familles de disparus de mettre en ligne les noms et photos des fils, des maris dont ils n'ont plus de nouvelles, et les témoignages peut-être de ceux qui ont voyagé avec eux …

 

(1) www.sophiebachelier.com

 


  

//il y eut l'installation de l'exposition (photo, film) à Saint-Louis Finances

 

//le vernissage du 19 mai, si émouvant, avec les présences de Binta Diallo et Fatou Seck Ndoye venues spécialement de Jokkul Kaw ; leurs témoignages courageux et poignants, trois ans après les entretiens du film

 

//la belle présence de nos amis Boubacar Boris Diop,  auteur avec l'écrivain Nando dalla Chiesa du livre Lentement/ slow,   avec les photographies de l'exposition et Alpha Sy philosophe et modérateur du débat

 

//il y eut... le courage de tous ceux qui vinrent témoigner spontanément, l'écoute du public Saint-Louisien venu nombreux

 

//la présence de mon grand ami Boubacar Cissé Fall (à droite) qui excella à la traduction simultanée wolof/français et vis versa  et de la belle équipe de Saint-Louis Finances Mohammed Hadj Sahraoui  et Doudou  de Dagara Dakin, commissaire de l'exposition bien sûr

 

//et il y eut... un des plus beaux cadeaux :  le retour concerné, chaleureux, du public des projections nocturnes du quartier de Guet Ndar

 

//ici avec notre ami Meïssa Fall, artiste Saint-Louisien (sur le vélo),  et Ndiawar Fall, acteur culturel de Guet Ndar (à gauche)

 

//ceci  grace à Arona Ndiaye, président de l'association des parents d'élèves de l'école Cheikh Touré, et du comité de gestion du dispensaire de Guet Ndar

 

//et grace à Marie-Caroline Camara  "Au fil du fleuve" bien à l'origine, il faut le dire, de tout ceci !     il y eut aussi... de nombreux coups de coeur d'artistes rencontrés lors de cette biennale, impossible de tous les citer...

 

//Meïssa Fall, sculpteur

 

//Alioune Diagne de DuoSolo danse

 

//Fodé Camara, alias ''LeDefo'', peintre

 

 


 

un immense merci à tous ceux qui nous ont soutenus

d'une façon ou d'une autre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Les femmes arabes à la recherche des Desaparecidos

17/04/2016

Le donne arabe in cerca dei desaparecidos | babelmed | cultura mediterraneaDes centaines de personnes ont été victimes de disparitions forcées dans plusieurs pays arabes, non seulement durant les guerres civiles mais sous la répression de régimes didactoriaux. Pour connaître la vérité sur leur sort, des épouses et des mères n’ont pas hésité à descendre dans la rue. Elles se sont transformées en activistes et ont mobilisé leurs communautés afin de faire pression sur les institutions politiques. Histoires de ces mouvements sociaux au Liban, en Algérie et en Egypte. (Ebticar/Mada Masr)

Première Conférence sur les politiques culturelles dans le monde arabe

14/07/2010

Première Conférence sur les politiques culturelles dans le monde arabe“Il y a deux ans, nous avons commencé à suggérer l’idée de cette conférence à nos partenaires arabes, ils ont tous hurlé: c’est impossible ! Des acteurs culturels indépendants ne peuvent pas parler à leurs gouvernements!”

Etats-Unis: les violences sexuelles comme méthode de torture

20/01/2017

USA-0-110Au lendemain du 11-Septembre, l’administration Bush systématise le recours à des « techniques d’interrogatoires poussées », pour briser les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme ». Les hommes seront privés de leur humanité, frappés, waterboardés. On le sait moins, ils seront aussi méthodiquement humiliés, violés et agressés sexuellement. Enquete