Le mur de Sharon de Alain Ménargues, aux éditions des Presses de la Renaissance

 

Le mur de Sharon de Alain Ménargues, aux éditions des Presses de la Renaissance

De 70 à 100 mètres de large, avec fossés et barbelés, un mur de béton de 8 mètres de haut équipé de caméras et de mitrailleuses télécommandées, le tout sur 700 km: la «barrière de sécurité» érigée par Tsahal «pour stopper l’infiltration des kamikazes palestiniens» se met petit à petit en place, sous l’œil bienveillant des États-Unis.

Englobant les colonies juives et les terres agricoles de Cisjordanie, le mur coupe en deux ou isole des villages palestiniens; sépare les membres d’une même famille; les élèves de leurs écoles; les paysans de leurs champs; les fidèles de leurs lieux de prière. Ce «mur de la honte», comme le surnomment les Palestiniens, est bâti dans l’indifférence totale de la communauté internationale.
Grand reporter, spécialiste du Moyen-Orient, Alain Ménargues fait un état des lieux saisissant de l’histoire de ce projet pharaonique qui, réalisé au mépris des résolutions de l’ONU, anéantit toute chance de réconciliation des deux frères ennemis. Né en 1947, Alain Ménargues est l'un des plus grands spécialistes français du monde arabe. Grand reporter, envoyé spécial permanent au Moyen-Orient pendant 15 ans, il est aujourd’hui directeur général adjoint chargé des antennes et de l’information à Radio France Internationale. Lauréat du Prix Pierre Mille (1985) pour la couverture des événements libanais et du Prix SCOOP (1988) pour la couverture de l'actualité du monde arabe, il collabore à de nombreux magazines nationaux et radios étrangères. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Les larmes de la colère et Les secrets de la guerre du Liban.

Related Posts

Filmer le trio Jubran

12/12/2006

Filmer le trio JubranTout au long du film, il est difficile de comprendre comment le réalisateur palestinien Raed Andoni, auteur d’«Improvisation », est arrivé à recueillir des émotions si proches, si justes au sein de la célèbre famille des musiciens Jubran. Est-il, en réalité, le quatrième frère de la famille? Durant toute l’interview, Raed a répondu à cette question. Son amitié pour Samir et sa famille se faisait sentir dans tous ses mots. Pendant dix mois, lui et sa caméra sont vraiment devenus partie intégrante du clan.

Je serai là où j’étais

27/10/2012

fadwa-6_110C’est comme si je me promenais en deux endroits en même temps. J’ai le sentiment que tout est normal et en même temps que tout est absolument anormal.

Rêves d’une nation

22/06/2004

Rêves d’une nationLa troisième édition du «Festival du cinéma palestinien» vient d’avoir lieu en Palestine. Un peu de vie a été ainsi insufflée dans les quelques villes palestiniennes où ont eu lieu les projections, et surtout dans la triste Jérusalem est, tuée par tous les efforts déployés par les autorités israéliennes pour la couper du reste de la Cisjordanie.