Le documentaire de guerre comme instrument de paix?

 

Le documentaire de guerre comme instrument de paix?
Kosovo, naissance et mort d’une nation de G. Bocchi

Le documentaire à caractère social est au centre des initiatives de Documè. Cette fois-ci, l’association nous offre la possibilité de partager l’intense travail effectué par Giancarlo Bocchi dans des zones de conflit (Afghanistan, Palestine, Mexique, Irlande du Nord, Bosnie, Kosovo). La portée du documentaire et le travail du documentariste sont ainsi présentés à leur juste valeur.

Rencontre avec le public
A l’occasion de la rencontre avec le public, Giancarlo Bocchi présentera une brève sélection de ses documentaires réalisés en Afghanistan, Palestine, Mexique, Irlande du Nord, Bosnie et Kosovo. Des extraits du «Lion du Panshir», sur Ahmad Shah Massoud le legendaire commandant des mujaheddin afghans seront projetés, ainsi que «Voyage sur la planète Marcos» traitant de la guerrilla zapatiste et traçant un portrait du sous-commandant Marcos. Autres documentaires: «Mille jours à Sarajevo qui raconte la vie des défenseurs de la ville, dans les tranchées qui entouraient la capitale bosniaque assiégée, et enfin «Les murs de Belfast» qui nous guide, à travers les voix d’un membre de l’IRA et d’un «unioniste» sur l’épineux chemin de la reconciliation dans la capitale martyre de l’Irlande du Nord. L’objectif de la rencontre est d’approfondir la perception que nous nous faisons de certains conflits, et d’appréhender les caractéristiques qui peuvent rendre le documentaire réalisé dans les zones de guerre un précieux instrument de paix.

Kosovo, naissance et mort d’une nation de Giancarlo Bocchi
Le film est construit sur une mosaïque de sept histoires tournées, entre 1998 et 2000, au Kosovo. Le conflit qui y sévissait est raconté à partir d’un regard compatissant sur la douleur humaine, mais qui dénonce, implacable, les raisons de la guerre, les génocides, les massacres, et les manipulations qui en découlent. Avec une dramaturgie brûlante de réel, le film raconte la douloureuse recherche des milliers de "desparecidos" kosovars, la surprenante histoire des «sans-terre» serbes de la Krajna chassés du Kosovo, la lutte pour la survie dans un après-guerre marqué par l’intolérance, l’extermination des «démocrates» kosovars par leurs compatriotes liés à des groupes politico-mafieux, la résistance des derniers serbes qui ont survécus au contre-nettoyage ethnique de l’UCK. Le cadre historique, politique, humain, se dénoue entre passé et présent, dans un croisement d’histoires qui dévoilent les nombreux mystères d’un conflit sans fin.
Kosovo - 2005 - 50 minuti - Beta - IMP FILM
Le réalisateur sera présent à la projection. Rédaction Babelmed
(24/02/06)

Related Posts

L’Italie suspendue?

10/04/2006

L’Italie suspendue?Que pouvait-on espérer, sinon que l’ignominie, la calomnie, le mensonge, la falsification de la réalité et des lois au profit de l’empire économique d’un seul homme cessent enfin?

DAR MED: Dialogue entre médias de la Méditerranée contre les phénomènes de radicalisation

30/11/2008

DAR MED: Dialogue entre médias de la Méditerranée contre les phénomènes de radicalisationUn colloque organisé par l’Institut Paralleli se tiendra à Turin, ce mardi 3 décembre 2008, autour d’une confrontation entre médias, journalistes et experts européens et méditerranéens sur les phénomènes de radicalisation. RAI Musée de la Radio et de la TV.

Gomorra et Camorra

23/05/2007

Gomorra et CamorraOn a déjà beaucoup écrit sur la Camorra et Roberto Saviano ne fait pas de révélations particulièrement éclatantes dans son roman, alors pourquoi un tel succès? Peut être parce que le jeune auteur passe toujours après les faits et sait négocier subtilement entre le temps du drame et celui du reflux. Mais surtout, parce qu'en restituant la vérité, il répond, à la fois, au besoin de comprendre né de l’urgence du récit des mass médias et à l’impératif purement littéraire «il n’y a plus besoin des mots du chroniqueur, mais des mots littéraires, ceux qui entrent dans la plaies de la raison. La raison est une blessure, y entrer est un devoir».