Francophonie à Alep

  Francophonie à Alep La semaine de la francophonie se poursuit à Alep avec un programme riche et mouvementé. Après la conférence de l’écrivain Michel de Grèce, la dictée de la francophonie à la «façon Pivot», le spectacle «La foire aux passions» donné par la compagnie Le théâtre du versant, la ville offre -jusqu’au 25 mars- une multitude d’événements pour célébrer les liens qui la soudent à la langue et, plus vastement, à la culture française.

Il faut tout d’abord saluer le croisement des expressions artistiques dans une perspective franco-syrienne, comme cette exposition de deux artistes graphistes, le Français Philippe Abizanda et le Syrien Yasser Safi à la galerie de l’Hôtel Chahba al Cham, ou encore cette belle rencontre triangulaire autour du recueil Les secrets d’Alep, éloge de la ville à travers sa cuisine; Florence Ollivry, l’auteur, a repris les recettes de Maria Kaspa Samra, merveilleusement illustrées par George Coussa. Toujours dans cette même optique une exposition archéologique, fruit des recherches de önhan Tunca et de Aveline Jarry permettra au public alépin de découvrir, au Musée national, un ensemble de mosaïques byzantines datant de la première moitié du Vème siècle.

Cette semaine francophone sera également ponctuée par plusieurs conférences, à signaler en particulier celle du professeur Eric Castagne sur « l’intercompréhension et voyages » mettant l’accent sur les nouvelles modalités de communication interculturelle à l’heure de la mondialisation.
Autres formes de langages, les contes de françoise Diep seront aussi une belles invitation au voyage.

Et le tout se fera en musique avec plusieurs concerts: les blues & troubles, groupe originaire de Pau, la jazziste Mina Agossi, la pianiste belge d’origine polonaises Kornelia Ogorkowna, et le groupe de musique traditionnelle arabe Ornina.

Related Posts

Intervention de Jack Ralite*

29/10/2011

Intervention de Jack Ralite*L’arithmétique de la mort dépasse les 3000 personnes, l’arithmétique des arrestations atteint les 26.000 citoyens dont beaucoup sont torturés ou portés disparus.

Le viol d’enfant, l’autre crime de guerre du regime Assad

25/02/2017

Syrie-20000 110En six ans de guerre, peu de crimes ont été épargnés aux Syriens. Massacres, tortures, bombardements, armes chimiques...

L’un d'entre eux reste encore passé sous silence : le viol des enfants. Dans les geôles du régime, aux checkpoints ou durant les raids, les filles et garçons des opposants, les très jeunes révolutionnaires, sont abusés dans le chaos et l’impunité la plus totale.