Fahrenheit 9/11: le verra-t-on un jour au Maroc?

 

Fahrenheit 9/11: le verra-t-on un jour au Maroc?

Le film-documentaire de Michael Moore, récompensé à Cannes 2004, ne risque pas de passer un jour sur nos écrans, à moins qu’on en censure quelques passages où il parle, en termes peu élogieux, du Maroc. S’ils y tiennent vraiment, les gens peuvent toujours le voir en achetant le DVD (ou le VCD) à quelques dirhams sur le marché de la contrebande. Le film qui s’y vend est en version originale, mais on comprend tout, même sans bien maîtriser l’anglais.
L’humour cynique de Michael Moore fait figurer le Maroc parmi les alliés des Etats-Unis dans leur croisade contre le Satan irakien. L’ironie cultivée par le réalisateur, pour renforcer l’idée de l’isolement des Américains dans leur guerre absurde, met sur la liste des alliés de Bush l’Islande et quelques îles-Etats qui ne pèsent que par leur qualité de membres de l’ONU et ne sont là que pour gonfler la liste de ceux qui soutiennent l’offensive contre l’Irak. Or tout le monde sait, depuis au moins dix ans, depuis la fin du bloc de L’Est, que les Etats-Unis, superpuissance arrogante, blessée dans son orgueil le 11 septembre 2001, n’a plus besoin de personne, ni de l’ONU ni de ses Chartes ni de ses Etats mollassons pour faire la loi dans le monde. La caricature des propos de Michael Moore met l’accent sur le fait que tout n’était que comédie (tragique), que les alliés n’étaient en fait là que pour faire de la figuration.
Le cas du Maroc est assez original. Les Américains laissaient souvent entendre qu’il était un allié. Les responsables marocains ont toujours démenti. En fait, il y avait une sorte d’accord tacite qui devait laisser planer le doute : le Maroc ne pouvant s’engager officiellement et participer ouvertement au conflit, à cause de l’opinion publique (marocaine et arabe) qui était franchement hostiles et qui n’aurait pas, mais alors pas du tout apprécié.
D’où dans le film l’idée que le Maroc avait envoyé une armée de singes entraînés au déminage, pour accomplir leur mission en bons soldats alliés en Irak. Michael Moore exploite ici une rumeur persistante qui a circulé dans les médias américains après la guerre et selon laquelle le Maroc aurait proposé d’envoyer 2000 singes-démineurs qui avaient déjà fait leurs preuves au Sahara.
Je trouve que faire participer des singes à la guerre, c’est plus choquant que d’envoyer leurs cousins qui, depuis quelques millions d’années se croient plus évolués. Car après tout, la guerre est une invention des hommes. Ils la pratiquent depuis des millénaires, souvent pour des broutilles et ils ne sont pas près de s’en lasser. Mais les singes, eux, qu’ont-ils demandé à la vie, sinon de manger des bananes en paix, copuler à la belle étoile et batifoler dans les arbres.
Bref à cause des singes, les Marocains ne pourront voir Fahrenheit 9/11 sur leur grand écran. Hicham Raji

Related Posts

La mer ne nous accroche pas

26/10/2015

malik 110Un beau soir du printemps de 2015, dans le port de Tanger, Malik, photographe et cinéaste marocain et français, rencontre Omar B., un jeune Sénégalais qui se prépare à traverser le détroit de Gibraltar. Cela fait des années que Malik sillonne l’Afrique à la recherche de ses origines.

5 hectares de culture à Casablanca

24/08/2010

5 hectares de culture à CasablancaUn collectif d’associations donne une seconde vie aux anciens Abattoirs de Casablanca, en en faisant la première friche culturelle du monde arabe. Place aux jeunes cultures urbaines.

Latif Lahlou, cinéaste passionné et engagé

11/05/2009

Latif Lahlou,  cinéaste passionné et engagéC’est devant une salle comble que Latif Lahlou a présenté son dernier long métrage, Les Jardins de Samira, sorti en 2007 et pour lequel il a reçu le prix du meilleur scénario lors du dernier Festival des films du monde à Montréal.