Les sultanes de Tunis

Les sultanes de TunisQu’il dessine ses robes de soirées, ses nouvelles créations “khalijis” ou ses tenues de mariées à la mode de Tunis, Ben Amor se permet toutes les fantaisies. C’est Byzance!

Sous ses immenses lunettes opaques et sa cape “abbaya” noire légèrement pailletée, Wissem Ben Amor a tout d’une star de la chanson libanaise. Mais si c’est bien au Liban que le styliste tunisien a fait ses premières armes, ce n’est pas dans les studios d’enregistrement, mais bien dans les ateliers des plus grands couturiers beyrouthins qu’il a faitses débuts dans la haute couture.

Elevé auprès d’une maman petite main pour grands créateurs à Tunis, Wissem s’est en effet très tôt passionné pour la couture, puis pour la haute couture. Après des études aux Beaux-Arts de Tunis, il s’envole pour la France où il s’inscrit à l’Académie de la Mode, puis part pour Beyrouth où il rejoint l’Académie de la mode parisienne. C’est là qu’il multipliera les stages chez les stylistes du tout-Beyrouth, travaillant aux côtés des Walid Khoury, Scallini, Qays El Tounsi ou encore d’un certain Elie Saab...

“J’adore tout ce qui est osé, tout ce qui sort de l’ordinaire!”, lance Wissem en montrant fièrement ses collections. Et pour oser, il ose. Tout: la sensualité d’un décolleté plongeant pointant sur un nombril dénudé, la profusion de -couleurs franches sur de la dorure qui ne s’en cache pas, ou les paillettes jetées sur des cristaux Swarovski brodés au fil d’argent. Que ce soit sur une robe
de soirée, une tenue khalijie ou émiratie ou une robe de mariée “fouta” ou “blouza” à la tunisoise, la discrétion est à proscrire: il faut que ça brille!

Wissem Ben Amor a un show room au Menzah à Tunis et il inaugurera prochainement son nouveau show-room à Paris.
Son site: www.ledesigner-tunisien.com

Les sultanes de Tunis

ROBES DE SOIREE
Nancy, Pascale, Elissa… toutes les
vedettes de la variété arabe ont déjà craqué pour ses époustouflantes robes
de princesses pop stars, aux satins chamarrés et aux décolletés intrépides.

“FOUTA”
OU “BLOUZA”
C’est la tenue traditionnelle de la mariée tunisoise que Wissem Ben Amor a sublimée de cristaux Swarovski, de fils d’argent -cannetille et de dentelles de Calais. Des pièces uniques, faites main, qui demandent chacune trois semaines de travail pour deux brodeuses.

ROBES “KHALIJIS”
Créations exclusives de Wissem Ben Amor, ces robes dites “du Golfe” s’inspirent, selon le styliste, du caftan marocain, mais surtout de la “jebba” tunisienne, l’habit traditionnel masculin, ici féminisé dans des coupes amples, des matières fluides et des broderies au fil de soie.
 

Les sultanes de Tunis
Par Yasrine Mouaatarif
(16/12/2008)
 

Related Posts

Le Musée privé Robert Mouawad ou les trésors d’Henri Pharaon

03/04/2009

Le Musée privé Robert Mouawad ou les trésors d’Henri PharaonLe Musée privé du richissime diamantaire libanais Robert Mouawad a été, de 1891 à 1993, la propriété de la non moins fortunée famille Pharaon. Cette « folie » gothique a été le symbole de l’indépendance puis de la guerre du Liban. Retour sur un passé aujourd’hui sublimé…

Quand les Arabes exportaient le Tarab

11/01/2016

tarab0 110Recit. Entre la révolution égyptienne de 1919 et le début de la guerre du Liban en 1975, le Proche-Orient a vécu une parenthèse de liberté sociétale et artistique bénie. Voici quelques parcours d'artistes, inspirés du dernier roman graphique de Lamia Ziadé, pour vous replonger dans ce patrimoine mythique. Perdu à jamais ? (Ebticar/le Desk)

Cartes d’Identités

20/01/2005

Cartes d’IdentitésJe suis comédienne, voilà pour le fond, je porte le voile des musulmanes, voilà pour la forme, pour l’aspect extérieur. A moins que ce ne soit le contraire : dans le fond, femme voilée, et dans la forme, comédienne. Paradoxe? Contradiction? Exception fortuite? Je crois, pour ma part, qu’il s’agit d’une situation vraie, non conforme avec le modèle habituel, et qui pose avec acuité le problème complexe de l’identité. Texte de Hanane Haj Ali, comédienne libanaise de renommée internationale. Elle a joué à Paris, l'an passé, le rôle de la mère dans «Les Paravents» de Genet mis en scène par Jean-Baptiste Sastre au Théâtre national de Chaillot.