Petit poème satirique du grand poète syrien Nizar Qabbani

 

Petit poème satirique du grand poète syrien Nizar Qabbani Cogitations du … leader , par Nizar Qabbani
Chaque fois que j’envisage de quitter le pouvoir
Ma conscience me l’interdit …
Qui, après moi, gouvernera ces braves gens ?
Qui, après moi, guérira le boiteux ?
Le lépreux ?
L’aveugle ?
Qui ressuscitera les morts ?
Qui tirera les rayons de lune de sa manche ?
Qui enverra aux gens la pluie ?
Qui les châtiera de quatre-vingt-dix coups de fouet ?
Qui les crucifiera sur les arbres ?
Qui leur imposera, sinon, de vivre comme les vaches ?
De mourir comme les vaches ?
Chaque fois que j’envisage de les quitter
Mes larmes se déploient comme un nuage !
Je m’en remets alors à Dieu…
Et je décide d’enfourcher le peuple
Jusqu’au jour du Jugement dernier !

 


Traduction de l'arabe par Rania Samara

 

 

 

Related Posts

Appel à la France : Agir pour sauver Alep

30/04/2016

souria-30avri-110La trêve en Syrie est morte : depuis plusieurs jours, Alep est pilonnée par le régime et l’aviation russe. Les deux alliés n’ont pas hésité à s’en prendre aux hôpitaux (hôpital al-Qods), tuant au passage le dernier pédiatre d’Alep et au centre de défense civile. Le nombre de morts se compte par centaines depuis plusieurs jours.

Reporters sans frontières dénonce…

28/07/2011

Reporters sans frontières dénonce…Alors que les massacres se poursuivent à l’abri des caméras en Syrie et au Yémen, la situation se stabilise au Bahreïn

Rouge poétique sur grisaille quotidienne

08/07/2005

Rouge poétique sur grisaille quotidienneMaram al-Masri est un peu comme sa poésie, c’est d’abord sa beauté qui frappe, ses longs cheveux noirs qui entourent une expression sensuelle et fragile. Et puis, il y a aussi cette simplicité aux tonalités enfantines dont on a l’impression qu’elle pourrait à tout moment chavirer dans la gravité, le désarroi, la perte...Mais saurait-on vraiment écrire en dehors d’une telle menace?