BEJAIA DOC

BEJAIA DOC
L’association Cinéma et Mémoire présente «Bejaia Doc - Les Rencontres du Film Documentaire» à la Cinémathèque de Bejaia (Algérie). Cette troisième édition proposera au public de Bejaia des projections de films documentaires, suivies de débats en présence des réalisateurs d’horizons et d’expériences divers. En ouverture, le film de Dounia Bovet-Woltèche «Les racines du brouillard» évoquera la mémoire de Ali Zamoum, tandis que «La Chine est encore loin» de Malek Bensmaïl clôturera la manifestation.

Les Rencontres du Film Documentaire, organisées en partenariat avec l’association Kaïna Cinéma (Paris), seront également l’occasion de continuer à mener une réflexion, avec les professionnels du cinéma, les animateurs socio-culturels et les stagiaires, sur l’importance de pérenniser un pôle de formation permettant aux passionnés du cinéma documentaire de construire un regard sur le monde et laisser des traces filmées.

Dans ce cadre, les stagiaires de la promotion 2009 présenteront leurs films. Permettant un passage de témoin entre les anciens et nouveaux stagiaires de Bejaia Doc, ces projections publiques donneront lieu à des échanges autour de la fonction pédagogique du film d’atelier. En effet, ces Rencontres clôtureront la première phase de l’Atelier de création

organisée du 08 au 18 octobre 2009. Consacrée au développement des projets de films documentaires des six stagiaires de la promotion 2010, la formation proposera les modules pédagogiques tels que "écriture et développement des sujets, "initiation à l’outil vidéo (image et son)", "apports théoriques (analyse filmique et histoire du documentaire)".

Deux autres phases de formation sont prévues en novembre/ décembre 2009 (tournage des films) et en février/ mars 2010 (montage des films).

L’organisation de cet atelier est le fruit d’une collaboration entre
Cinéma et Mémoire (Bejaia)
Kaïna Cinéma (Paris)
Ateliers Varan (Paris)
Etouchane (Roubaix)

Formateurs
Habiba Djahnine, responsable pédagogique, réalisatrice (Algérie)
Hala Alabdallah, réalisatrice (Syrie/ France)
Amina Djahnine, réalisatrice et monteuse (Algérie/ Suisse)
Benoit Prin, réalisateur et monteur (France)
Dominique Paris, monteuse (France)

Intervenante
Dounia Bovet-Woltèche (Belgique)

Association Cinéma et Mémoire
Créée à Bejaia en 2007 par un collectif de professionnels du cinéma et d’animateurs associatifs qui activent depuis plus d’une décennie dans le domaine socio-culturel, Cinéma et Mémoire a pour objectif d’agir dans le domaine de la formation cinématographique et de la diffusion culturelle. Elle compte mobiliser les compétences nécessaires à la création d’un pôle de formation permanent et d’un centre de ressources audio-visuelles.
bejaiadoc@gmail.com

Association Kaïna Cinéma
Depuis sa création à Paris en 2003 par un collectif de professionnels du cinéma (producteurs, réalisateurs, techniciens, comédiens…), Kaïna Cinéma a accompagné le développement de ciné-clubs dans plusieurs villes d’Algérie et organisé des ateliers de formation aux métiers du cinéma (Rencontres Cinématographiques de Bejaia, critique cinématographique, techniques du cinéma d’animation, réalisation documentaire, analyse filmique…)
kainacine@yahoo.fr

Contacts
Abdenour Ziani
Tel : 00 213 771 939 370
Habiba Djahnine
bejaiadoc@gmail.com
www.bejaiadoc.com



Related Posts

Le football, révélateur des identités refoulées (*)

23/05/2010

Le football,  révélateur des identités refoulées (*)Rarement une compétition sportive a été aussi chargée d’enjeux politiques que les trois matchs de qualification au Mondial de football 2010 entre l’Algérie et l’Egypte. Aujourd’hui dans les deux pays, il est clai que le panarabisme se réduit à un slogan.

Internet en Algérie: en attenant le boom, le retard

05/05/2008

Internet en Algérie: en attenant le boom,  le retardL’Internet algérien n’a pas connu la même heureuse explosion que le secteur de la téléphonie mobile, où le nombre d’abonnés est passé de 54 mille en 2000 à 27 millions en 2007.

Emeutes en Algérie

10/01/2011

Emeutes en AlgérieCe n’est pas l’insurrection, pas maintenant … Etat riche, population pauvre. Le paradoxe est insoutenable pour des jeunes auxquels il n’est concédé qu’un bout de leur rue. Depuis plusieurs jours ils occupent ce petit espace pour hurler leur désespoir.