Samir Kassir: La libre pensée assassinée

 

Samir Kassir: La libre pensée assassinée
Samir Kassir

«La liberté, fondement sans fondement de toutes les valeurs». J.P. Sartre
Le 2 juin 2005, l’écrivain et journaliste franco-libanais Samir Kassir périssait dans un attentat terroriste à la voiture piégée à Beyrouth.Ce crime abject perpétré par de lâches barbares tapis dans l’ombre intervient au moment où le Liban tente de sortir de l’ornière en se libérant du joug et du dictat. Pourquoi assassine-t-on les journalistes?
En tout premier lieu, pour les faire taire, parce qu’ils gênent.
Samir Kassir, journaliste, écrivain qui portait la plume dans la plaie, professeur de sciences politiques, historien, figure du journalisme engagé, co-fondateur du mouvement de la Gauche Démocratique, symbole et initiateur du «printemps de Beyrouth», incarnait cette génération d’intellectuels arabes qui militent pour libérer les peuples et les Etats du Proche et du Moyen Orient de l’emprise de la religion, du colonialisme et des régimes sécuritaires.

Appel à Pétition: Comité européen Samir Kassir.
Nous, journalistes européens, écrivains, intellectuels, artistes, chercheurs, membres de la société civile, demandons:
· Aux 25 Etats membres de l’Union Européenne ainsi qu’aux institutions européennes que le meurtre du journaliste Samir Kassir ne reste pas impuni.
· Que les institutions européennes, s’engagent à mettre un terme au travers de mesures coercitives au crime politique dans les pays du pourtour méditerranéen avec lesquels elles sont partenaires (Algérie, Tunisie, Maroc, Israël, Palestine, Jordanie, Egypte, Syrie, Liban).
· Que les institutions européennes inscrivent ou rajoutent dans leur partenariat avec les pays du pourtour méditerranéen une clause relative au respect de la liberté de presse et d’expression.
· Aux parlements nationaux des 25 Etats membres de l’Union Européenne, ainsi qu’au Parlement européen de déployer sur leurs façades, le 27 octobre 2005, le portrait de Samir Kassir avec l’inscription «Samir Kassir, journaliste, écrivain franco-libanais assassiné le 2 juin 2005 dans un attentat terroriste à la voiture piégée à Beyrouth… Plus jamais ça.»
Au Parlement européen d’observer une minute de silence à la mémoire de Samir Kassir le 27 octobre 2005 au cours de la séance plénière.

Cette pétition sera transmise aux Présidents des Parlements nationaux des 25 pays membres de l’Union Européenne et au Président du Parlement européen.

Related Posts

Jeunes filles d'Al-Mukallâ, Où êtes-vous?

13/05/2004

Jeunes filles d'Al-Mukallâ,  Où êtes-vous?La chanson de Fahd Ballâne, vieille déjà d’environ quarante ans, est toujours présente sur la route vers Al-Mukallâ aussi bien qu'à l'intérieur de la ville. Maintes fois, au cours de la même journée, son refrain était entonné par les hôtes, originaires de la ville, aussi bien que par les invités. Pourtant, des jeunes filles d'Al-Mukallâ, décrites par le défunt chanteur comme "une panacée", nulle ne s'est manifestée pendant les deux ou trois jours où ont eu lieu les activités du congrès de l'Association des Écrivains et Littérateurs Yéménites.

L’épopée tardive d’Abdel Rahmân Mounif

11/02/2004

L’épopée tardive d’Abdel Rahmân MounifRahmâm Mounif, intellectuel d’origines irakienne et saoudite, installé ces dernières années à Damas, vient de disparaître. Selon Hassan Daoud, cet écrivain phare de la littérature arabe a construit toute son œuvre en résistant au vent de renouveau qui soufflait sur le roman arabe contemporain.(Version arabe)

Chatila, passage vers la Palestine

07/12/2005

Chatila,  passage vers la PalestineBeyrouth, Jeudi 8 décembre 2005, à 20h au Hangar (Umam) «Chatila, passage vers la Palestine» ce sont d’abord des images d’une guerre sanglante menée contre les camps de réfugiés palestiniens et que personne n’aurait jamais dû voir. Chatila est ensuite devenu un documentaire grâce au réalisateur Pepe Danquart et Yussuf Ali Naffa, un simple habitant du camps qui, en 1986, a ressorti sa caméra des décombres afin de documenter cette guerre de l’intérieur. Ce passage vers la Palestine est un témoignage absolument unique sur la guerre des camps.