Taycir Batniji

Taycir Batniji
Taycir Batniji : Hanoun (coquelicots) 2009. Publié avec l’aimable autorisation de l’artiste. © Taycir Batniji.

 

«Comment va Taycir?» demandai-je. Et tous de répondre: «Il est complètement épuisé. Il a le pouce tuméfié tant il a taillé de crayons».
Derrière le mur de l’horloge, le visiteur trouve une petite salle de la taille d’un atelier. Au fond se voit la photo de l’atelier de Batniji à Gaza. Le sol de l’atelier de Gaza est recouvert de poussière, celui de Venise d’un champ de coquelicots constitués par les copeaux d’un crayon rouge que Taycir a taillé. Poussière et coquelicots suggèrent la distance spatiale mais aussi temporelle séparant l’artiste de son atelier. La poussière fait penser au temps durant lequel l’artiste n’est pas allé dans son atelier; les coquelicots disent le temps que l’artiste a passé à tailler à l’infini son crayon, sans but attendant de pouvoir regagner son atelier. Tailler son crayon n’est pas seulement un grand gaspillage de temps; c’est la concrétisation de l’attente.
La fragilité des coquelicots en copeaux semble plus grande que celle des coquelicots à l’état naturel. Cette fragilité interdit à l’artiste et au visiteur de franchir le seuil de la salle-atelier, un peu comme le champ de mines interdit à l’artiste de se rendre dans son atelier à Gaza.

 


Adania Shibli
(22/08/2009)

Related Posts

Palestine ou les métamorphoses de l’espace

27/10/2009

Palestine ou les métamorphoses de l’espacePalestine, de Hubert Haddad, remporte le prix Renaudot Poche. Récemment publié en Italie, Portugal et Allemagne, ce récit raconte la vie de Cham, soldat israélien recueilli par une famille palestinienne.

La Palestine entre présence et occultation à la 53ème biennale de Venise

22/08/2009

La Palestine entre présence et occultation à la 53ème biennale de VeniseL’écrivaine Adania Shibli nous livre le récit de son voyage à la Biennale de Venise à la découverte des artistes palestiniens invités à cette occasion. Impressions et digressions...

L'art des femmes palestiniennes enfin vu de l'intérieur

02/01/2008

L'art des femmes palestiniennes enfin vu de l'intérieurC'est la première fois qu'un livre sur les artistes palestiniennes est "made in Palestine". L'organisation Al Hoash ouvre en effet sa série de publications avec un volume consacré à la création au féminin.