Constituante: Démarrage timide de la campagne électorale

 

Constituante: Démarrage timide de la campagne électorale Au total, ils sont 10937 candidats en lice répartis sur 1424 listes à travers les 27 circonscriptions électorales du pays. Les listes appartenant aux partis sont au nombre de 787, celles des candidats indépendants 587 et celles des coalitions 54 (statistiques de l'Instance supérieure indépendante pour les élections).

Des candidats ont entamé les opérations d'affichage des listes et des manifestes électoraux dans les emplacements qui leur sont réservés. D’autres ont commencé à se déplacer à travers les régions pour organiser des meetings avec les habitants en vue de présenter leurs programmes, leurs objectifs et leurs orientations.

Un rythme lent et des dépassements enregistrés
Selon plusieurs observateurs tunisiens et étrangers, la campagne a démarré timidement durant les premiers jours. Plusieurs listes n’ont pas encore affiché leurs communiqués et programmes électoraux. Contactés certains têtes de listes ont affirmé qu’ils n’étaient prêts aux premiers jours de la campagne, faute de manque de financement ou parce qu’ils n’ont pas encore reçu leur quota du financement public de la campagne, estimé à 9,5 millions de dinars répartis sur les partis et listes indépendantes candidates.
D’autres ont justifié ce démarrage timide par le manque d’expérience des candidats qui ne sont pas rompus à de telles échéances politiques.
Des cas de dépassement liés au non respect des dispositions de la campagne ont été relevés par l'ISIE : panneaux électoraux détruits, affiches déchirés et collage d'affiches en dehors des endroits indiqués.
Des membres de l’ISIE ont affirmé que des patrouilles mixtes de sécurité (police et armée) seront intensifiées dans les régions pour lutter contre ces infractions.

Mise en garde contre toute tentative d’achat des voix
L'ISIE s'attachera à contrôler le financement de la campagne électorale des listes des partis et des listes indépendantes pour l'élection de l'Assemblée constituante, a déclaré Amor Tounakti, membre de l'ISIE chargé des affaires administratives et financières, lors d’une conférence de presse.
Le contrôle du financement de la campagne électorale est assuré par l'ISIE, la cour des comptes, le tribunal administratif et la justice judiciaire.
L'Instance accordera, a-t-il ajouté, un intérêt particulier aux agissements en rapport avec "l'achat des voix électorales" et assurera un contrôle minutieux des moyens utilisés par les listes candidates lors de la campagne électorale.
Des réclamations concernant cette question sont parvenues à l'ISIE, a-t-il précisé, mais elles n'étaient pas accompagnées de preuves concrètes et suffisantes.
L'article 70 du décret loi N°35, organisant les élections de la constituante, énonce que l'ISIE est habilitée à annuler les résultats des candidats élus en cas de non-respect des procédures relatives à l'interdiction du financement étranger et privé, du dépassement du plafond des dépenses électorales (les trois quart de la subvention) outre le refus des aides étrangères de toute nature.
D’autre part, l'ISIE veille tout au long de la campagne électorale à contrôler les médias dans leur couverture de la campagne électorale par le biais de contrôleurs recrutés à cet effet.

Les Tunisiens à l’étranger aussi
La campagne électorale avait, déjà, commencé le 28 septembre pour les Tunisiens établis à l'étranger et se poursuivra jusqu'au 18 octobre prochain et ce, dans six circonscriptions réparties entre l'Europe, les deux Amériques et le Monde arabe.
La future assemblée constituante aura pour mission d'élaborer une nouvelle constitution et de veiller à la gestion des affaires publiques lors de cette étape transitoire.
L'opération électorale est supervisée pour la première fois en Tunisie, depuis l'accession du pays à l'indépendance, par une structure indépendante dénommée l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), présidée par Kamel Jendoubi.
Afin de garantir le bon déroulement des élections, le gouvernement tunisien a autorisé à des observateurs locaux et étrangers de suivre l'événement. A cet effet, l'Union européenne a envoyé une délégation de 150 observateurs qui ont été répartis sur les différentes circonscriptions en Tunisie.

 


 

Seifeddine Mattoussi
(Octobre 2011)

 

Related Posts

Portrait d’Albert Memmi

17/03/2005

Même génération que celle de Dib, Albert Memmi naît en 1920 à Tunis. Il se fait remarquer à la fin des années 50 en publiant Portrait du colonisé, une pierre lancée dans la mare stagnante d’un colonialisme qui a commencé sa lente dérive et à propos duquel Jean-Paul Sartre, qui préfaça le livre, écrivit «cet ouvrage sobre et clair se range parmi les ‘géométries passionnées’: son objectivité calme, c’est de la souffrance et de la colère dépassées».

Du côté de Kasserine, de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantine

25/05/2004

Du côté de Kasserine,  de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantineJe descends vers le sud de la Tunisie pour revoir un poème gravé sur un mausolée du IIème siècle après J. C. J’affectionne la poésie qui se fait chose visible. Ma route passe par Kairouan, le centre spirituel du Maghreb. J’entre dans la ville, dans sa profusion de coupoles, de minarets et de dômes…

La situation en Tunisie

14/02/2013

forum_S110Le Secrétariat Tunisien du FSM 2013 s¹inscrit dans le Comité de suivi du Forum social maghrébin qui en élargit l’assise. Ces mouvements tunisiens représentent une base large inscrite dans la société civile tunisienne.