Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe

Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe Egypte: Les réactions de BahaTahar et Makaoui Saïd
Baha Tahar a l’air d’être le frère aîné de Makaoui Saïd. Ils sont tous deux bruns, maigres, réservés et calmes. Et tous deux ont des origines qui remontent à la Haute Egypte. Mohamed Baha Dine Tahar, de la génération littéraire des années 1960, a étudié l’histoire à l’Université du Caire dont il est diplômé, promotion 1956, l’année même de la naissance de Makaoui Saïd.
Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe Syrie: Les réactions de Khaled Khalifa
Pour Khaled Khalifa, ce prix «se distingue par quelque chose que les Arabes ne connaissent généralement pas, à savoir traiter les textes à pied d’égalité sans prendre en considération le pouvoir que peuvent détenir leurs auteurs ».
Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe Jordanie: les réactions de Illias Farkouh
Pour Illias Farkouh, ce prix est un flambeau qui s’allume dans le champ culturel à une époque où les jurys ont pris l’habitude de récompenser ceux qui ne le méritent pas vraiment.
Booker prize arabe, un prix crédible pour le roman arabe Liban: les réactions de May Mansi et Jabour Douihi
Qu’en est-il des candidats libanais dont les noms ont été retenus pour le Booker arabe? Pour May Mansi la reconnaissance intellectuelle et affective que comporte ce prix est essentielle, tandis que l’écrivain libanais Jabour Douihi se réjouit de la dimension panarabe du Booker prize.

Related Posts

Arkoun, Abou Zeid et El Jabéri: incompris en Occident comme dans leurs propres pays

21/09/2010

Arkoun,  Abou Zeid et El Jabéri: incompris en Occident comme dans leurs propres paysMohamed Abed El Jabéri, Nasr Hamed Abou Zeid, Mohammed Arkoun! En l’espace de quatre mois trois grands penseurs nous ont quittés. Article paru dans “El Watan”, le 17 septembre 2010

Des nouvelles en version originale

03/10/2005

Des nouvelles en version originaleKhbar Bladna est une petite maison d’édition pas comme les autres. Elle est la seule du monde arabe à ne publier que des titres en darija. Dialecte né d’un exotique mélange de mots issus de l’arabe, de l’amazigh, du français, de l’espagnol et même du grec, il est parlé par la quasi-totalité des Marocains, qu’ils aient été scolarisés ou pas et quelle que soit leur confession.

Le trans-port poétique: Spécial Biennale internationale de poésie de Liège

18/10/2007

Le trans-port poétique: Spécial Biennale internationale de poésie de LiègeLes Trans-port poétique muent. Désormais, ils se déclinent au singulier. En réservant sa première livraison à la biennale de Liège, l’auteur de cette rubrique entend attirer l’attention sur l’importance de cette biennale que les institutions francophones ne soutiennent pas et surtout sur la perte que constituerait sa disparition pour des raisons matérielles. Ca serait dommage et pas seulement pour la Belgique.