Journal du Citoyen n°5

Journal du Citoyen n°5 Profil d’une nouvelle arme
Tunisie: à quelques jours d’un scrutin historique, les «facebookeurs» se sont emparé du réseau social pour y mener une bataille électorale inédite: tous les moyens sont bons pour défendre son favori, tous les coups sont permis pour dénigrer les autres…
Journal du Citoyen n°5 L’œil veillant des observateurs
Des milliers d’observateurs tunisiens étaient présents le 23 octobre dans les bureaux de vote pour superviser l’opération électorale. 4.000 bénévoles , hommes et femmes, ont été formés par des associations réunies dans des réseaux dont celui de Mourakiboun qui regarde bien au-delà des élections. Reportage.
Journal du Citoyen n°5 Décret 35 de la loi électorale entre la Haute Instance et les journalistes étrangers
Le quarante quatrième article de ce décret interdits aux candidats à élections l'utilisation des médias étrangers dans leur campagne électorale.
Journal du Citoyen n°5 Les listes indépendantes réservent-elle des surprises?
Certains ont estimé que l'abus des grands partis bénéficiant de gros moyens avait joué un rôle dans l'exclusion des listes indépendantes, pourtant celles-ci comptent affirmer leur existence et leur droit d’obtenir des sièges à la constituante.

Related Posts

Le corps à Paris, le cœur à Tunis!

12/05/2012

tun_pa_110Les Tunisiens résidant à Paris ont manifesté dans la capitale après les agressions commises contre leurs concitoyens à Tunis en avril. Quel regard portent-ils sur la campagne présidentielle française ? Reportage

Mamdouh Bahri. Le jazz, c'est AUSSI ma musique!

12/09/2006

Mamdouh Bahri. Le jazz,  c'est AUSSI ma musique!Rencontre avec un musicien qui s'est battu contre ceux qui lui disaient: "le jazz, ce n'est pas votre musique", et qui se produit aujourd'hui dans le monde entier.

L’affaire des «internautes de Zarzis»

15/02/2006

L’affaire des «internautes de Zarzis»Connaissez-vous les «internautes de Zarzis»? Avant d’etre arrêtés et emprisonnés en février 2003, cet enseignant et ces cinq jeunes de 20 ans menaient une vie sans histoires dans une petite ville du sud tunisien. Condamnés à 13 ans de réclusion, ils vivent un enfer après avoir été torturés sous interrogatoire. Aujourd’hui, l’un d’eux, atteint de la tuberculose et privé de ses medicaments, est en danger de mort.