Liban: Prix Gebrane Tuéni

  Liban: Prix Gebrane Tuéni Le prix Gebrane Tuéni a été créé vendredi 3 mars à Beyrouth par l’Association Mondiale des Journaux (AMJ), à la mémoire du directeur général du quotidien libanais An Nahar, assassiné le 12 décembre dans un attentat.
Timothy Balding, directeur général de l’AMJ, a indiqué que ce prix annuel, doté de 10.000 €, à pour but «d'exprimer l'appui à la presse arabe libre et indépendante, sachant que beaucoup de journaux dans les Etats arabes ne sont pas libres». Le prix sera décerné pour la première fois à l’automne prochain à Beyrouth.
Gebrane Tuéni, député et patron de presse connu pour ses opinions anti-syriennes et pour sa défense d’un Liban libre, avait été tué à l’âge de 48 ans dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, attentat qui avait fait deux autres tués et une trentaine de blessés.
Avec Samir Kassir, tué en 2005 dans des circonstances similaires, et Gebrane Tuéni, la presse libanaise a payé un lourd tribut à la violence politique. Rédaction Babelmed
(07/03/2006)

Related Posts

Les femmes libanaises au premier plan en temps de guerre

16/05/2008

Les femmes libanaises au premier plan en temps de guerreLes Libanaises au premier plan en temps de guerre, mais pas au niveau de la prise de décision.

Nous allons bien, et vous, Monsieur Kofi Annan?

10/08/2006

Voir de près les décombres d'un lieu qui était habité par des hommes et a été détruit par d'autres hommes est une expérience que ni les photographies ni les télévisions ne peuvent retransmettre. Car l'émotion qu'elle procure est "entée" sur celle des hommes qui y vivaient. Sur les images que nous voyons se superposent alors celles de tout ce qui a disparu, invisible pour nous, mais que ces hommes-là voient encore.

Nous, Libanais, sommes vite punis pour ce qu’on nous a récompensé d’avoir fait

31/03/2005

Nous,  Libanais, sommes vite punis pour ce qu’on nous a récompensé d’avoir faitDans le cheminement tortueux qu’emprunte sa réflexion, l’écrivain libanais, Hassan Daoud, livre ici ses sentiments d’appartenance à un pays tiraillé et paradoxal, tributaire des mythes et des attentes qui se forgent autour de sa singulière identité.