Omar Amiralay s’en est allé

Omar Amiralay s’en est allé
"Déluge au pays du Baath", O. Amiralay

 

 

Au milieu de la manifestation, samedi 5 février à Paris, en soutien au peuple égyptien, La réalisatrice syrienne Hala Alabdalla pleure. Elle pleure pour cette révolution égyptienne en marche qui peine à aboutir et a déjà fait plusieurs centaines de morts. Elle pleure d’émotion pour ce vent de liberté qui s’est emparé de la rue arabe. Elle pleure parce que l’un de ses amis les plus chers, le cineaste Omar Amiralay, vient de quitter ce monde, et ne verra pas la fin de ce printemps arabe qui s’est niché au coeur de l’hiver.

Omar Amiralay, emporté chez lui à Damas par un crise cardiaque, n’avait eu cesse dans ces documentaires de dénoncer les pouvoirs autoritaires et corrompus des sociétés arabes. Le cinéaste avait signé le 30 janvier à Damas avec d'autres militants un communiqué soutenant les mouvements de contestation en Tunisie et en Egypte.

 

 


 

Omar Amiralay s’en est allé
Omar Amiralay

Omar Amiralay était né en 1944. Après des études de peinture à Damas, il avait opté pour le cinéma. Entre 1970 et 2000, il avait réalisé plus d'une quinzaine de documentaires racontant la Syrie et les sociétés arabes dont Film essai sur la vallée de l'Euphrate (1971), La vie quotidienne dans un village syrien (1974), Les poules (1977), A propos d'une révolution (1981), Les senteurs du paradis (1982), Le sarcophage de l'amour (1983), Vidéo sur sable (1984), L'ennemi intime (1985), La dame de Schibam (1987), A l'attention de madame le premier ministre Benazir Buttho (1989), Le dernier des pionniers (1991), Moudarres (1992), Par un jour de violence ordinaire, Mon ami Michel Seurat (1995), Il y a tant de choses encore à raconter (1997), L'Homme aux semelles d'or (2000) et Déluge au pays du Baath (2004).

 

 


A lire su babelmed: " Le film documentaire d’auteur en Syrie"

 

Related Posts

Rami Farah

14/04/2009

Rami FarahNé en 1980, Rami Farah est un artiste complet : acteur, danseur, chorégraphe, il est également, avec Rim Al Ali et Hazem Hamoui, l’un des trois jeunes réalisateurs diplômés de l’Arab Institute of Film d’Amman en Jordanie.Rami se plaît à être parfois derrière, et parfois devant la caméra.

Lettre à Paolo Dall’Oglio

29/11/2016

padre-dall-oglio 110Les images désormais quotidiennes d’une Alep dévastée par des bombardements assassins m’ont finalement poussé à prendre plume et encre. Tu nous manques car nous sommes vidés de tout espoir, nous avons baissé les bras et assistons indifférents au recul de l’humanité devant le crime et la guerre, nous subissons impuissants la légitimation de la violence et de la haine.

Syrie, littérature et résistance: l’engagement des écrivains syriens

15/12/2011

sy_lett_110Une Interview de Rania Samara, spécialiste de littérature arabe, des extraits choisis - pour la plupart inédits en français - des oeuvres de Saadallah Wannous, Mamdouh Azzam, Nadia Khost, Khaled Khalifa, Samar Yazbek, Moustafa Khalifé… permettent de dresser un panorama de la littérature syrienne, malheureusement trop largement méconnue.