Le cercle des Arabes disparus… et retrouvés

Le cercle des Arabes disparus… et retrouvés
Adellatif Laabi
Ici la Voix des Arabes libres. La voix de ceux, celles qui ont décidé de briser la loi du silence, combattre le mensonge, redonner la voix aux sans-voix, faire entendre le cri des suppliciés, rejeter les chaînes de la soumission, dénoncer les grandes et petites lâchetés, mettre à nu les mécanismes de la corruption et du pillage, lever le voile sur les misères matérielles et morales, bref, s'insurger contre la fatalité et libérer le cours de l'espoir.

Nous émettons de quelque part. D'un lieu inconcevable pour l'imagination courte des tyrans. Désert primordial où la parole rebelle fut conçue, où l'arbre de la mémoire surgit, plongea ses racines dans la terre assoiffée de justice, déploya sa frondaison pour accueillir la palabre des chercheurs de vérité aux lèvres gercées d'énigmes.

Ici la Voix des Arabes libres. Hommes et femmes refusant l'uniforme simiesque, le garde-à-vous, l'hymne vengeur, les bruits de bottes, les barbelés de la patrie, la bêtise des consensus, la peste de l'orgueil, la prison de l'unique langue, de la religion unique, le folklore débilitant des signes distinctifs : couvre-chef, fichus, barbes, médaillons, chapelets, amulettes et toute la quincaillerie-bimbeloterie ayant servi depuis belle lurette à berner les peuples innocents. Autant de linceuls prévus pour nous dès le berceau que nous lacérons et jetons à la face hideuse des molochs qui ont voulu nous enterrer vivants.


Related Posts

Fatema Mernissi: Quand la sociologie appuie le Printemps arabe

09/03/2013

mernissi_110Elle est la principale figure féminine de la sociologie au Maroc. Ses essais portent surtout sur la condition féminine au Maroc et dans le monde arabe, mais aussi sur le rôle de la société civile et sur l’islam numérique.

Une aventure intellectuelle, littéraire et politique à couper le souffle

29/05/2013

souffle_110S’il y a une somme dont on ressort, après lecture, avec l’impression d’avoir pénétrer dans l’histoire, le lieu, l’esprit de son objet d’étude, c’est bien celle que nous propose aujourd’hui Kenza Sefrioui, avec l’ouvrage intitulé La revue Souffles  (1966-1967). Espoirs de révolution culturelle au Maroc (éd. Sirocco).

La barrière de l’humour et du langage…

17/01/2006

Langue rare que celle de Laroui, singulièrement riche, dont l’humour fait partie intégrante… et si l’on voulait traduire La Fin tragique de Philomène Tralala? Pourquoi ce roman plus qu’un autre? Parce que celui-ci tourne autour de la figure de l’écrivain, de son métier et du monde éditorial, épinglant, comme on lit sur la quatrième de couverture «les travers et les ridicules des petits marquis qui sévissent dans les média français»? Oui, mais aussi parce que la question de la traduction se pose d’une façon toute particulière, donnant une vision très exacte, avec une bonne dose d’humour, du multiculturalisme, du vrai, celui qui est capable d’ajuster de façon acrobatique, désinvolte – et intraduisible – les multiples facettes de la francophonie.