L’écrivain algérien Djilali Bencheikh reçoit le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb

 

Djilali Bencheikh est né en Algérie dans la vallée du Chellif à la fin de la seconde guerre mondiale. Après des études d’économie à Alger puis à Paris, il se tourne vers la vie associative, le journalisme et la littérature.
Il est actuellement chef d’édition à la section française de Radio Orient (Paris) où il anime une chronique quotidienne de littérature intitulée «Au fil des pages».

 

L’écrivain algérien Djilali Bencheikh reçoit le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb

 

 

En 2007, il publie Tes yeux bleus occupent mon esprit , le regard tendre et sans concession d’un jeune garçon sur l’Algérie du colonialisme finissant. Avec justesse et humour, Djilali Bencheikh nous livre un roman d’une grande fraicheur, celui de son enfance.

Le prix sera remis officiellement au lauréat dans les salons du palais du Sénat (Paris), en mars prochain, parallèlement au Salon du Livre de Paris.

Fondée en 1925, l’Association de Ecrivains de langue française a notamment pour objet de créer des liens entre écrivains francophones de toutes nationalités, d’encourager et de soutenir les écrivains d’expression française. Elle décerne annuellement une série de prix littéraires parmi lesquels le Prix de l’Afrique méditerranéenne / Maghreb.

Présidé par Jacques Chevrier (Directeur honoraire du Centre international d’Etudes francophones de la Sorbonne), le jury réunit les écrivains et universitaires Fawzia Assaad, Paulette Decraene, Guy Dugas (rapporteur), Max Jalade, Albert Memmi, Christian Purtschet, Tassadit Yacine.

 

 

Related Posts

Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe

24/02/2008

Booker prize arabe,  un prix crédible pour le roman arabeDu Caire à Beyrouth en passant par Damas et Aman, il n’est plus question que du Booker prize arabe financé par les Emirats Arabes Unis. Un article paru dans An Nahar, écrit par quatre journalistes arabes, rend compte de l’ambiance.

"En attendant ma mort", de l’écrivaine syrienne Samar Yazbek

12/04/2011

Ce texte inédit parle de l’angoisse qui prend l’auteure à la gorge au cours des événements tragiques qui ravagent actuellement la Syrie. Rania Samara, traductrice de l’arabe vers le français, nous en propose la traduction.

Dossier: pourquoi écrit-on en Français?

16/11/2007

Dossier: pourquoi écrit-on en Français?A l’occasion des journées de la francophonie nous publions un nouveau dossier sur la littérature maghrébine de langue française. Les oeuvres des pères fondateurs comme celles de Mohamed Dib, Albert Memmi, Kateb Yacine y sont évoquées. Elles nous renvoient aux pages d’une création en partage, sur fond de turbulences culturelles et politiques, qui n’en demeure pas moins ô combien unique et féconde.