Dossier: «Les migrants subsahariens au Maghreb»

Dossier: «Les migrants subsahariens au Maghreb» Migration subsaharienne au Maghreb: une menace imaginaire et une réelle tragédie
Les Subsahariens qui parviennent à franchir la Méditerranée sont beaucoup moins nombreux que leurs frères maghrébins. Cette assertion, pour rappel, est confirmée par un organisme européen aussi crédible que l’Institut national d’études démographiques (INED, Paris).
Dossier: «Les migrants subsahariens au Maghreb» Migration irrégulière au Maghreb: chiffres et données
Les migrants subsahariens irréguliers seraient baucoup moins nombreux en Tunisie qu’au Maroc et en Algérie, ce qui s’expliquerait par le fait que ce pays a une profondeur géographique africaine moins importante (il n’a de frontières avec aucun Etat subsaharien).
Dossier: «Les migrants subsahariens au Maghreb» La migration irrégulière vers l’Algérie: quelques évolutions récentes
On peut observer que le volume des entrées irrégulières sur le territoire algérien a connu une certaine baisse et que la majorité de ces entrées ont été le fait de ressortissants des pays du sud du Sahara...
   

Related Posts

Liban: Une émancipation «en cachette»

06/03/2008

Liban: Une émancipation «en cachette»L’image d’une gent féminine libanaise libérée est celle que la capitale donne aux touristes. Mais elle loin de refléter les réalités complexes d’un pays aux identités multiples, pour ne pas dire schizophrène.

La Méditerranée rend hommage à Ibn Khaldoun

16/03/2006

D’Alger à Tunis en passant par Paris, Séville ou New York, Ibn Khaldoun sera à l’honneur d’un programme culturel s'étalant sur toute l'année. La Tunisie prévoit, quant à elle, plus de 500 activités sur tout son territoire, dont une grande exposition qui sera reproposée à Paris par l’Unesco; Séville fêtera ce grand penseur avec une méga manifestation sur le thème «Ibn Khaldoun et la Méditerranée au XIVème siècle», attendue ensuite à New-York, au siège de l’ONU.

Corps de femmes, regard d'hommes

09/03/2005

Corps de femmes,  regard d'hommesDans son livre "Mes papiers" publié en 2001, Fatima Hussein, l'une des premières journalistes femmes à Koweit raconte comment, en 1951, elle et ses camarades de classe brûlèrent dans le préau de l'école les voiles noirs qui couvraient leurs visages. Elle relate aussi qu'en rentrant du Caire où elle a poursuivi ses études universitaires avec cinq autres filles koweitiennes, elles avaient décidé ensemble de descendre de l'avion tête découverte et sans abaya. Elles l'ont fait, et les autres femmes ont suivi. C'était en 1956.