Journal du Citoyen n°5

Journal du Citoyen n°5 Profil d’une nouvelle arme
Tunisie: à quelques jours d’un scrutin historique, les «facebookeurs» se sont emparé du réseau social pour y mener une bataille électorale inédite: tous les moyens sont bons pour défendre son favori, tous les coups sont permis pour dénigrer les autres…
Journal du Citoyen n°5 L’œil veillant des observateurs
Des milliers d’observateurs tunisiens étaient présents le 23 octobre dans les bureaux de vote pour superviser l’opération électorale. 4.000 bénévoles , hommes et femmes, ont été formés par des associations réunies dans des réseaux dont celui de Mourakiboun qui regarde bien au-delà des élections. Reportage.
Journal du Citoyen n°5 Décret 35 de la loi électorale entre la Haute Instance et les journalistes étrangers
Le quarante quatrième article de ce décret interdits aux candidats à élections l'utilisation des médias étrangers dans leur campagne électorale.
Journal du Citoyen n°5 Les listes indépendantes réservent-elle des surprises?
Certains ont estimé que l'abus des grands partis bénéficiant de gros moyens avait joué un rôle dans l'exclusion des listes indépendantes, pourtant celles-ci comptent affirmer leur existence et leur droit d’obtenir des sièges à la constituante.

Related Posts

Frontière tuniso-libyenne: Qui contrôle le côté libyen?

23/04/2015

view helvetica, sans-serif;">Inky frontiere 110Interview de Omeyya Seddik, président de l’association Al-Muqaddima, conseiller spécial auprès du Centre Humanitarian en Libye, organisation suisse spécialisée dans la médiation et la résolution de conflits. (Inkifada)

Journal du Citoyen: Spécial Régions

15/07/2012

jdc_110_regionLes Libyens à Djerba: Oxygène de l’économie - Coupure d’eau d’irrigation à Borj Ettoumi: La saison agricole, survivra-t-elle? - Le tourisme à Yasmine Hammamet - Développement régional: Kasserine «Time for action»!

Tunis, diversité culturelle et émancipation

08/04/2011

Tunis,  diversité culturelle et émancipationLa société tunisienne n’est pas une société cosmopolite mais elle a toujours été une société ouverte, tolérante. Après la révolution du 14 janvier se posent les questions de l’identité, de l’histoire et des risques que comporte tout devenir. On dénombre à Tunis 50 partis politiques. Le problème de l’émigration clandestine