Centre culturel Khalil Sakakini

  Centre culturel Khalil Sakakini L'important centre culturel de Ramallah, dirigé par Mahmoud Darwich et Adila Laidi, propose tous les mois des expositions, des projections de films et des débats.
Au programme ce mois de novembre:
Le 20 novembre. Un nouveau programme de rencontres qui vise à enrichir le débat sur les problématiques des arts visuels en Palestine en présence d'artistes tels que Samir Salameh et Hussni Radwan. Ces rencontres se servent des contributions de la nouvelle vague artistique palestinienne qui intègrent celles des vétérans du mouvement artistique palestinien. Centre culturel Khalil Sakakini Le 22 novembre. Projection du film "Bowling for Colombine" du cinéaste américain Michael Moore (2002), un documentaire qui s'attaque à l'utilisation excessive d'armes à feu aux USA (les Etats-Unis ont le taux le plus élevé de morts par balles chaque année). Le film s'est inspiré de la tragédie qui avait ensanglanté en 1999 la ville de Littleton, où deux adolescents avaient exécuté une dizaine de leurs camarades du lycée Colombine. Oscar 2002 en tant que meilleur documentaire. Antonia Naim

Related Posts

Eau, oliviers, habitations. Le territoire à travers les infographiques de Visualizing Palestine

15/10/2014

g water 110Saviez-vous qu'en Palestine il pleut plus qu'à Londres ? Que le nombre d'oliviers – 800.000 – déracinés depuis 1967 suffirait à couvrir une surface équivalente à 33 fois la surface de Central Park ? Que 95 % de l'eau présente dans les 117 puits «potables» de Gaza est contaminée? (Visualizing Impact / Ebticar)

«Les Palestiniens n’ont pas oublié, ils n’ont pas disparu»

15/05/2018

Soixante dix ans après la Nakba, Israël n’a pas réussi à effacer la Palestine —ni les Palestiniens.

Forcées à prendre les choses en main

23/05/2012

pa_force_110Alors que les pays voisins sont confrontés à de nouveaux défis et que de nouvelles opportunités s’offrent aux femmes, dans le sillage du Printemps arabe, les Gazaouies semblent prisonnières d’un automne maussade, qui n’en finit pas