Regards sur des conflits dits religieux

  Regards sur des conflits dits religieux Mettre en avant les religions comme seuls facteurs de déclenchement de guerres et reléguer au second plan les luttes pour le pouvoir, la richesse ou encore la défense d'une identité que l'on estime menacée, ne relève pas tant de l'analyse que de préjugés idéologiques (culturels) mal élucidés.
Il est néanmoins vrai que les religions peuvent contribuer à l’aggravation de conflits en gestation.
Revendications identitaires et politiques étant étroitement liées, la dimension religieuse, par sa capacité à créer une forte cohésion identitaire, est souvent mise en avant pour fédérer ou identifier des groupes communautaires suivant des paramètres se jouant des nuances. Les religions peuvent alors servir bien malgré elles à alimenter un discours d’exclusion propre à susciter, attiser, focaliser la haine et la violence envers l'autre, celui qui est vécu comme différent, déviant, inassimilable et inéluctablement responsable. Ces Rencontres, tout en mêlant analyse géopolitique et regards d'artistes, tenteront de mettre en lumière la complexité des causes et des enjeux de ces conflits dits religieux.

Ainsi, l'aspect "géopolitique" sera abordé par le biais de conférences et par la présentation de plusieurs émissions du "Dessous des Cartes". Quant aux "regards d'artistes", ils se traduiront par la présentation d’œuvres de plasticiens, et par la projection de films documentaires.
Ces films, loin du documentaire-reportage, nous invitent à partager l'imaginaire de réalisateurs au regard parfois décalé, parfois cru ou au contraire poétique, parfois grave ou empreint d'humour, mais toujours dans la justesse du propos et le respect des hommes et des femmes au prise avec des conflits: tensions et conflits en Irlande du Nord, en Tchétchénie, au Liban, en ex-Yougoslavie, en Israël et Palestine.
La deuxième partie de ces rencontres, qui avait commencé en Octobre dernier, apporte un regard multiforme et multidisciplinaire sur la question, en proposant à la fois des séminaires et débats (à noter la rencontre des écritures croisés qui invitent le chercheur François Burgat à parler de l’Algérie, ou les deux réalisateurs Eyal SIVAN , Michel KHLEIFI (voir article Babelmed sur leur "Route 181" index.php?menu=56&cont=449&lingua=fr) et l’intervention de l’écrivain et photographe Larry TOWELL qui fera par de sa vision du conflit israélo-palestinien.

Rédaction Babelmed
(24/01/2006)

Related Posts

11 novembre 2004, mort du Président Yasser Arafat à l’hôpital militaire de Clamart

23/11/2013

arafat 110C’est un Président palestinien affaibli par sa maladie, ébranlé par le Hamas qui gagne en puissance, isolé sur le plan international et menacé par Israël qui est évacué de sa Mouqata’a le 29 octobre pour l’hôpital militaire de Percy à Clamart où il décède 13 jours plus tard. Le 11 novembre 2004 à 3 heures 30, la Palestine perd son Raïs. (Article publié dans le N°75.Novembre 2013 du Courrier de L'Atlas)

Etat de siège, Poème de Mahmoud Darwich

11/08/2004

Etat de siège,  Poème de Mahmoud DarwichC’est en janvier 2002 que, reclus à Ramallah, Mahmoud Darwich a écrit ce poème en quelques quatre-vingt-dix fragments. Actes Sud/Sindbad (mars 2004) nous en livre la traduction française d’Elias Sanbar, lui-même écrivain palestinien, accompagnée d’une série de photographies d’Olivier Thébaud.

Une vie indépendante: toujours plus tard

03/12/2014

mena 110xxx yyyLes jeunes hommes des sociétés du Moyen Orient et de l’Afrique septentrionale se marient plus tard que dans les autres pays émergents. Dans des pays où le mariage rime avec l’indépendance vis à vis de la famille, cet indice pointe un taux de chômage inquiétant. C’est ce que met en évidence cette infographie conçue par Visualizing impact. (Ebticar/Visualizing impact)