Figures du Père

Figures du PèreC’est autour de la récente publication de deux ouvrages collectifs “Mon père” (Chèvre-feuille étoilée) et “A cinq mains” (Elyzad, Tunis) que se déclinera à 18.30 (salle du Haut Conseil), ce jeudi 22 novembre, la rencontre-débat animée par Cécile Oumhani, romancière, poète, maître de conférence à Paris XII.

Ces deux recueils ont été présentés, il y a quelque mois, au “Maghreb des livres” de Paris. Depuis leur formule originale, la multitude et vivacité des voix qui les composent ont fait leur chemin et mis en lumière un univers féminin souvent ignoré, lorsqu’il n’est pas tout simplement tu.

Entre la France et les pays du Maghreb, des imaginaires s’étirent et s’écrivent. Au coeur de ces textes, accompagnés d’une photo, la figure du père aimé, oublié ou haï s’impose. Le travail de l’écriture a voulu la réhabiliter ou s’est efforcé de recomposer la relation au père.

Entre mémoire et présent, les auteures s’adonnent à cet exercice de style avec beaucoup de subtilité. La lecture de leurs textes provoque l’émotion, parfois jusqu’aux larmes. Le territoire géographique et poétique de la paternité et de “l’être fille” se parcourt en terre féconde.

Avec la participation de:
Maïssa Bey, romancière; auteure de nombreux récits: «Bleu, blanc, vert» (l’Aube) est son dernier roman.
Rajae Benchemsi, romancière; après un premier roman «Fracture du désir» (Actes Sud) publié en 1999, elle fait paraitre chez Sabine Wespieser, «Marrakech, lumière d’exil» et «La controverse des temps».
Leïla Sebbar, romancière a à son actif de nombreux récits centrés sur son identité franco-algérienne; «Le Vagabond» (Bleu autour) est son dernier roman.
Sophie Bessis, agrégée d’histoire, journaliste et chargée de cours au Département de science politique de l’Université Paris I – Sorbonne. Auteure de nombreux essais dont «L’occident et les autres». «Les Arabes, les femmes et la liberté» (Albin Michel) est son dernier livre.
Cécile Oumhani est co-auteure de «A cinq mains». Elle vient de publier «Plus loin que la nuit» aux éditions de l’Aube.
 

(21/11/2007)

Ecoutez l’entretien avec Cécile Oumhani, animatrice de la rencontre:

Related Posts

Ecrire après Mahmoud Darwich: le chant poétique de Tamim al-Barghouti

20/12/2010

Ecrire après Mahmoud Darwich: le chant poétique de Tamim al-BarghoutiComme le nom de Darwich a fait de l’ombre à Adonis (Syrie), à Abdelaziz El Moukaleh (Yémen), à Mohammed Abdel Hay (Soudan) et au grand poète Salah Niazi (Irak), il est vraisemblable que celui de Tamim al-Bourghouti en fera à tant d’autres. A moins que l’histoire littéraire n’en décide autrement. Mais cela semble peu probable vue la grande qualité poétique des écrits de ce jeune poète.

Ecrire dans la langue de l’autre, un débat encore ouvert?

17/03/2005

Bien que la création maghrébine ait fécondé la littérature française en lui donnant des œuvres immenses dont elle ne saurait se défaire, il semblerait que les questions de langue et d’identité collent toujours à la peau de l’auteur maghrébin. Ne lui rappelle-t-on pas sans cesse ses origines, lui intimant d’un côté comme de l’autre, dans son propre pays ou en France, de s’expliquer sur le choix de son outil d’expression ?

Ajouter toujours ajouter, ne jamais soustraire

15/06/2017

goy 110L’écrivain Juan Goytisolo vient de nous quitter, abandonnant l’archipel critique qu’il avait construit sur plusieurs décennies afin de penser le monde arabe et l’Europe dans une perspective rigoureuse et sans concession. Nous republions ce long article qu’il écrivit il y a treize ans, offrant aux lecteurs son regard prémonitoire.