Samir Kassir: La libre pensée assassinée

 

Samir Kassir: La libre pensée assassinée
Samir Kassir

«La liberté, fondement sans fondement de toutes les valeurs». J.P. Sartre
Le 2 juin 2005, l’écrivain et journaliste franco-libanais Samir Kassir périssait dans un attentat terroriste à la voiture piégée à Beyrouth.Ce crime abject perpétré par de lâches barbares tapis dans l’ombre intervient au moment où le Liban tente de sortir de l’ornière en se libérant du joug et du dictat. Pourquoi assassine-t-on les journalistes?
En tout premier lieu, pour les faire taire, parce qu’ils gênent.
Samir Kassir, journaliste, écrivain qui portait la plume dans la plaie, professeur de sciences politiques, historien, figure du journalisme engagé, co-fondateur du mouvement de la Gauche Démocratique, symbole et initiateur du «printemps de Beyrouth», incarnait cette génération d’intellectuels arabes qui militent pour libérer les peuples et les Etats du Proche et du Moyen Orient de l’emprise de la religion, du colonialisme et des régimes sécuritaires.

Appel à Pétition: Comité européen Samir Kassir.
Nous, journalistes européens, écrivains, intellectuels, artistes, chercheurs, membres de la société civile, demandons:
· Aux 25 Etats membres de l’Union Européenne ainsi qu’aux institutions européennes que le meurtre du journaliste Samir Kassir ne reste pas impuni.
· Que les institutions européennes, s’engagent à mettre un terme au travers de mesures coercitives au crime politique dans les pays du pourtour méditerranéen avec lesquels elles sont partenaires (Algérie, Tunisie, Maroc, Israël, Palestine, Jordanie, Egypte, Syrie, Liban).
· Que les institutions européennes inscrivent ou rajoutent dans leur partenariat avec les pays du pourtour méditerranéen une clause relative au respect de la liberté de presse et d’expression.
· Aux parlements nationaux des 25 Etats membres de l’Union Européenne, ainsi qu’au Parlement européen de déployer sur leurs façades, le 27 octobre 2005, le portrait de Samir Kassir avec l’inscription «Samir Kassir, journaliste, écrivain franco-libanais assassiné le 2 juin 2005 dans un attentat terroriste à la voiture piégée à Beyrouth… Plus jamais ça.»
Au Parlement européen d’observer une minute de silence à la mémoire de Samir Kassir le 27 octobre 2005 au cours de la séance plénière.

Cette pétition sera transmise aux Présidents des Parlements nationaux des 25 pays membres de l’Union Européenne et au Président du Parlement européen.

Related Posts

Recettes contre l’oubli

12/09/2003

Recettes contre l’oubliLe Mansaff, le taboulé, le poulet farci, le koubbé, les falafels sans oublier la pâtisserie, le cake tamal ou le basboussi,... les secrets de cuisine des femmes palestiniennes réfugiées au Liban.

Papa, qui était Al-Hariri?

03/03/2005

Bien qu’il ne me connaissait pas et que je ne l’ai jamais rencontré, j’ai toujours eu l’impression que le succès de Al-Hariri dépendait de gens comme moi. “Ok, Papa… mais alors, pourquoi l’ont-ils tué?” Parce qu’il était libanais, et qu’il aimait le Liban comme nous. Comment puis-je expliquer cela? Le Liban nous est encore interdit.

Ayn el-Heweh, capitale des réfugiés palestiniens au Liban

17/12/2003

Ayn el-Heweh,  capitale des réfugiés palestiniens au LibanLes nombreuses rues adjacentes conduisant au camp sont entourées de barbelés, de soldats et de check point. Un territoire étroit, encerclé avec grand soin. Un camp de barbelés pour dix mille habitants, surveillés, observés comme une "quarantaine" politique, sécuritaire, un dépôt humain immense et pullulant.