4e Rencontres à l’Echelle, Marseille/Alger

 

4e Rencontres à l’Echelle, Marseille/AlgerLa 4e édition des Rencontres à l’Échelle s’est ouverte le 5 novembre, et se poursuivra à Marseille jusqu’au 6 décembre. Ce festival pluridisciplinaire présente les créations d’artistes travaillant en Algérie ou à Marseille, et permet de tisser des liens entre les cultures de ces deux endroits. Portée par Les Bancs Publics, lieu d’expérimentations culturelles, la manifestation se déploie pour la première fois hors les murs, avec le soutien de nouveaux lieux partenaires.
Expositions, spectacles vivants, tables rondes, lectures, conférences, projections, tous les arts sont explorés, offrant ainsi à chacun la possibilité de découvrir les artistes d'ici, de là bas ou encore de se pencher sur notre histoire commune et violente sous un angle original.
L’un des temps forts, l'exposition "Images d'Algérie" , se tient au MUCEM pendant toute la durée des Rencontres. Elle présente 150 photographies noir et blanc réalisées par Pierre Bourdieu en Algérie entre 1958 et 1961. De la ville aux campagnes, d'Alger à la Kabylie, ces images inédites témoignent de sa vocation de sociologue et d'un pays en pleine mutation.

Pour connaitre l’ensemble des manifestations :
http://lesrencontresalechelle.com/

 


(16/11/2009)

Related Posts

Algérie. L’amour à vingt ans: une bataille contre les tabous

06/03/2008

Algérie. L’amour à vingt ans: une bataille contre les tabousPar leurs silences, leurs réponses laconiques et leur exubérance les jeunes algériennes expriment une volonté farouche de briser les carcans religieux et traditionnels.

Algérie: enterrer le dossier des disparus?

20/09/2007

Algérie: enterrer le dossier des disparus?Entre 1992 et 1997 des milliers de personnes ont été enlevées, dans leur écrasante majorité par les services de sécurité, les autres par des groupes armés islamistes. Le sort de beaucoup d’entre eux reste inconnu à ce jour. Mohamed Smaïn, dirigeant de la Ligue algérienne de Défense des Droits de l’Homme explique les rouages de l’oubli.

Le soleil sous les armes. Kateb Yacine, Jean Sénac, Mohamed Dib

07/02/2005

C’est par une œuvre unique en son genre, étrange, fracassante et «sauvage» que la littérature algérienne s’imposa au monde comme la nation était en train de le faire dans la lutte armée. En 1956, paraissait le roman de Kateb Yacine, Nedjma, saluée comme un événement par les plus grands critiques parisiens, tandis que la poésie de Sénac vibrait de l’espoir dont l’Algérie était, à ses yeux, porteuse. Toutefois, si la plupart des grands noms de la littérature algérienne se sont fait connaître pendant la guerre de libération, beaucoup sont morts ou se sont tus sans avoir accompli une œuvre. Seul Mohammed Dib a poursuivi avec patience et sans fracas une œuvre sans compromission avec le pouvoir, dégagée des contingences idéologiques et du faux problème linguistique.