Nous allons bien, et vous?

Nous allons bien, et vous? Beyrouth, le 9 août 2006. Nous allons très bien...
Les dernières décisions d'Israël ont bien simplifié les choses, rien n'arrêtera plus, semble-t-il, sa volonté de tout casser, de tout écraser, pour aboutir à la seule solution qui puisse satisfaire son réel désir de "paix": l'extermination de l'adversaire, l'anéantissement de toutes ses capacités de réagir ultérieurement. Dans ce genre de combat, il arrive qu'on achève les blessés. Mais aujourd'hui, un pas de plus a été franchi dans l'escalade meurtrière: on achève les morts!
Nous allons bien, et vous?
Nous allons bien, et vous, Monsieur Kofi Annan?
Voir de près les décombres d'un lieu qui était habité par des hommes et a été détruit par d'autres hommes est une expérience que ni les photographies ni les télévisions ne peuvent retransmettre. Car l'émotion qu'elle procure est "entée" sur celle des hommes qui y vivaient. Sur les images que nous voyons se superposent alors celles de tout ce qui a disparu, invisible pour nous, mais que ces hommes-là voient encore.
Nous allons bien, et vous?
BASTA !!!
Messieurs de TF1, taisez-vous
ou bien faites votre métier correctement

 


Nous allons bien, et vous?

 

Beyrouth le 30 juillet 2006
Je suis seul avec les images et les cris des victimes du nouveau carnage commis par l'armée israélienne: le village de Qana, à l'Est de Tyr, contrôlé par les Forces de l'ONU, célèbre par les noces bénies par un certain Jésus il y a deux millénaires, célèbre par un carnage commis par l'armée israélienne le 16 avril 1996 (avant-dernière en date des agressions israéliennes sur le Liban), QANA, CE MATIN, A DE NOUVEAU ETE LA CIBLE DES CRIMINELS DE TSAHAL: une habitation de trois étages ou dormaient une cinquantaine de civils, pour la plupart des femmes et des enfants, a reçu la carte de visite d'un superbe pilote israélien, aux nerfs d'acier et à l'étincelante technologie, capable de déchirer le ciel et d'atteindre une cible avec une précision admirable (camion de ravitaillement, camionnette surchargée de réfugiés, antenne de télécommunication, vélomoteur(!)…),
 
Nous allons bien, et vous?
Nous allons bien, et vous? III
Beyrouth le 21 juillet 2006
Une nouvelle lettre du théâtre Shams.
"Si vous croyez à la communion des esprits, pensez avec nous, imaginez avec nous, proclamez avec nous, l'internationale de l'homme, le droit de chaque homme d'être pour tous les autres hommes l'expression intégrale de l'humanité entière."
 
Nous allons bien, et vous?
Nous allons bien, et vous ?
Beyrouth, le 17 juillet 2006
Du théâtre Shams de Beyrouth, Roger Assaf dénonce, avec plusieurs personnalités, le carnage systématique de la population civile libanaise, prisonnière du fait de la destruction de toutes les voies d’accès aux autres régions : "À l'heure actuelle, écrit-il, l'armée israélienne utilise des bombes interdites par les conventions internationales: phosphore et gaz toxiques, bombes à implosion, à fragmentation, à déflagration (clusterbombs)...Le massacre des enfants est-il un moyen d’auto-défense préventif? Un sage a dit un jour : «Il vaut mieux subir le mal que le faire».Oui, mais ajoutons : il vaut mieux dénoncer le mal que le taire".
 

Related Posts

Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse

28/03/2006

Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presseDossier de candidature à déposer au plus tard le 15 avril 2006. Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse rend hommage à l’engagement du journaliste et écrivain libanais assassiné à Beyrouth le 2 juin dernier.

Menassat.com

11/11/2009

Menassat.comwww.menassat.com, publié par l’ Arab Image Foundation, à Beyrouth, est un site web centré sur les informations, les tendances et les événements du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

APPEL À TOUS LES ARTISTES DANS LE MONDE

10/08/2006

Le Liban est aujourd’hui l'objet d'une attaque barbare qui menace son existence et sa destinée. Depuis quatre semaines l'atroce machine de destruction israélienne frappe l’ensemble du pays, détruit son infrastructure et met en pièce son économie: elle démolit les routes et les ponts, les aéroports et les usines, bombarde les villes et les villages et les réduit en ruine.