Réfugiés iraquiens en Syrie

Réfugiés iraquiens en Syrie En suivant six lignes de vie de Bagdad à Damas
Les réfugiés parlent de Damas en disant «Mahatat Dimaschq», «Gare de Damas». Pour beaucoup de réfugiés, Damas est un sas vers autre chose, un lieu de transit, d’immobilité, d’attente. Un lieu de réparation, de convalescence du corps et de l’âme, un lieu de parole.
Réfugiés iraquiens en Syrie La Syrie, premier pays d’accueil des réfugiés iraquiens
Ironie du sort: à Damas, quartier Rawda, les ambassades iraquienne et américaine se font face. Soleil de plomb, froid glaçant, depuis 2003, les files d’attente ne désemplissent pas devant l’Ambassade d’Iraq. Aujourd’hui, un million deux cent mille iraquiens ont trouvé refuge sur le sol syrien, fuyant les violences de la guerre que traverse leur pays.
 
Réfugiés iraquiens en Syrie Des réfugiés politiquement corrects?
Quels intérêts politiques justifient un accueil si généreux de la part de la Syrie?
On peut s’interroger à ce sujet. Cependant, force est de constater que la question de la réinstallation des réfugiés iraquiens ne semble pas être une priorité pour la communauté internationale.
 
Réfugiés iraquiens en Syrie Les palestiniens d’Irak, prisonniers du désert et victimes de l’oubli
Doublement réfugiés, les palestiniens-iraquiens ont du fuir l’Irak à cause des persécutions subies par leur communauté. La Syrie, maintenant une position ferme à leur égard, leur ferme ses portes. Leur ultime patrie est une prison de sable dans le désert, quelque part entre l’Irak et la Syrie, là où l’on risquerait presque de les oublier.
 
Réfugiés iraquiens en Syrie Les couleurs de l’Iraq à Damas
Parmi les réfugiés, des artistes. Parmi ces artistes, des peintres. Parmi ces peintres, Amer Ali. Nous avons choisi de lui consacrer le dernier article de cette trilogie sur les réfugiés Iraquiens, afin de rehausser le tableau brossé précédemment de quelques couleurs. Et aussi, afin de témoigner de la puissance salvatrice de l’art.
 

Related Posts

L’association “Obour” de Tartous

03/08/2016

L’associazione “Obour” di Tartus | babelmed | cultura mediterraneaLa valeur de cette ONG réside dans son engagement à combler les disparités causées par la guerre entre les différents groupes de la société syrienne. Le lieu où elle opère, Tartous, est également important puisque l’on assiste dans cette ville à une hostilité croissante entre les habitants de différentes confessions et les personnes déplacées provenant des zones de combats. (Syria Untold/ Ebticar)

Le viol d’enfant, l’autre crime de guerre du regime Assad

25/02/2017

Syrie-20000 110En six ans de guerre, peu de crimes ont été épargnés aux Syriens. Massacres, tortures, bombardements, armes chimiques...

L’un d'entre eux reste encore passé sous silence : le viol des enfants. Dans les geôles du régime, aux checkpoints ou durant les raids, les filles et garçons des opposants, les très jeunes révolutionnaires, sont abusés dans le chaos et l’impunité la plus totale.

Quatre régions, quatre autorités en Syrie

31/07/2016

yazi sy-110La Syrie en guerre est actuellement divisée en quatre régions principales, contrôlées respectivement par le régime, l’organisation de l’État islamique (OEI), les Kurdes et différents groupes de l’opposition. Il existe à présent une grande variété d’administrations locales autonomes et l’essentiel de l’activité économique s’est déplacé vers la zone côtière.