L’architecte et le désert: “To build or not to build?”

L’architecte et le désert: “To build or not to build?” On expose chez Mustafa Ali
Dans le cadre de ce concours d’architecture, les étudiants âgés de moins de 30 ans, citoyens des pays européens, arabes et/ou riverains du pourtour méditerranéen étaient invités à imaginer la future oasis spirituelle du pays de Châm.
L’architecte et le désert: “To build or not to build?” Entretien avec le Père Paolo
Le Père Paolo Dall’Oglio, romain, jésuite, supérieur du monastère de Mar Moussa est l’initiateur de la compétition architecturale «Sham Spiritual oasis». Rencontre avec ce véritable bâtisseur dans l’âme.
 
L’architecte et le désert: “To build or not to build?” Entretien avec Mustafa Ali
Sculpteur syrien, laïc serein, Mustafa Ali est aussi le fondateur d’un des lieux artistiques les plus innovants de Damas. Il était le second membre du jury de «Sham Spiritual Oasis».
 

Related Posts

Conte de l’île inconnue

19/02/2004

Conte de l’île inconnueDamas (Syrie) Du 20 février au 1er mars 2004 A ne pas manquer si vous êtes à Damas cette belle pièce, adaptée par Hanan Kassab-Hassan (avec l’aide de Yasser al Ayoubi) à partir d’un texte de l’écrivain portugais José Saramago, prix Nobel de la littérature en 1998.

Syrie, littérature et résistance: l’engagement des écrivains syriens

15/12/2011

sy_lett_110Une Interview de Rania Samara, spécialiste de littérature arabe, des extraits choisis - pour la plupart inédits en français - des oeuvres de Saadallah Wannous, Mamdouh Azzam, Nadia Khost, Khaled Khalifa, Samar Yazbek, Moustafa Khalifé… permettent de dresser un panorama de la littérature syrienne, malheureusement trop largement méconnue.

Que peut apporter la religion à l’homme si elle ne lui offre pas d’abord la liberté?

01/11/2007

Que peut apporter la religion à l’homme si elle ne lui offre pas d’abord la liberté?Sollicité par Repubblica, Adonis commémorait récemment dans un article le 8ème centenaire du grand mystique Djalaleddine Roumi (1207-1273). C’est ce texte, publié depuis dans sa version arabe par Akhbar al adab n° 745 (hebdomadaire littéraire égyptien dirigé par le grand romancier Gamal al Ghitani), dont nous proposons ici la traduction française.