Nouvelles marocaines

  D’un trait de plume
Une nouvelle génération d’écrivaines investit le genre littéraire de la nouvelle pour évoquer ses préoccupations, ses espoirs, bref, son Maroc.
  Khadija Younsi, «Rose, ouvre-toi!»
Lorsque le médecin m’a rendu visite le matin et m’a auscultée à nouveau, il a confirmé que j’étais en bonne santé et m’a fait comprendre que mon corps, ce petit bourgeon, avait commencé à éclore.
  Latifa Baqa, «La Chambre d’à côté»
Elle a ouvert l’armoire et en a sorti un flacon de parfum de grande dimension, le genre qui se trouve sur les marchés de contrebande… Elle a commencé à en vaporiser sur mes vêtements et mes cheveux.
  Latifa Labsir, «Mennana»
Chaque chose donnait de la gaîté à notre petite enfance, gaîté que nous empruntions, mas sœur et moi, à la joie de Mennana…
  Aïcha Bourjila, «Le Cheval de campagne»
Elle se mord les phalanges de rage. Cela fait deux heures qu’elle se frotte les yeux et fait craquer ses doigts…
  Zahra Ramij, «Histoire d’un fonctionnaire modèle»
Grâce à une forte dose de caféine dans mon café préféré – l’espèce Robusta – et au goudron de la cigarette, je combats les hallucinations de la folie qui me prennent de temps en temps.
  Kenza Sefrioui
(14/04/2009)

Related Posts

Moderne utopie

26/06/2013

Jocelyne_110Jocelyne Laâbi raconte l’aventure très actuelle d’un ancien mouvement égalitariste, l’histoire passionnante des Qarmates. Dans cette  épopée à travers les siècles qui influença la gauche arabe des années 1960, l'auteure met son talent de conteuse au service du roman historique.

Le «témoignage» ambigu de Abdallah Laroui

16/05/2005

Le «témoignage» ambigu de Abdallah LarouiLe livre, «Hassan II et le Maroc», a suscité beaucoup de réactions, parce qu’il apporte un éclairage à la fois subtil et personnel sur l’histoire de ces quarante dernières années, histoire qui renferme par ailleurs encore d’innombrables zones d’ombre. Mais c’est surtout parce qu’il offre une vision de la personnalité du défunt roi, sous des angles qui, bien qu’intéressants, vont souvent à contre-courant des sentiments et des analyses développées depuis quelques années au pays.

Mohamed Rachdi – Territoires du désir

20/06/2005

Mohamed Rachdi – Territoires du désirChauny, France du 31 mai au 1er juillet 2005. Le travail de Mohamed Rachdi ne cesse de montrer ce hiatus, nécessaire selon lui, entre l’être – et plus particulièrement l’artiste - et l’objet de son désir. De portes en collines ou en oasis , il nous présente un chemin qui le conduit doucement – comme Madjnoun, vers "l’objet de son amour" tout en le maintenant toujours éloigné.