Omar Amiralay s’en est allé

Omar Amiralay s’en est allé
"Déluge au pays du Baath", O. Amiralay

 

 

Au milieu de la manifestation, samedi 5 février à Paris, en soutien au peuple égyptien, La réalisatrice syrienne Hala Alabdalla pleure. Elle pleure pour cette révolution égyptienne en marche qui peine à aboutir et a déjà fait plusieurs centaines de morts. Elle pleure d’émotion pour ce vent de liberté qui s’est emparé de la rue arabe. Elle pleure parce que l’un de ses amis les plus chers, le cineaste Omar Amiralay, vient de quitter ce monde, et ne verra pas la fin de ce printemps arabe qui s’est niché au coeur de l’hiver.

Omar Amiralay, emporté chez lui à Damas par un crise cardiaque, n’avait eu cesse dans ces documentaires de dénoncer les pouvoirs autoritaires et corrompus des sociétés arabes. Le cinéaste avait signé le 30 janvier à Damas avec d'autres militants un communiqué soutenant les mouvements de contestation en Tunisie et en Egypte.

 

 


 

Omar Amiralay s’en est allé
Omar Amiralay

Omar Amiralay était né en 1944. Après des études de peinture à Damas, il avait opté pour le cinéma. Entre 1970 et 2000, il avait réalisé plus d'une quinzaine de documentaires racontant la Syrie et les sociétés arabes dont Film essai sur la vallée de l'Euphrate (1971), La vie quotidienne dans un village syrien (1974), Les poules (1977), A propos d'une révolution (1981), Les senteurs du paradis (1982), Le sarcophage de l'amour (1983), Vidéo sur sable (1984), L'ennemi intime (1985), La dame de Schibam (1987), A l'attention de madame le premier ministre Benazir Buttho (1989), Le dernier des pionniers (1991), Moudarres (1992), Par un jour de violence ordinaire, Mon ami Michel Seurat (1995), Il y a tant de choses encore à raconter (1997), L'Homme aux semelles d'or (2000) et Déluge au pays du Baath (2004).

 

 


A lire su babelmed: " Le film documentaire d’auteur en Syrie"

 

Related Posts

Dites-moi que tout ça n’est qu’un caprice éphémère!

07/10/2003

Dites-moi que tout ça n’est qu’un caprice éphémère!Extraits choisis de Rituel pour une métamorphose de Saadallah Wannous. L'histoire d'Almâssa, «la femme qui étincelle». Saadallah Wannous est né en 1941 en Syrie. Il a commencé à écrire pour le théâtre après son retour du Caire où il a fait des études littéraires. L’écriture dramatique de Wannous est fortement influencée par les tendances modernes du théâtre occidental qu’il marie avec les formes d’expressions du patrimoine local. Ses pièces ont marqué le théâtre syrien et arabe, et sont traduites dans beaucoup de langues.

Un art qui descend au fond de l’âme

18/09/2003

Un art qui descend au fond de l’âmeUn entretien avec Elias Zayat, un des pionniers de l’art plastique en Syrie, peintre et spécialiste fasciné par les icônes.

Visages de Syrie - La vie qui résiste

29/01/2014

sy mucem 110bisLe MuCEM présente quelques figures emblématiques de Syrie, des artistes et personnalités qui viennent rendre compte de la diversité et de la pluralité d’une société confrontée à la menace de la destruction.Le MuCEM, Marseille, du 31 janvier au 2 février 2014.