Mémoires de guerre

  Mémoires de guerre Plusieurs manifestations auront lieu dans le cadre de l'événement: «Violence civile & mémoires de guerre» organisé par UMAM-DR et ses partenaires. La conception visuelle de l’exposition «Les maîtres des murs, retour sur les graffiti de Beyrouth» a été confiée à Fady Toufiq. En utilisant deux collections photographiques - l’une de 2002, l’autre de 2005 - rassemblant graffiti et posters, Fadi Toufiq nous invite à une visite improvisée des murs de Beyrouth. Les photos sont de Suna Haugbolle et Houssam Mchaiemch.

Encore des photos, avec l’exposition «Je pense souvent à la guerre. Regards d’enfants sur la guerre du Kosovo» dont le vernissage, le 20 septembre au théâtre al-Madina, ouvrira une série d’initiatives centrées sur le thème de la guerre dans le monde. Un cycle de films, pour la plupart des documentaires, permettra de retracer les conflits les plus cruels de notre époque, du génocide du Rwanda au «cauchemar tchétchène». Enfin deux tables rondes: «Expression de la souffrance et silence du mal: à qui donner la parole?» et «Les voies de la réconciliation: amnistie, justice et place de la mémoire» clotûreront la manifestation.

Related Posts

Nous allons bien, et vous, Monsieur Kofi Annan?

10/08/2006

Voir de près les décombres d'un lieu qui était habité par des hommes et a été détruit par d'autres hommes est une expérience que ni les photographies ni les télévisions ne peuvent retransmettre. Car l'émotion qu'elle procure est "entée" sur celle des hommes qui y vivaient. Sur les images que nous voyons se superposent alors celles de tout ce qui a disparu, invisible pour nous, mais que ces hommes-là voient encore.

Difficile de rassembler tout le monde

08/03/2005

Je ne sais pas si ce que m'a rapporté Afaf est vrai; elle me parlait d'une amie qui lui avait annoncé, le jour des funérailles de Rafiq Al Hariri et ses compagnons, qu'elle avait décidé de quitter la banlieue (où la majorité écrasante est chiite).

Beyrouth, le 14 août 2006

02/09/2006

Je n'ai de mon passé qu'une demi mémoire, La moitié qui est femme et porte des enfants Qui ne naîtront jamais, dont je connais l'histoire Et qui chantent sans voix les comptines d'antan