Le dernier numéro de Naqd sur le «terrorisme: Etats et sociétés»

 

 

Le dernier numéro de Naqd sur le «terrorisme: Etats et sociétés»«Naqd», affirme son directeur Daho Djerbal dans sa présentation de ce numéro spécial, « ouvre un débat sur la question de la terreur et du terrorisme dans sa relation aux réalités impériales et post-coloniales de notre temps». Cette question, ajoute-t-il, est importante « parce que le monde est aujourd’hui frappé par différentes sortes de terreur qui peuvent être le fait d’individus, d’Etats, d’anarchistes, de mouvements nationalistes ou religieux ».

La diversité de ces manifestations, explique Daho Djerbal, «nous impose d’identifier les différentes sortes de terreur qui existent, et de les distinguer, au moment même où l’on cherche à faire disparaître leurs différences à travers l’invention et l’emploi généralisé du terme ‘terrorisme’».

Ont collaboré au dernier numéro de «Naqd» des universitaires de différents pays et continents, chacun traitant de sa problématique générale à travers une expérience nationale particulière (indienne, marocaine, etc.) ou sous un angle spécifique («la mise en scène de la terreur», «les effets pervers de la guerre contre le terrorisme», etc.)

 

 

Rédaction Babelmed
(21/02/2008)

 


NAQD , revue d’études et de critique sociale
www.revue-naqd.org
naqd@wissal.dz

 

Related Posts

Printemps arabes, cinq ans après: Les rêves se sont-ils réalisés ?

05/02/2016

RadioMPrintemps 110Que s’est-t-il passé depuis les soulèvements dans le monde arabe qualifié de “printemps arabes”. Cinq ans plus tard, quelle est la situation en Egypte, Tunisie et Libye? Pour dresser ce bilan, "L'Afrique en partage" reçoit Jawad Kerdoudi, président de l'IMRI, l'Institut marocain des relations internationales. Il est interrogé par Atlantic Radio au Maroc et Radio Koubéni en Mauritanie. (Ebticar/ Radio M)

Hommage à nos mères

06/03/2009

Hommage à nos mèresIl y a longtemps que le «Courrier de l’Atlas» voulait rendre un hommage particulier aux femmes de la première génération. Celles qui sont arrivées dans un pays dont elles ne connaissaient pour la plupart ni la langue ni l’histoire.

Dernière demeure

12/10/2017

x-0Comment gère-t-on la mort de "l’autre"? De celui ou de celle que l’on considère différent, étranger, et qui parfois est rejeté ? La France est-elle toujours capable d’accompagner jusqu’au bout les gens qui vivent ou qui passent sur son territoire? Dans un moment où les identités se figent, où chacun renvoie l’autre à l’ailleurs, que fait-on de la mort?