Journaux en Algérie

Related Posts

Lettre à ma sœur*, film de Habiba Djahnine, ou l’Algérie racontée à l'absente

16/11/2006

Lettre à ma sœur*,  film de Habiba Djahnine,  ou l’Algérie racontée à l'absenteLe 15 février 1995, à Tizi Ouzou, Nabila Djahnine, présidente de l’association Thighri N'tmetout, tombait sous les balles d’un groupe armé. Crime politique, la mort de Nabila Djahnine n’en demeure pas moins une interrogation. Lettre à ma sœur, réalisé par Habiba Djahnine, est un long arrêt sur cette question, encore béante aujourd'hui, un récit dépouillé de l’Algérie actuelle, adressé à la défunte.

«Un rêve algérien», documentaire de Jean-Pierre Lledo

06/02/2004

«Un rêve algérien»,  documentaire de Jean-Pierre LledoHenri Alleg, militant de la cause algérienne dans les sombres années de la guerre de libération, a été directeur d’Alger Républicain. Il quitte l’Algérie pour ne la retrouver que près de quarante années plus tard. Ce retour suscité par le cinéaste Jean-Pierre Lledo est le sujet d’un documentaire émouvant mais contenu, intitulé «Un rêve algérien».

Le soleil sous les armes. Kateb Yacine, Jean Sénac, Mohamed Dib

07/02/2005

C’est par une œuvre unique en son genre, étrange, fracassante et «sauvage» que la littérature algérienne s’imposa au monde comme la nation était en train de le faire dans la lutte armée. En 1956, paraissait le roman de Kateb Yacine, Nedjma, saluée comme un événement par les plus grands critiques parisiens, tandis que la poésie de Sénac vibrait de l’espoir dont l’Algérie était, à ses yeux, porteuse. Toutefois, si la plupart des grands noms de la littérature algérienne se sont fait connaître pendant la guerre de libération, beaucoup sont morts ou se sont tus sans avoir accompli une œuvre. Seul Mohammed Dib a poursuivi avec patience et sans fracas une œuvre sans compromission avec le pouvoir, dégagée des contingences idéologiques et du faux problème linguistique.