Taycir Batniji

Taycir Batniji
Taycir Batniji : Hanoun (coquelicots) 2009. Publié avec l’aimable autorisation de l’artiste. © Taycir Batniji.

 

«Comment va Taycir?» demandai-je. Et tous de répondre: «Il est complètement épuisé. Il a le pouce tuméfié tant il a taillé de crayons».
Derrière le mur de l’horloge, le visiteur trouve une petite salle de la taille d’un atelier. Au fond se voit la photo de l’atelier de Batniji à Gaza. Le sol de l’atelier de Gaza est recouvert de poussière, celui de Venise d’un champ de coquelicots constitués par les copeaux d’un crayon rouge que Taycir a taillé. Poussière et coquelicots suggèrent la distance spatiale mais aussi temporelle séparant l’artiste de son atelier. La poussière fait penser au temps durant lequel l’artiste n’est pas allé dans son atelier; les coquelicots disent le temps que l’artiste a passé à tailler à l’infini son crayon, sans but attendant de pouvoir regagner son atelier. Tailler son crayon n’est pas seulement un grand gaspillage de temps; c’est la concrétisation de l’attente.
La fragilité des coquelicots en copeaux semble plus grande que celle des coquelicots à l’état naturel. Cette fragilité interdit à l’artiste et au visiteur de franchir le seuil de la salle-atelier, un peu comme le champ de mines interdit à l’artiste de se rendre dans son atelier à Gaza.

 


Adania Shibli
(22/08/2009)

Related Posts

Digressions

22/08/2009

DigressionsEst-ce vraiment la question de l’appartenance nationale qui me pousse à me rendre à Venise pour voir de près les œuvres sélectionnées pour «Palestine c/o Venise»?

Cisjordanie: Un Cinéma mobile

11/02/2008

Cisjordanie: Un Cinéma mobileLorsque la lumière s'éteint, les gamins survoltés poussent des cris d'excitation. La plupart d'entre eux ne sont jamais allés au cinéma et se retrouvent pour la première fois dans une salle obscure face à un grand écran.

Shadi Habib Allah

22/08/2009

Shadi Habib AllahHabib Allah choisit le mouvement dans la photo et les dessins animés dans la composition de son œuvre. Mais le mouvement des corps qu’il choisit est monotone et ferme comme celui du ventilateur ou du moulin à vent.