L’écrivain algérien Djilali Bencheikh reçoit le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb

 

Djilali Bencheikh est né en Algérie dans la vallée du Chellif à la fin de la seconde guerre mondiale. Après des études d’économie à Alger puis à Paris, il se tourne vers la vie associative, le journalisme et la littérature.
Il est actuellement chef d’édition à la section française de Radio Orient (Paris) où il anime une chronique quotidienne de littérature intitulée «Au fil des pages».

 

L’écrivain algérien Djilali Bencheikh reçoit le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb

 

 

En 2007, il publie Tes yeux bleus occupent mon esprit , le regard tendre et sans concession d’un jeune garçon sur l’Algérie du colonialisme finissant. Avec justesse et humour, Djilali Bencheikh nous livre un roman d’une grande fraicheur, celui de son enfance.

Le prix sera remis officiellement au lauréat dans les salons du palais du Sénat (Paris), en mars prochain, parallèlement au Salon du Livre de Paris.

Fondée en 1925, l’Association de Ecrivains de langue française a notamment pour objet de créer des liens entre écrivains francophones de toutes nationalités, d’encourager et de soutenir les écrivains d’expression française. Elle décerne annuellement une série de prix littéraires parmi lesquels le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb.

Présidé par Jacques Chevrier (Directeur honoraire du Centre international d’Etudes francophones de la Sorbonne), le jury réunit les écrivains et universitaires Fawzia Assaad, Paulette Decraene, Guy Dugas (rapporteur), Max Jalade, Albert Memmi, Christian Purtschet, Tassadit Yacine.

 

 

Related Posts

Rencontre avec Sofiane Hadjadj

19/03/2008

Rencontre avec Sofiane Hadjadj Un si parfait jardin croise littérature et photographie contemporaines. "A l'origine", explique Sofiane Hadjadj, "Michel Denancé, photographe d'architecture professionnel est venu à Alger en 2003, puis en 2004 pour réaliser une série de photographies en vue d'un livre d'art consacré à Alger".

Traduire Duras, ou du seuil qui doit se faire sentir

17/01/2006

Traduire Duras,  ou du seuil qui doit se faire sentirSi l’arabe moderne traduit si bien ce que Duras dit, est-on sûrs en revanche qu’il sache traduire son dire, restituant toutes les subtilités de ce passage, chez elle, dans un no man’s land de la parole et de l’écriture?