La Soie et l’Orient

 

La Soie et l’OrientUne civilisation textile, tel fut le monde musulman. Au cœur de cet écheveau, la soie fut la plus noble des étoffes. Son histoire commence sur les rivages de la mer de Chine pour gagner, le temps de deux millénaires, le Moyen Orient. L’axe de propagation de la sériciculture coïncide avec le quarantième parallèle de l’hémisphère boréal. Il est affaire de climat et de soins humains. Il faut en effet des « âmes de soie » pour transformer une fibre enroulée sur elle-même en un fil que l’on dévide, que l’on tisse sur un métier pour finalement s’en vêtir.
Longtemps en Syrie furent tissées des soies précieuses. Les brocarts, accumulés à la manière de l’or, faisaient la fortune des califes. C’est dans un linceul de soie que les riches musulmans partaient vers un paradis où ils seraient vêtus de la somptueuse étoffe. Certaines de ces soieries islamiques, parvenues en Occident, sont encore conservées dans les trésors des églises et des musées d’Europe.
La soie a eu ses passeurs, elle a désormais ses gardiens. Les tisserands syriens se transmettent depuis des générations un métier d’une perfection extrême. Ils furent, voici un siècle, étroitement liés aux soyeux lyonnais. Aujourd’hui, ils représentent une corporation en survivance. Florence Ollivry et Rima Maroun nous racontent quatorze siècles d’histoire séricicole au Proche-Orient et nous font rencontrer les hommes de soie qui préservent les gestes des artisans des tirâz.

Née en 1978 à Paris, Florence Ollivry a vécu et travaillé pendant près de cinq ans au Proche-Orient, en Syrie (Alep puis Damas) et au Liban. Elle a publié Les Secrets d’Alep, une grande ville arabe révélée par sa cuisine chez Sinbad-Actes Sud.

Rima Maroun , née en 1983, est une photographe libanaise. Elle vit et travaille à Beyrouth. En 2008, elle a reçu le prix de la fondation Anna Lindh pour une série de photographies intitulée «Murmures».
 

 



La Soie et l’Orient , texte de Florence Olliry. Photographie Rima Maroun. Rouergue 2011

 

Related Posts

Le poète Mohammed Maghout «J’ai choisi d’être un aigle apeuré plutôt qu’un rat tranquille»

24/04/2006

Tel un roi déchu et mis en résidence surveillée, le poète Mohammed Maghout vit reclus dans son appartement au coeur de Damas. Il est serein et chaleureux. Il a un verre devant lui, un étrange mélange de bière, de whisky et de Gin. Un «cocktail» alcoolisé, foncé et brûlant. A ses côtés, il a posé une cartouche de cigarettes françaises. Il en a toujours une à la bouche, le vieux poète qui n’a pas perdu son regard de fauve ni son pouls puissant.

Panorama de la littérature syrienne: morceaux choisis

15/12/2011

Panorama de la littérature syrienne: morceaux choisisEn dehors de l’intervention de Mustafa Khalifé, les extraits qui suivent ont été traduits pour Babelmed par Rania Samara. La plupart sont publiés en arabe et disponibles au Liban et circulent sous le manteau en Syrie. La Coquille de Mustafa Khalifé est accessible en arabe sur Internet.

«Les jeunes se sont réveillés»

15/12/2011

amelie-110Interview de Rania Samara, professeur de lettres, traductrice et spécialiste de la littérature arabe.