Rencontre avec Cécile Oumhani

 

cecile_henne_1

Vendredi 1er juin 2012, Choisy-le-Roi, 19h

 

Rencontre avec Cécile Oumhani à la librairie le Marque-Page à l'occasion de la sortie de son roman Une odeur de henné. 15 avenue de la République, 94600 Choisy-le-Roi

-

Vendredi 8 juin 2012, La Petite Ferme, Janvry, 19h.

Dans le cadre des soirées du Levant, Cécile Oumhani (Le café d'Yllka, Une odeur de henné) participera à une lecture musicale. La Petite Ferme, 94 640 Janvry.

 

 


 

Yves Torrès

éditions elyzad
yves.torres@gmail.com
06 81 08 58 34


4, rue d'Alger
1000 Tunis - Tunisie
Tél. : +216 71 74 36 20 / +216 98 40 38 80
edition@elyzad.com
www.elyzad.com

Related Posts

Le soleil sous les armes. Kateb Yacine, Jean Sénac, Mohamed Dib

07/02/2005

C’est par une œuvre unique en son genre, étrange, fracassante et «sauvage» que la littérature algérienne s’imposa au monde comme la nation était en train de le faire dans la lutte armée. En 1956, paraissait le roman de Kateb Yacine, Nedjma, saluée comme un événement par les plus grands critiques parisiens, tandis que la poésie de Sénac vibrait de l’espoir dont l’Algérie était, à ses yeux, porteuse. Toutefois, si la plupart des grands noms de la littérature algérienne se sont fait connaître pendant la guerre de libération, beaucoup sont morts ou se sont tus sans avoir accompli une œuvre. Seul Mohammed Dib a poursuivi avec patience et sans fracas une œuvre sans compromission avec le pouvoir, dégagée des contingences idéologiques et du faux problème linguistique.

Le piège de la langue

07/02/2005

La littérature algérienne d’expression française est tourmentée par une mauvaise conscience, un remords souterrain et sournois, celui de «la langue étrangère» qui a muselé de nombreux auteurs, au grand réconfort de la bureaucratie en place. Graphie arabe ou française, le problème de la coupure avec les langues parlées par le peuple, les langues maternelles, subsiste néanmoins.

Généalogie

07/02/2005

Ce n’est qu’après 1930 qu’une littérature authentiquement nationale, dégagée des poncifs et des stéréotypes folkloriques, empreinte d’une sensibilité artistique nouvelle, allait voir le jour en Algérie. Paradoxalement, c’est en langue française que la littérature manifesta son algérianité en rompant avec l’algérianisme colonial.