Dossier: pourquoi écrit-on en Français?

Dossier: pourquoi écrit-on en Français? Ecrire dans la langue de l’autre, un débat encore ouvert?
Bien que la création maghrébine ait fécondé la littérature française en lui donnant des œuvres immenses dont elle ne saurait se défaire, il semblerait que les questions de langue et d’identité collent toujours à la peau de l’auteur maghrébin. Ne lui rappelle-t-on pas sans cesse ses origines, lui intimant d’un côté comme de l’autre, dans son propre pays ou en France, de s’expliquer sur le choix de son outil d’expression ?
Dossier: pourquoi écrit-on en Français? Mohamed Dib ou la luminosité d’une langue pleinement assumée
Mohamed de Dib a édifié, pugnace et serein, un ensemble nourri par une création qui mêlait sa propre quête à celle des mots, dépassant ainsi par sa pratique le sempiternel débat sur les affres de l’exil, de la déchirure, et des comptes à rendre sur sa langue d’écriture.
Dossier: pourquoi écrit-on en Français?  
Portrait d’Albert Memmi
Même génération que celle de Dib, Albert Memmi naît en 1920 à Tunis. Il se fait remarquer à la fin des années 50 en publiant Portrait du colonisé, une pierre lancée dans la mare stagnante d’un colonialisme qui a commencé sa lente dérive et à propos duquel Jean-Paul Sartre, qui préfaça le livre, écrivit «cet ouvrage sobre et clair se range parmi les ‘géométries passionnées’: son objectivité calme, c’est de la souffrance et de la colère dépassées».
Dossier: pourquoi écrit-on en Français?  
Kateb Yacine, l’écriture et la déchirure
La relation qu’entretient Kateb Yacine avec la langue française est opposée à celle de Dib. C’est une position de fracture, de passage et d’abandon, qui se révèle dans le parcours tourmenté de sa carrière littéraire. Le français est pour lui une langue de transition et d’aliénation dont il a souhaité se défaire totalement au profit de l’arabe parlé et du théâtre populaire.

Related Posts

“Islam et islamisme, gare aux amalgames”

21/07/2009

balta_110En juin dernier «Le Soir d’Algérie» publiait un long entretien à Paul Balta, à propos de son dernier livre Islam et islamisme, gare aux amalgames écrit à quatre mains avec Claudine Rulleau. Nous publions ici la totalité de cette interview.

Un livre pour dire non

16/03/2009

Un livre pour dire nonIls sont 26 écrivains à prendre la plume pour dénoncer les conséquences de la politique française d’immigration. A faire entendre leur inébranlable refus. Et à redonner un sens à l’écriture engagée.

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était

30/09/2008

La nostalgie n’est plus ce qu’elle étaitIls sont nés en Yousgoslavie. Ecrivent aujourd’hui l’exil ou la mort d’un pays qui n’est plus. Mots et paroles de quelques "ex" à travers le monde...