Regards sur des conflits dits religieux

  Regards sur des conflits dits religieux Mettre en avant les religions comme seuls facteurs de déclenchement de guerres et reléguer au second plan les luttes pour le pouvoir, la richesse ou encore la défense d'une identité que l'on estime menacée, ne relève pas tant de l'analyse que de préjugés idéologiques (culturels) mal élucidés.
Il est néanmoins vrai que les religions peuvent contribuer à l’aggravation de conflits en gestation.
Revendications identitaires et politiques étant étroitement liées, la dimension religieuse, par sa capacité à créer une forte cohésion identitaire, est souvent mise en avant pour fédérer ou identifier des groupes communautaires suivant des paramètres se jouant des nuances. Les religions peuvent alors servir bien malgré elles à alimenter un discours d’exclusion propre à susciter, attiser, focaliser la haine et la violence envers l'autre, celui qui est vécu comme différent, déviant, inassimilable et inéluctablement responsable. Ces Rencontres, tout en mêlant analyse géopolitique et regards d'artistes, tenteront de mettre en lumière la complexité des causes et des enjeux de ces conflits dits religieux.

Ainsi, l'aspect "géopolitique" sera abordé par le biais de conférences et par la présentation de plusieurs émissions du "Dessous des Cartes". Quant aux "regards d'artistes", ils se traduiront par la présentation d’œuvres de plasticiens, et par la projection de films documentaires.
Ces films, loin du documentaire-reportage, nous invitent à partager l'imaginaire de réalisateurs au regard parfois décalé, parfois cru ou au contraire poétique, parfois grave ou empreint d'humour, mais toujours dans la justesse du propos et le respect des hommes et des femmes au prise avec des conflits: tensions et conflits en Irlande du Nord, en Tchétchénie, au Liban, en ex-Yougoslavie, en Israël et Palestine.
La deuxième partie de ces rencontres, qui avait commencé en Octobre dernier, apporte un regard multiforme et multidisciplinaire sur la question, en proposant à la fois des séminaires et débats (à noter la rencontre des écritures croisés qui invitent le chercheur François Burgat à parler de l’Algérie, ou les deux réalisateurs Eyal SIVAN , Michel KHLEIFI (voir article Babelmed sur leur "Route 181" index.php?menu=56&cont=449&lingua=fr) et l’intervention de l’écrivain et photographe Larry TOWELL qui fera par de sa vision du conflit israélo-palestinien.

Rédaction Babelmed
(24/01/2006)

Related Posts

Palestine : Risquer l’amour en Palestine

06/03/2008

Palestine : Risquer l’amour en Palestine Malgré la culture de la réprobation et un châtiment pouvant aller jusqu’au meurtre ou à la réclusion, l’amour vaut encore le risque en Palestine.

Annemarie Jacir interdite d'entrée en Palestine

06/05/2008

Annemarie Jacir interdite d'entrée en PalestineIsraël interdit l’entrée en Palestine à la cinéaste Annemarie Jacir, dontle film fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2008

15 mai 1948, commémoration de la Nakba

09/05/2015

nak 110La Nakba (La catastrophe), c’est ainsi que les Palestiniens nomment le 15 mai 1948, date de leur expulsion de la Palestine. Dans les faits, les Palestiniens ont commencé à fuir leur terre dès décembre 1947 après le plan de partage de la Palestine voté par l’ONU, et six mois avant la proclamation de l’Etat d’Israël par Ben Gourion. Témoignage de Leila Shahid. Article publié dans le n°92 du Courrier de l’Atlas, Mai 2015.