BEJAIA DOC

 

BEJAIA DOC
L’association Cinéma et Mémoire présente «Bejaia Doc - Les Rencontres du Film Documentaire» à la Cinémathèque de Bejaia (Algérie). Cette troisième édition proposera au public de Bejaia des projections de films documentaires, suivies de débats en présence des réalisateurs d’horizons et d’expériences divers. En ouverture, le film de Dounia Bovet-Woltèche «Les racines du brouillard» évoquera la mémoire de Ali Zamoum, tandis que «La Chine est encore loin» de Malek Bensmaïl clôturera la manifestation.

Les Rencontres du Film Documentaire, organisées en partenariat avec l’association Kaïna Cinéma (Paris), seront également l’occasion de continuer à mener une réflexion, avec les professionnels du cinéma, les animateurs socio-culturels et les stagiaires, sur l’importance de pérenniser un pôle de formation permettant aux passionnés du cinéma documentaire de construire un regard sur le monde et laisser des traces filmées.

Dans ce cadre, les stagiaires de la promotion 2009 présenteront leurs films. Permettant un passage de témoin entre les anciens et nouveaux stagiaires de Bejaia Doc, ces projections publiques donneront lieu à des échanges autour de la fonction pédagogique du film d’atelier. En effet, ces Rencontres clôtureront la première phase de l’Atelier de création

organisée du 08 au 18 octobre 2009. Consacrée au développement des projets de films documentaires des six stagiaires de la promotion 2010, la formation proposera les modules pédagogiques tels que "écriture et développement des sujets, "initiation à l’outil vidéo (image et son)", "apports théoriques (analyse filmique et histoire du documentaire)".

Deux autres phases de formation sont prévues en novembre/ décembre 2009 (tournage des films) et en février/ mars 2010 (montage des films).

L’organisation de cet atelier est le fruit d’une collaboration entre
Cinéma et Mémoire (Bejaia)
Kaïna Cinéma (Paris)
Ateliers Varan (Paris)
Etouchane (Roubaix)

Formateurs
Habiba Djahnine, responsable pédagogique, réalisatrice (Algérie)
Hala Alabdallah, réalisatrice (Syrie/ France)
Amina Djahnine, réalisatrice et monteuse (Algérie/ Suisse)
Benoit Prin, réalisateur et monteur (France)
Dominique Paris, monteuse (France)

Intervenante
Dounia Bovet-Woltèche (Belgique)

Association Cinéma et Mémoire
Créée à Bejaia en 2007 par un collectif de professionnels du cinéma et d’animateurs associatifs qui activent depuis plus d’une décennie dans le domaine socio-culturel, Cinéma et Mémoire a pour objectif d’agir dans le domaine de la formation cinématographique et de la diffusion culturelle. Elle compte mobiliser les compétences nécessaires à la création d’un pôle de formation permanent et d’un centre de ressources audio-visuelles.
bejaiadoc@gmail.com

Association Kaïna Cinéma
Depuis sa création à Paris en 2003 par un collectif de professionnels du cinéma (producteurs, réalisateurs, techniciens, comédiens…), Kaïna Cinéma a accompagné le développement de ciné-clubs dans plusieurs villes d’Algérie et organisé des ateliers de formation aux métiers du cinéma (Rencontres Cinématographiques de Bejaia, critique cinématographique, techniques du cinéma d’animation, réalisation documentaire, analyse filmique…)
kainacine@yahoo.fr

Contacts
Abdenour Ziani
Tel : 00 213 771 939 370
Habiba Djahnine
bejaiadoc@gmail.com
www.bejaiadoc.com

 


 

 

 

Related Posts

Alger: Journées internationales du film d’animation

19/12/2007

Alger: Journées internationales du film d’animationAlger du 22 au 24 décembre 2007La 4e édition des journées internationales du film d’animation d’Alger ouvre ses portes le 22 décembre. On pourra y retrouver les chefs d’œuvres du film d’animation comme «Azur et Asmar» ou «Persepolis».

Souad Massi, une voix folk venue du sud

29/10/2003

Souad Massi,  une voix folk venue du sudBrillante étoile venue d’Algérie, Souad Massi en deux albums et de nombreux concerts vient d’imposer en douceur une nouvelle ligne folk-rock gorgée de soleil.

L’art de montrer de Kamel Mennour

02/10/2006

L’art de montrer de Kamel MennourNé en Algérie d’un père peintre … en bâtiment et d’une mère au foyer, Kamel Mennour a tout juste quinze mois lorsqu’il débarque en France. Rien ne le prédisposait donc à devenir le propriétaire de l’une des galeries d’art contemporain les plus dynamiques de Paris. Parcours d’un jeune homme peu ordinaire.