Dossier: pourquoi écrit-on en Français?

Dossier: pourquoi écrit-on en Français? Ecrire dans la langue de l’autre, un débat encore ouvert?
Bien que la création maghrébine ait fécondé la littérature française en lui donnant des œuvres immenses dont elle ne saurait se défaire, il semblerait que les questions de langue et d’identité collent toujours à la peau de l’auteur maghrébin. Ne lui rappelle-t-on pas sans cesse ses origines, lui intimant d’un côté comme de l’autre, dans son propre pays ou en France, de s’expliquer sur le choix de son outil d’expression ?
Dossier: pourquoi écrit-on en Français? Mohamed Dib ou la luminosité d’une langue pleinement assumée
Mohamed de Dib a édifié, pugnace et serein, un ensemble nourri par une création qui mêlait sa propre quête à celle des mots, dépassant ainsi par sa pratique le sempiternel débat sur les affres de l’exil, de la déchirure, et des comptes à rendre sur sa langue d’écriture.
Dossier: pourquoi écrit-on en Français?  
Portrait d’Albert Memmi
Même génération que celle de Dib, Albert Memmi naît en 1920 à Tunis. Il se fait remarquer à la fin des années 50 en publiant Portrait du colonisé, une pierre lancée dans la mare stagnante d’un colonialisme qui a commencé sa lente dérive et à propos duquel Jean-Paul Sartre, qui préfaça le livre, écrivit «cet ouvrage sobre et clair se range parmi les ‘géométries passionnées’: son objectivité calme, c’est de la souffrance et de la colère dépassées».
Dossier: pourquoi écrit-on en Français?  
Kateb Yacine, l’écriture et la déchirure
La relation qu’entretient Kateb Yacine avec la langue française est opposée à celle de Dib. C’est une position de fracture, de passage et d’abandon, qui se révèle dans le parcours tourmenté de sa carrière littéraire. Le français est pour lui une langue de transition et d’aliénation dont il a souhaité se défaire totalement au profit de l’arabe parlé et du théâtre populaire.

Related Posts

« La maison » de Paco Roca

23/06/2016

« La maison » de Paco RocaDès l’ouverture du livre, qui n’est pas tout à fait bande dessinée, pas tout à fait livre ordinaire avec son format de carnet de voyages, La Maison vous prend, vous happe vers quelque chose de familier.

Le trans-port poétique: Spécial Biennale internationale de poésie de Liège

18/10/2007

Le trans-port poétique: Spécial Biennale internationale de poésie de LiègeLes Trans-port poétique muent. Désormais, ils se déclinent au singulier. En réservant sa première livraison à la biennale de Liège, l’auteur de cette rubrique entend attirer l’attention sur l’importance de cette biennale que les institutions francophones ne soutiennent pas et surtout sur la perte que constituerait sa disparition pour des raisons matérielles. Ca serait dommage et pas seulement pour la Belgique.

Murs, Larmes et Zatar de Gianluca Solera

13/11/2007

Murs,  Larmes et Zatar de Gianluca SoleraGianluca Solera a écrit «Muri, Lacrime e Zatar» (Murs, Larmes et Zatar) pour s’acquitter d’une dette qu’il a contractée envers un peuple «à qui la paix est refusée depuis trop longtemps». Il nous entraîne en Palestine avec un témoignage émouvant qui fluctue entre le pèlerinage et l’enquête journalistique.