La Soie et l’Orient

 

La Soie et l’OrientUne civilisation textile, tel fut le monde musulman. Au cœur de cet écheveau, la soie fut la plus noble des étoffes. Son histoire commence sur les rivages de la mer de Chine pour gagner, le temps de deux millénaires, le Moyen Orient. L’axe de propagation de la sériciculture coïncide avec le quarantième parallèle de l’hémisphère boréal. Il est affaire de climat et de soins humains. Il faut en effet des « âmes de soie » pour transformer une fibre enroulée sur elle-même en un fil que l’on dévide, que l’on tisse sur un métier pour finalement s’en vêtir.
Longtemps en Syrie furent tissées des soies précieuses. Les brocarts, accumulés à la manière de l’or, faisaient la fortune des califes. C’est dans un linceul de soie que les riches musulmans partaient vers un paradis où ils seraient vêtus de la somptueuse étoffe. Certaines de ces soieries islamiques, parvenues en Occident, sont encore conservées dans les trésors des églises et des musées d’Europe.
La soie a eu ses passeurs, elle a désormais ses gardiens. Les tisserands syriens se transmettent depuis des générations un métier d’une perfection extrême. Ils furent, voici un siècle, étroitement liés aux soyeux lyonnais. Aujourd’hui, ils représentent une corporation en survivance. Florence Ollivry et Rima Maroun nous racontent quatorze siècles d’histoire séricicole au Proche-Orient et nous font rencontrer les hommes de soie qui préservent les gestes des artisans des tirâz.

Née en 1978 à Paris, Florence Ollivry a vécu et travaillé pendant près de cinq ans au Proche-Orient, en Syrie (Alep puis Damas) et au Liban. Elle a publié Les Secrets d’Alep, une grande ville arabe révélée par sa cuisine chez Sinbad-Actes Sud.

Rima Maroun , née en 1983, est une photographe libanaise. Elle vit et travaille à Beyrouth. En 2008, elle a reçu le prix de la fondation Anna Lindh pour une série de photographies intitulée «Murmures».
 

 



La Soie et l’Orient , texte de Florence Olliry. Photographie Rima Maroun. Rouergue 2011

 

Related Posts

Mohammed Maghout, qui ne sait sans doute pas pourquoi sa poésie demeure vive

24/04/2006

Mohamed Maghout,   qui ne sait sans doute pas pourquoi sa poésie demeure viveAvec sa poésie, Mohammed Maghout nous aidait à avancer vers cette nouveauté, que nous appelions «modernité», lui qui m’a semblé à la première rencontre beaucoup plus proche de son propre passé que de notre présent.

"Les portes du néant" de Samar Yazbek

24/07/2016

portes-110Le récit est composé en trois parties relatives à trois portes. Ce journal recueille des témoignages sur deux ans, 2012 et 2013, de combattants appartenant à différents fronts et évoque la résistance du peuple syrien, et de tout ceux qui sont restés faute de moyens financiers pour quitter le pays.

Que peut apporter la religion à l’homme si elle ne lui offre pas d’abord la liberté?

01/11/2007

Que peut apporter la religion à l’homme si elle ne lui offre pas d’abord la liberté?Sollicité par Repubblica, Adonis commémorait récemment dans un article le 8ème centenaire du grand mystique Djalaleddine Roumi (1207-1273). C’est ce texte, publié depuis dans sa version arabe par Akhbar al adab n° 745 (hebdomadaire littéraire égyptien dirigé par le grand romancier Gamal al Ghitani), dont nous proposons ici la traduction française.