Festival International du Film de Marrakech

 

Sur 14 films sélectionnés au concours CINECOLES, organisé pour la première fois cette année par le FIFM et visant à encourager les jeunes talents marocains, 8 étaient réalisés par des étudiants de l’ESAV Marrakech. Parmi eux, deux filles.
 Festival International du Film de Marrakech
C’est Mahassine El Hachadi, 28 ans, qui a remporté le premier prix de cette compétition, avec Apnée, son travail de fin d’études. Ce prix est doté personnellement par le Prince Moulay Rachid, président de la Fondation du FIFM et initiateur de cette idée, d'une récompense de 300.000 dirhams, qui correspond, comme l’a rappelé Nour-Eddine Saïl, directeur général du Centre cinématographique marocain et vice président de la Fondation du FIFM, dans son allocution introductive, au budget moyen de réalisation d’un court-métrage.
C’est avec émotion que cette étudiante qui vient de finir ses études à l’ESAV a reçu son trophée des mains d’Eva Mendès, qui a exprimé son plaisir à ce que la récompense aille à une femme. Mahassine, visiblement impressionnée devant un public nombreux, a remercié le jury tandis que la salle la plébiscitait avec ferveur.
Le jury était composé de Hiam Abbas, Adil El Fadili, Emmanuelle Seigner, Xavier Beauvois, Marjane Satrapi, et présidé par Volker Schlöndorff

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts

Les guerres de l’eau: une notion à revisiter

15/07/2009

Les guerres de l’eau: une notion à revisiterLes rives méridionale et orientale de la Méditerranée sont les territoires mondiaux les plus exposés au déficit hydrique. Article publié dans “le mensuel de l’Université”.

La Cour de justice de l'UE atteinte à son tour par l'obsession du “voile islamiqueˮ

21/03/2017

velo-110Quiconque s'occupe systématiquement et depuis longtemps  des "affaires du voile" récurrentes (avec l'ajout récent du burkini) le sait bien: aucun argument, aussi rationnel et sophistiqué soit-il, ne peut faire changer d'idée ào ceux qui absolutisent le hijab - rien d'autre qu'un foulard – comme menace «pour nos valeurs» et symbole de l'oppression et de l'obscurantisme, sans même prendre la peine de faire la distinction entre «voiles» imposés et "voiles" librement choisis.

MUZZIKA ! Janvier 2018

10/12/2018

Un retour aux racines marque la production discographique de nos artistes des pays méditerranéens depuis quelques années, et n otamment Tunisie, Italie et France pour cette livraison de Janvier 2018. Deux révélations : les Tunisiens Zied Zouari avec son violon inspiré, et Sabry Mosbah qui redonne sa fierté aux peuples et musiques du Sud tunisien. Traditions d’Italie, avec Vinicio Capossela et le groupe Canzoniere Grecanico Salentino. Traditions de France : l’accordéon-roi des musiques populaires d’autrefois avec Le Beau Milo, et le duo Venitucci/Cisaruk dans un accordéon d’aujourd’hui. Des artistes qui ont chacun leur langage propre et leur créativité, mais qui partagent tous ce même besoin d’enracinement… Bonne Année à tous !