Figures du Père

Figures du PèreC’est autour de la récente publication de deux ouvrages collectifs “Mon père” (Chèvre-feuille étoilée) et “A cinq mains” (Elyzad, Tunis) que se déclinera à 18.30 (salle du Haut Conseil), ce jeudi 22 novembre, la rencontre-débat animée par Cécile Oumhani, romancière, poète, maître de conférence à Paris XII.

Ces deux recueils ont été présentés, il y a quelque mois, au “Maghreb des livres” de Paris. Depuis leur formule originale, la multitude et vivacité des voix qui les composent ont fait leur chemin et mis en lumière un univers féminin souvent ignoré, lorsqu’il n’est pas tout simplement tu.

Entre la France et les pays du Maghreb, des imaginaires s’étirent et s’écrivent. Au coeur de ces textes, accompagnés d’une photo, la figure du père aimé, oublié ou haï s’impose. Le travail de l’écriture a voulu la réhabiliter ou s’est efforcé de recomposer la relation au père.

Entre mémoire et présent, les auteures s’adonnent à cet exercice de style avec beaucoup de subtilité. La lecture de leurs textes provoque l’émotion, parfois jusqu’aux larmes. Le territoire géographique et poétique de la paternité et de “l’être fille” se parcourt en terre féconde.

Avec la participation de:
Maïssa Bey, romancière; auteure de nombreux récits: «Bleu, blanc, vert» (l’Aube) est son dernier roman.
Rajae Benchemsi, romancière; après un premier roman «Fracture du désir» (Actes Sud) publié en 1999, elle fait paraitre chez Sabine Wespieser, «Marrakech, lumière d’exil» et «La controverse des temps».
Leïla Sebbar, romancière a à son actif de nombreux récits centrés sur son identité franco-algérienne; «Le Vagabond» (Bleu autour) est son dernier roman.
Sophie Bessis, agrégée d’histoire, journaliste et chargée de cours au Département de science politique de l’Université Paris I – Sorbonne. Auteure de nombreux essais dont «L’occident et les autres». «Les Arabes, les femmes et la liberté» (Albin Michel) est son dernier livre.
Cécile Oumhani est co-auteure de «A cinq mains». Elle vient de publier «Plus loin que la nuit» aux éditions de l’Aube.
 

(21/11/2007)

Ecoutez l’entretien avec Cécile Oumhani, animatrice de la rencontre:

Related Posts

Le combat du bédéiste Kamel Mouellef contre l’oubli

04/07/2017

Photo-0-110Le bédéiste Kamel Mouellef se bat pour la mémoire des musulmans morts pour la France.

Entretien avec Seyhmus Dagtekin

01/11/2016

sey-110Je me dis qu’écrire, c’est tenter d’être juste envers soi-même et envers l’autre pour sortir ou à défaut nous distancier le plus possible de l’ignominie qui nous entoure. Ecrire et vivre dans un souci de justesse, dans un souci de justice. Avec un peu d’éthique dans le vivre et dans l’écrire.Seyhmus Dagtekin.

Pour un Maghreb commun

03/01/2008

Pour un Maghreb communLa Fondation Friedrich Ebert en Algérie, au Maroc et en Tunisie a lancé un concours d’écriture destiné à la jeunesse de ces trois pays. Pour encourager ces plumes juvéniles, un recueil des meilleurs articles, écrits en arabe et en français, vient d’être édité.