Arafat, A la rencontre d’une mort en exil

 

Arafat, A la rencontre d’une mort en exil

Le grand poète palestinien Mahmoud Darwich rend un vibrant hommage à Yasser Arafat dans Le Monde daté du 17 novembre.
Dans son texte, traduit en français par l’écrivain palestinien Elias Sanbar, Darwich dit notamment en conclusion:

Il ne nous a pas surpris, cette fois. Nous ayant préparés à un adieu non suivi de retrouvailles, l’assiégé est sorti du siège. Parti à la rencontre d’une mort en exil, il a mis les dernières touches à sa légende. Mais il nous a laissé un peu de temps. Pour que notre tristesse apprenne à s’exprimer de façon seyante, pour que chacun de nous atteigne l’âge du sevrage.

En chacun de nous, quelque chose de lui. Il est le père et le fils. Le père d’une phase entière de notre histoire. Le fils dont nous avons formulé les mots et tracé l’image.

Lui parti, nous en disons pas adieu au passé…mais nous entrons dans une nouvelle histoire, béante sur l’inconnu. Trouverons-nous le présent avant de craindre l’avenir?
Rédaction Babelmed

Related Posts

Collecte de fonds pour les hôpitaux de Gaza

08/01/2009

Collecte de fonds pour les hôpitaux de GazaL’Association appelle tous les soutiens aux Palestiniens, associations et individus, à envoyer des fonds destinés aux hôpitaux de Gaza et qui seront acheminés dans la Bande par un militant d’ISM, mi-janvier.

Eau, oliviers, habitations. Le territoire à travers les infographiques de Visualizing Palestine

15/10/2014

g water 110Saviez-vous qu'en Palestine il pleut plus qu'à Londres ? Que le nombre d'oliviers – 800.000 – déracinés depuis 1967 suffirait à couvrir une surface équivalente à 33 fois la surface de Central Park ? Que 95 % de l'eau présente dans les 117 puits «potables» de Gaza est contaminée? (Visualizing Impact / Ebticar)

"Salam Gaza" de Tahar Bekri. Devoir de mémoire, devoir de présent (Archives babelmed 2011)

06/01/2011

Salam Gaza de Tahar Bekri. Devoir de mémoire,  devoir de présent“Contribuer à révéler la vérité, ne serait-ce que peu, est un devoir éthique”, affirme Tahar Bekri à propos de ses carnets Salam Gaza, publiés en 2010 aux Editions Elyzad (Tunis).