Le Caravansérail des conteurs, un voyage dans l’univers de la parole

 

Le Caravansérail des conteurs, un voyage dans l’univers de la parole

Sur la vingtaine d'artistes issus de toute la francophonie (réunis par Jihad Darwiche
et Hassane Kouyaté au Festival International du Conte «Yeleen» en décembre 2005 au Burkina Faso), dix à douze conteurs ont été retenus pour participer à ce caravansérail exceptionnel. Provenant du Niger (Rahila Hassane), du Sénégal (Nourou Sané), du Tchad (Abakar Adam Abbaye dit l'Enfant noir), d’Algérie (Nefissa Benouniche, Ahcen Boulkaraa) et de nombreux autres pays encore. Ces «magiciens de la parole» enchanteront par leurs récits les auditeurs, en les plongeant dans le pays de l’imaginaire.
En mars 2006, l'ensemble de ces artistes se retrouvera pour une résidence de quinze jours dans la région grenobloise. Encadrés par Jihad Darwiche, Hassane Kouyate et l'équipe du Centre des Arts du Récit en Isère, ils auront pour objectif de mettre en oeuvre une création collective, dans lequel chacun pourra faire vivre son propre patrimoine. La présence de musiciens permettra d'y ajouter des espaces et des accompagnements musicaux.
De mars à octobre, le caravansérail s'installera dans une vingtaine de villes de France, de Suisse et du Sénégal:
- en mars à Grenoble
- en avril à Limoges et à Douai (l'Hippodrome)
- en mai à Grenoble (Festival des Arts du Récit en Isère)
- en juin à Bordeaux et à Fréjus (Festival des Estér'ailes)
- en juillet à Paris (la Villette : le Tarmac) et à Vendôme (Centre de Littérature Orale)
- en août à Pougne Hérisson (Festival le Nombril du monde)
- en septembre à Plan-les-Ouates (Festival la cour des contes) et à Chevilly Larue (la Maison du conte)
- en octobre à Dakar (Festival Paroles Médinoises), à Nogent sur Marne et à Reichshoffen (La Castine)
Chaque étape du caravansérail durera une semaine et les conteurs interviendront à chaque fois en duos ou en trios dans les bibliothèques, les écoles, les Maisons des Jeunes et les Maisons de la Culture... avant de clore par un spectacle collectif, qui mettra en scène, la diversité des histoires, des origines, des mémoires... car plus qu'un spectacle, le caravansérail des conteurs est une invitation au voyage et au partage!

Le Caravansérail des conteurs, un voyage dans l’univers de la parole

La Direction artistique est prise en charge par Hassane Kassi Kouyate et Jihad Darwiche:
Jihad Darwiche est né en 1951 à Marwaniyé, un petit village du Sud-Liban. Son enfance a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l'Orient que lui racontaient sa mère et les femmes du quartier. En 1983, il s’installe en France où il est d'abord professeur d'arabe avant de devenir conteur. Depuis, il anime des veillées de contes où s'entremêlent le merveilleux des Mille et une Nuits, la sagesse et le sourire. Il intervient également dans les bibliothèques, les écoles, et les prisons. Autant de lieux où il anime aussi des ateliers d'écriture, de création ainsi que des stages de formation à l'art du conte.
Né au Burkina Faso, descendant d'une famille de griots, Hassane Kassi Kouyaté est conteur, comédien, musicien, danseur et metteur en scène. Il joue dans plusieurs compagnies africaines puis aborde le théâtre européen. Son propos n'est pas de perpétuer de façon traditionnelle l'héritage qu'il a reçu. Ce qu'il retient du griot, c'est l'essence de la fonction, l'art du geste, la maîtrise du temps. Hassane Kouyaté travaille essentiellement sur le conte : spectacle, adaptation, stages, animations d'ateliers. Partageant sa vie entre Paris et Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, Hassane Kouyaté y dirige le Centre international de recherche culturelle et artistique. Niché dans le quartier le plus populaire de Bobo-Dioulasso, il invite des artistes du monde entier, conteurs, acteurs ou musiciens pour participer notamment au Festival International de Conte « Yeleen » ou animer des stages en direction des jeunes enfants des quartiers défavorisés au travers de l'association Djeliya, fondée avec les membres de sa famille (son père Sotigui et son frère Dany). Rédaction Babelmed
(10/03/2006)

Related Posts

Graffitis à Sabra et Chatila

17/03/2005

Graffitis à Sabra et ChatilaA peine entré dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila à la périphérie de Beyrouth, je ressens le besoin d’une langue autre. Il me faut une syntaxe torturée, des phrases mutilées, une rhétorique et un lexique ourdis de silence, de colère et de colère silencieuse.

Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse

28/03/2006

Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presseDossier de candidature à déposer au plus tard le 15 avril 2006. Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse rend hommage à l’engagement du journaliste et écrivain libanais assassiné à Beyrouth le 2 juin dernier.

Réfugiés syriens au Liban, les oubliés de l’histoire

28/10/2014

sy ly rif 110tazzina 30x30abstractLa compassion avec les Syriens s'est graduellement dissipée pour faire place à une véritable attitude chauviniste: reportages xénophobes à la télévision,  articles haineux dans certains journaux, messages racistes sur Facebook…