Ammar Al-Beik

Ammar Al-Beik
Ammar Al-Beik

 

Autodidacte et amateur du cinéma expérimental:
Né en 1972 à Damas Ammar est photographe et réalisateur. Autodidacte, il est entré dans le monde de l’image en travaillant au studio Hayek, spécialisé dans la réparation des appareils-photos et en assistant aux tournages des « grands », tel Mohamed Malas. Il entretien avec le cinéma un rapport sacré, travaille beaucoup sur le mode de l’expérimentation…

Robert Bresson, le maître:
Son projet actuel : Rendre hommage à Robert Bresson. Faire un film qui parle du cinéma. Dans ce film, pas d’acteurs, (pas de direction d’acteurs), pas de rôles, (pas d’études de rôles.) Pas de mise en scène. Mais l’emploi de modèles, pris dans la vie. ETRE (modèles) au lieu de PARAITRE (acteurs). Une vingtaine de réalisateurs de cinéma, à la renommé internationale, demeurent 5 min devant la caméra, sans mot dire… Ont déjà accepté de poser devant la caméra d’Ammar : Manoel de Oliveria, Catherine Breillat, Paul Verhoeven, Jla Zhangke, Bernardo Bertolucci, Ghassan Salhab, Frederick Wiseman, Naomi Kawase, Alejandro G. Inarritu, Pedro Costa, Alexander Sokourov, Zhang Yimou, Mohamad Malas, Tariq Teguia et Takashi Mllke….à suivre…

Le documentaire syrien a besoin de conquérir sa liberté:
«Le festival DOX BOX c’est très bien. Mais les films qu’il présente sont uniquement les films autorisés par la censure… Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe n’en fait pas partie. Aussi ce festival doit selon moi devenir plus libre encore.»
Ammar veut : rester un homme libre, trouver ses propres financements sans avoir de compte à rendre à qui que ce soit…ni à l’Europe, ni à la Syrie…faire les choses selon l’exigence de l’art, un point c’est tout.

 



Documentaires réalisés:
1997, Les moissonneurs de lumière , 3 min
2000, They were here , 8 min
2002, The river of gold , 15 min
2002, 16 min , 2 min
2002, Boulevard Assad , 1 min
2002, My eye can see , 8 min
2002, When I color my fish , 5 min
Clappe r , 58 min
2006, Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe , avec Hala Alabdalla
2008, Jerusalem HD , 21 min
2008, Samia , 40 min (cinéma, peinture et Palestine)

 

(14/04/2009)

 

Related Posts

Mar Elyan ou le crépuscule des Lumières

26/08/2015

qary 110Un lancinant point de douleur sur le côté de l’âme, voilà ce que j’ai ressenti le 21 août dernier lorsque j’ai lu par hasard sur al-Jazeera News la nouvelle de la démolition par les combatants de l’Etat Islamique du monastère de M?r Ely?n al-Cheikh, situé à proximité de la petite ville de al-Qaryatain, en Syrie.

La constellation poétique d'Adonis

17/02/2004

La constellation poétique d'AdonisJe vais disparaître, je vais ceindre ma poitrine La lier de vents Je laisserai mes pas bien loin au carrefour Dans l'errance Adonis est un nomade, il a fait de l'exil sa demeure, du voyage le souffle lumineux de sa création. Très vite, il ancre sa production dans un perpétuel mouvement, dans un éclatement géographique prémédité. Il vit au Liban, s'installe à Paris, séjourne à New York, habite de longs mois à Berlin, vient de séjouner à Rome. Portrait et interview...

Un aspiro-narguilé résistant

24/07/2016

nargh0-110Maan Alhasbane était assis avec un de ses amis, improvisant des histoires humoristiques pleines de cynisme sur la politique du régime syrien, quand celui-ci lui suggéra de les enregistrer et de les publier sur les réseaux sociaux…